C.O.P. UK – No Place For Heaven

Posté le : 18 mars 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

J’avais déjà relaté les exploits en live de C.O.P. UK lors de leur première partie pour Helloween en janvier dernier. Décryptons d’avantage leur dernier album en date et voyons ce qu’ont dans le ventre ces sujets de sa majesté.

Cop UK - No Place For Heaven front cover

Observez déjà qu’il y a un point entre chaque lettre de C.O.P. Pas question de flics ici, ce sont simplement les initiales de Crimes Of Passion. Le premier album est d’ailleurs sous ce nom, mais j’ignore pourquoi ils l’ont changé. Les gars sont originaires de Sheffield, même ville qui a vu naître les mythiques Def Leppard et ils proposent un Power/Heavy Metal revendiqué dans la lignée de Saxon ou Helloween. J’y ajouterais toutefois un très fort accent Hard FM tel que Aerosmith, Bon Jovi, des groupes à tubes et à belles ballades. Cela ressort encore davantage sur cet album qu’en live. Des jeunes qui font donc de la musique de vieux et pour certains, ça paraîtra légèrement kitsch. Ils obtiennent en tout les cas du soutien chez de glorieux anciens. Biff Byford (chanteur de Saxon) fit une apparition sur un titre de leur précédent album (To Die For, 2011) et proposa à C.O.P UK une tournée en première partie cette même année. Quant à Helloween, hormis le même service rendu lors de leur actuelle tournée européenne (qui passera par Paris au Trianon le 28 avril), ils enregistrèrent aussi une partie de leur album dans leurs studios ainsi que ceux de Blind Guardian. No Place For Heaven arrive après un petit EP paru l’année dernière où apparaissent déjà deux titres de cet album ainsi que deux autres de l’album précédent remixés. Déployons l’Union Jack à bout de bras comme Bruce Dickinson aime le faire pendant The Trooper et partons au combat.

Un tapis sonore fait par les claviers nous accueille comme un majordome au pied du palais princier. Profitons-en car ensuite ce sera difficile d’entendre l’instrument de Henning Wanner, l’Allemand de la bande. Les premières places seront plutôt laissées aux guitares ainsi qu’à la voix superbement maîtrisée de Dale Radcliffe. La production se montre plus que correcte, peu de faute à ce niveau. On se demande juste à quoi sert le clavier vu qu’on ne l’entend que très rarement. La mélodie de ce premier titre nommé The Core fait mouche. C’est efficace sans être révolutionnaire non plus. Difficile de distinguer le jeu des guitaristes Charles Staton et Andrew Mewse, comme je l’avais constaté en live. Cela se confirme, ils sont trop rarement dans une configuration similaire au Heavy avec des riffs qui divergent ou bien quand l’un joue à la tierce ou la quinte de l’autre. Par contre, au fil de l’écoute, le côté Hard FM saute en pleine figure. L’ensemble n’est pas mal fait en soi, et même plutôt réussi dans leur style, mais ça sonne bien trop « déjà entendu ». On multiplie les ballades et mid-tempo pour les bientôt quadras qui aimeraient se remémorer leur adolescence. Kiss Of An Angel est le morceau typique dans la lignée de Bon Jovi. Comme dirais mon camarade chroniqueur Pat : bandana dans les cheveux, kleenex…

Il y a quand même quelques titres qui se détachent de tout ça. Ce qui me laisse penser qu’avec un peu plus de soin aux compositions, une dimension volontairement moins caricaturale, ce groupe pourrait espérer mieux. Le titre Burn Hell, par exemple, démarre par un très bon riff énervé plus proche du Heavy germanique. C.O.P. UK montrent qu’ils peuvent être rentre-dedans quand il le faut. Allez-y les gars, tapez comme des hooligans enivrés. Il faut reconnaître que Dale possède un sacré organe vocal et une bonne technique. Avec une musique puissante en soutien, il serait capable de tout déchirer. L’autre satisfaction de cet album est le morceau sorti en clip, Catch Me If You Can. Là, nous distinguons mieux les deux guitares, youppie ! Nous entendons également le clavier qui du coup a une utilité, ouais ! Et puis, on ne l’a pas encore dit, mais la section rythmique constituée de Scott Jordan à la basse et Kevin Tonge aux baguettes tient bien la route. Vous avez tout pour réussir les gars, alors je vous encourage à vous dépasser.

C’est sur ce conseil que j’aimerais terminer cet album car il ne suffit pas d’avoir des réseaux dans le milieu de la musique pour y percer. Cela demande une exigence, vouloir se dépasser et surprendre les auditeurs, leur proposer quelque chose de décalé, d’innovant, de neuf. Une poignée de titres de cet album montrent que C.O.P. UK en sont capables. Alors qu’ils prennent leur temps de nous sortir un truc méga au prochain coup. Au final, ils ne sont pas si différents de leurs concitadins de Def Leppard qui se sont aussi légèrement abandonnés dans la facilité. C.O.P. UK n’a cependant pas un bagage d’albums tel Pyromania ou Hysteria dans le passé pour se permettre des demi-performances. Maintenant, s’ils tiennent absolument à se mouler dans les clichés, ils peuvent aussi la jouer filles topless comme Steel Panther. Le public viendra, mais aussi pour d’autres raisons.

Khaos

Tracklist :
01. The Core
02. My Blood
03. Kiss Of An Angel
04. Take It To The Grave
05. No Place For Heaven
06. Burn Hell
07. Halo
08. Catch Me If You Can
09. No Mans Land
10. One In A Million
11. Stranger Than Fiction

Liens :
Site Internet : http://www.copuk.com/
Page Facebook : https://www.facebook.com/COPUK/
Clip de Catch Me If You Can : https://www.youtube.com/watch?v=nn4LIGNuFGU