Insomnia Asylum – Alprazoland

Posté le : 24 mars 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Aujourd’hui, le groupe Insomnia Asylum est libéré. Alors de qui est-il composé ? Tout simplement d’un homme, un seul (et quelques invités) qui a décidé d’écrire un album, d’en composer les chansons et d’en jouer toutes les pistes. Oui, ScDaymon joue tous les instruments et, ma foi, vous allez constater qu’il est doué.

Genre : Metal progressif - Sortie : 16 février 2016

Genre : Metal progressif – Sortie : 16 février 2016

Bon, je lance le cd et je vous présente mes trois titres préférés. Ils sont à la fois entêtants et suffisamment différents pour représenter l’ensemble de l’album. La première se nomme The Clown’s Funeral. Cette piste parle d’un clown mourant mais qui refuse de laisser son cirque à d’autres personnes. On aura donc un superbe ‘’Let me burn’’ que le chanteur aura quelques fois du mal à screamer en entier. Niveau musical, le rythme peut paraître simple mais pourtant on sent une maîtrise certaine des instruments. Le contraste que met le chant entre les notes claires et les (tentatives) de parties violentes est assez intéressant. On sent que cet homme y met son cœur et son talent pour nous sortir un titre de ce calibre. Le suivant dont je souhaite vous faire part est La Princesse Perdue et l’Oiseau Maudit. Un chant en français, une musique douce qui permet de s’endormir tranquillement, une voix à la limite malsaine dans l’introduction du titre avant de revenir à celle que l’on connaît. Les reproches que l’on pourrait attribuer à ce titre sont néanmoins une faible puissance vocale en comparaison avec le niveau sonore de la musique et une diction quelques fois hasardeuse. Bon, je chipote car finalement je n’ai pas grand-chose contre ce titre. On a aussi une superbe démonstration de guitare avec un vibrato bien prononcé, ce qui n’est pas pour me déplaire. Ah j’allais oublier : un niveau sonore pas toujours très égal durant la piste puisque la musique devient soudainement plus forte avant de redescendre, provoquant un effet bizarre (mais peut-être recherché ?).

Je termine avec Astaroth Call et le son décidément démoniaque de son introduction. Sortez les cornes de diable, voici la chanson que vous attendiez tant, avec un rythme sympathique et du grunt bien exécuté. Ah non, ça n’était que l’intro. En fait, c’est planant, un peu comme du Amon Sethis avec quelques passages bien gras et violent. En même temps, sur ces passages c’est Nekruss, le chanteur d’Everto Signum, et Carma (deux groupes de Black/Funeral Doom portugais). Cette voix qui se retrouve mêlée à celle de notre one man band donne un rendu superbe (nonobstant les sortes de parasites que l’on peut entendre à certains endroits du titre). Voilà, je vais pouvoir passer à la conclusion. Ah on me fait signe en régie que je dois chroniquer TOUT l’album. Dommage pour vous, je continue. Alors nous avons quelques fois de l’hérésie avec une batterie électronique comme sur Dreamer’s Regret mais aussi de superbes perles comme ce solo magnifique sur Oxytocin (aux alentours des 1’45). Je parlais de Dreamer’s Regret mais j’oubliais cette pauvre guitare que ScDaymon retient contre son gré. Soyons imaginatifs cinq minutes, vous ne trouvez pas qu’à chaque fin de pattern, cette guitare voudrait continuer à jouer ? Bref, vous ne sortirez pas indemnes de l’écoute de cet album car plus le temps passe et plus on s’enfonce dans la folie humaine. En même temps, l’album démarrait fort avec cette chanson Standard Person (User’s Manual) qui présentait en 6 minutes 22 la psyché humaine et ses défauts (du grand art, croyez-moi). Et puis ce Forsaken qui résonnera longtemps dans vos oreilles, tiré de la piste du même nom, titre menteur puisqu’en introduction on vous le vend doux et calme pour mieux vous déstabiliser sur le refrain.

Bon, la vrai conclusion cette fois. Je dirai bien que je voudrais voir ce que ça donne sur scène mais je pense que cela risque d’être plutôt compliqué pour notre solo man. Alors je vais juste dire que j’aime cet album. Je l’ai fait tourner durant toute une semaine en boucle avec plaisir et je dirai même avec envie d’avoir plus de titres. Ainsi, mon cher ScDaymon, s’il te prend un jour l’envie d’écrire un second opus, je t’en prie fais toi plaisir et envoie-le nous. Je me ferai un plaisir de le chroniquer.

Diamond

Tracklist :

  1. Standard Persona (User’s Manual)
  2. Insomnia
  3. The Cown’s Funeral
  4. Clown’s Memorial
  5. La Princesse Perdue et l’Oiseau Maudit
  6. Foresaken
  7. Dab Tsog et la paralysie du sommeil
  8. Astaroth Call
  9. Dreamer’s Regret
  10. Oxytocin
  11. Stroke Countdown

Liens :

Facebook : https://www.facebook.com/InsomniaAsylum/?fref=ts

Bandcamp : https://insomnia-asylum.bandcamp.com/releases