Interview : Crossfaith

Posté le : 30 mars 2016 par dans la catégorie Interviews
Tags: ,

crossfaith-header

Au cours de leur tournée actuelle qui les a conduits au cœur de l’Europe, les Japonais de Crossfaith sont passés par notre pays pour six dates. C’est avant la première performance, à Strasbourg le jeudi 25 février 2016, que Kenta (chant) et Hiroki Ikagewa (basse) nous ont accordé quelques minutes d’entretien avant de rejoindre leurs partenaires pour les balances.

Sons Of Metal : Bonjour. Pouvez-vous présenter votre musique à ceux qui ne vous connaissent pas ?

Kenta : Nous sommes Crossfaith du Japon. Nous sommes cinq mecs qui jouent du Metalcore mixé avec des sons électroniques. Avec nous deux, il y a Kazu, Teru et Tastu qui sont aussi nos amis.

Votre musique n’est pas ressemblante aux groupes habituels venant du Japon. Quels groupes vous inspirent ?

Kenta : Il y en a beaucoup : Slipknot, The Prodigy. Du Punk Rock aussi comme Green Day, Blink 182.

Une influence américaine ?

Kenta : Pas nécessairement, mais hors Japon (rires). Comme ton T-shirt, là (il montre celui de Zombieboy), comme Parkway Drive, c’est cool.

Pouvez-vous présenter votre nouvel album Xeno ?

Kenta : Euh Xeno… C’est notre nouvel album (rires). Nous l’avons enregistré à The Fortress en Californie, entre avril et mai dernier. On a bossé avec Josh Wilbur, c’est un gars très compétent. Il a déjà bossé avec Lamb Of God sur leurs trois derniers albums et aussi All That Remains, Avenged Sevenfold, Pink. Il touche à tout : Pop, Rock, Métal, Hard Core et il sait tout faire.

Hiro : C’était une incroyable expérience de travailler avec lui. Il n’a jamais forcé le groupe à aller dans son sens, il nous a toujours laissé le choix. C’était très franc avec lui.

Nous avons remarqué que cet album est plus électro qu’Apocalyse (2013). Avez-vous travaillé différemment ?

Kenta : Peut-être. Vous savez, nous avons deux compositeurs : Kazu (guitariste) et Teru, notre DJ. Ils ont écrit quatorze titres pour cet album dont deux en Californie. Nous ne savions pas à quoi cela allait ressembler mais nous avons enregistré une maquette de l’album avant d’aller en studio. C’était la première fois que nous faisions une maquette. C’est la raison pourquoi nous avions une sorte de connexion avec Josh et il nous a construit le contenu de l’album. La dernière fois, nous avons travaillé avec David Bendeth pour notre dernier single, Madness. Avec le temps et au vu de son expérience, c’est un bon producteur. Nous apprécions le fait que notre théorie et la sienne aient été différentes. Il nous disait : « je me fous du breakdown ». Tu vois ?

Hiro : Pour lui, le breackdown et le beat sont des choses vraiment importantes, en fait, Josh aime les breackdowns.

Sur la pochette, on peut voir des éléments futuristes mélangés à la mythologie égyptienne. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Kenta : Il y a deux pyramides, une représente le passé et l’autre du futur. C’est une idée du designer Maxilla qui est notre ami. Il a apporté quelques idées et nous en avons choisi une et nous lui avons envoyé le message, voilà ! On trouvait que cette pochette faisait très Crossfaith.

Comment vous est venue l’idée de faire un duo avec Skindred ?

Hiro : Ce sont nos amis. On a tourné en première partie pour eux en Europe il y a trois ans. On a joué avec eux au Download Festival.

Kenta : Humainement, Skindred et Crossfaith sont très proches musicalement parlant. Je les aime ! (rires) C’est vraiment un groupe de sauvages, leur musique est très compliquée mais aussi proche de nous, j’aime leur humanité. Benji Webb est un de mes chanteurs favoris au Royaume-Uni, c’est pourquoi on leur a proposé de chanter sur un de nos titres. Il a écrit un morceau pour nous deux et je lui ai demandé de chanter ce morceau. C’est pourquoi ce titre passe vraiment bien.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le morceau Astral Heaven? Il est vraiment différent des autres pistes de Xeno.

Hiro : Cette chanson, je me rappelle de la première fois où notre DJ, Teru, me l’a joué. Nous étions à Osaka, pendant une fête. Kenta était là aussi. C’était pendant que Kazu n’était pas avec nous sur scène car il traversait des moments difficiles. Teru a composé cette chanson pour la première fois où Kazu reviendrai sur scène. Je revois le show dans ma tête. Personne ne lui avait rien dit. C’était la première chanson. Teru est monté sur scène jouer du piano, Tatsu l’a suivi puis moi jouant de la basse pour le retour de Kazu.

Kenta : On a fait l’album Xeno avec lui et Astral Heaven est un monument pour célébrer son retour.

Pour votre tournée européenne, vous jouez dans six villes françaises. Êtes-vous tombés amoureux de notre pays ?

Oui, on aime la France, on vous aime ! On aime les gens, on a beaucoup d’amis ici. On aime la culture, comme la culture de la mode ou la culture musicale, elle est vraiment unique, futuriste. En même temps, le côté geek ou nerd est dans la bonne voie. Quand on compare avec le Japon, on retrouve les mêmes aspects comme la culture Otaku. Pareil pour la mode, c’est très agréable. J’ai vu le film sur les Daft Punks. Ce sont d’excellents artistes.

Quel est votre meilleur souvenir de concert ?

Kenta : Super dur. Pour moi, en tant qu’humain, le Download Festival était le plus gros événement sur lequel nous ayons joué.

Hiro : Pour moi, c’est quand on a joué hors du Japon pour la première fois, sur un festival en Chine. On a joué en seconde ou troisième place sur le festival. En dernier, il y avait une célèbre actrice porno japonaise qui était là ! Je veux dire sur scène ! C’était vraiment drôle !

Quel est le pire ou le plus incongru ?

Kenta : La Thaïlande, quelqu’un m’a mis la main en feu ! Je portais des gants avec de l’huile ou de l’essence et j’avais vraiment la trouille ! (rires) Et dans la même soirée, je recevais des coups de jus avec mon micro !

Après avoir joué au Temple Rinnoji de Nikko, dans quel lieu rêveriez-vous de jouer ?

Kenta : La lune, nous demandons la lune.

Un dernier mot pour vos fans ?

Si vous n’avez pas encore jeté un œil sur notre nouvel album Xeno, assurez-vous bien de vous le procurer ! Gardez le contact avec nous via les réseaux sociaux et Tweeter, nous allons faire trois nouvelles chansons en 2016. Ne nous perdez pas de vue, on va faire ces chansons avec un groupe japonais qui s’appelle Sin, ça va être énorme ! Alors gardez le contact ! Merci beaucoup !

Propos recueillis par ZombieBoy et Khaos