IMG_5332

Après la chaleur du CCO et la puissance de Dagoba jeudi, en ce samedi de week-end de Pâques je me rends à Grenoble dans une salle qui m’est inconnue : la Bifurk. Ce soir, c’est Metallian Productions qui se charge de l’organisation de l’affiche avec au programme les Grenoblois de Whisky Of Blood puis les Suisses de Worry Blast et enfin les Américains de Nashville Pussy tout droit venus d’Atlanta avec leur bon vieux Rock sudiste. La salle est sold out !

Whisky Of Blood

Whisky Of Blood, c’est du rock à l’état pur. Ça saigne, ça rentre dedans et ça pulse du début à la fin. Déjà fort d’un premier album s’intitulant Six, Six, Sex, il tardait aux fans de voir continuer le chemin tracé par les Grenoblois. C’est chose faite car avec cette soirée, la formation nous permet d’assister à la release party de son dernier album Sexy Woman Of The Devil. Autant vous dire que le public a répondu présent à l’appel. D’emblée, la formation emmenée par Lord Whisky nous offre des titres accrocheurs qui restent en tête. Il ne faut dès lors pas longtemps pour chanter les titres à tue tête. Surtout quand la bande démarre en trombe avec Sexy Woman Of The Devil démontrant toutes les qualités techniques de la formation. Les spectateurs enchantés se laissent porter. Le groupe enchaine à vive allure, ne laissant rien au hasard qui plus est du côté de Phil The Animal (guitare) et de Lord Whisky (guitare-chant) créant une atmosphère juste spectaculaire. Il m’est avis que certains auront été ravis de la présence féminine de Klodia venant servir des verres de whisky et mettant le feu à la scène. Un set parfait qui aura débuté la soirée à merveille.

IMG_5107 IMG_5104

Worry Blast

Cela faisait quelque jour que le nom me triturait le cerveau. C’est après une rapide recherche que je lis qu’ils  viennent de Suisse, mais rien de plus. Il faudra attendre l’entrée de Worry Blast sur scène pour qu’un éclair de lucidité me transperce et, là, d’un coup, dans mon for intérieur, une petite voix me dit : “tu les as déjà couverts au Brin de Zinc en 2013”. Les Suisses m’avaient même laissé un bon souvenir. Cependant, ce soir, si on sent une très nette évolution, je n’arrive pas à retrouver l’étincelle perçue quelques années auparavant. On ne peut pas nier les progrès du groupe qui ne laisse pas indifférent. Quand Worry Blast termine son set, c’est un public conquis et mitigé qui laisse sortir les Suisses ayant fait une très belle prestation, car passer après Whisky Of Blood n’est pas chose aisée.

IMG_5224 IMG_5248

Nashville Pussy

IMG_5310On dit toujours jamais deux sans trois. Alors pourquoi ne pas remettre ça ? En effet, après deux premières prestations assez décevantes auxquels j’avais assisté, il me tardait de donner une nouvelle chance aux Américains. Le temps de faire des balances rapides et remplir la salle de nouveau. Il est maintenant temps d’accueillir la formation d’Atlanta formée de deux hommes et deux femmes. Nashville Pussy, n’ayant pas pour habitude de faire dans la dentelle, ne dérogera pas à la règle ce soir. Du rock brut et destructeur qui n’a qu’un but : faire plaisir aux spectateurs. Tout ce que je peux vous dire est que le pari est gagné. Dès l’entame du premier titre, Come On Come On, la Bifurk se retrouve en complète ébullition. Nous voici partis pour une heure et demie de Rock n’ Roll brut de décoffrage. Les titres défilent à vive allure et le quartet américain ne faiblit pas. La belle Ruyter Suis (guitare) et Blaine Cartwright (chant-guitare) en pleine forme offrent au public un set magistral. Ruyter nous gratifiera d’un finish phénoménal sur le titre Fried Chicken And Coffee en grimpant sur les barres métalliques. Quoi de plus normal. Mais ce n’est pas le seul titre qui plongera la Bifurk dans une sensation de folie puisque les titres accrocheurs Why Why Why et Go Motherfucker Go ne laisseront pas le public indifférent. Au moment de la note finale, c’est une salle chauffée à blanc qui applaudit la sortie de Nashville Pussy.

IMG_5340 IMG_5369

Une superbe soirée menée à la perfection par l’équipe de Metallian Productions dans une salle pas désagréable. Vivement la prochaine.

Elovite