Suite à la chronique parue récemment, voyons ce que provoque Van Canto sur scène. La date de Paris (Petit Bain, le 27 mars 2016) étant trop éloignée de mon nid, je me rends dans l’un des antres du Heavy sauce teutonne. Comme d’habitude devant cette salle, en Suisse alémanique, la majorité du public arrive juste à l’ouverture des portes ou légèrement plus tard. Il n’y a presque que les Français frontaliers pour se presser devant la barrière avant le lâché des fauves. Cela permet au passage de faire de nouvelles connaissances. Entrons dans le ventre du dragon avec trois représentants du Power Metal saveur germanique.

667x375_z7_010416_vancanto

Victorius

Victorius sont les premiers à s’avancer, eux qui ont sorti leur dernier album Dreamchaser fin 2014. Nous avons droit à un Power Metal assez classique dans le sens où nous sentons l’influence de groupes comme Edguy, Freedom Call et autres compatriotes plus célèbres. David, au chant, fait forte impression malgré une sono pas au top. Nous observons que les musiciens tentent de créer du décalage, toujours dans leur style mais les deux guitaristes s’alternent bien pour les soli et diversifient leurs riffs. Jeu de scène entrainant également, eux qui ont la tâche difficile de chauffer une salle encore partiellement comblée. Le public est mis à contribution pour scander les refrains et après une petite demi-heure, les oreilles se trouvent déjà bien échaudées et prêtes pour la suite.

Grailknights

Lorsque les musiciens de Grailknights montent sur scène pour préparer leur matériel, la première idée qui vient est « mais What The F… » ? En effet, je vous mets une vidéo en lien plus bas afin que vous voyiez les déguisements de ces jeunes gens qui ne se prennent pas au sérieux. Pour résumer, c’est comme les Power Rangers qui auraient traversé le temps pour se retrouver à l’époque de la quête du Graal. Chacun arborant une couleur dominante, nous assistons à toute une scénographie. Je ne saurai vous donner des détails précis qui, ce soir-là, ont été expliqués en allemand mais d’étranges objets et personnages déguisés se succédèrent sur scène. Le principal est Dr Skull, un genre de Skeletor qui est le grand méchant. Il se pointe avec le Saint Graal dans les mains, puis survient deux types déguisés en cheval, un fut de bière (qui fut distribué au public), des épées pour un combat épique avant que le Skull ne trépasse. Cet univers déluré donne envie au départ de bien se ficher de leurs tronches mais rira bien qui rira le dernier, tout le monde se trouve entrainé dans le délire au fil du show. Lorsque ces messieurs demandent au public de prendre des positions étranges et de suivre une chorégraphie, vous pouvez difficilement rester immobile alors que toute la foule obtempère. Il faut bien préciser qu’au-delà de cet aspect théâtral, la musique se trouve quand même très bien construite. Les guitares bombardent des riffs acérés, le style se rapprochant assez de Sabaton. La voix du chanteur a d’ailleurs des airs de Joachim Broden, la maîtrise du chant guttural en plus. C’est là ou Grailknights propose un attrait supplémentaire en regard d’autres groupes du même style. Le public devient de plus en plus chaud alors que les chevaliers colorés offrent au final un exemplaire de leur dernier EP à une jeune femme du premier rang. Celle-ci a droit à une standing ovation de la foule. Voilà un combo sympathique qui possède des arguments pour entraîner même les plus réticents au départ.

Van Canto

Cinq ombres surgissent dans l’obscurité alors que passe dans les enceintes une introduction samplée. Rassemblés autour du batteur, les vocalistes de Van Canto se mettent à niveau sur l’introduction de Clashing On Armour Plates. Chacun doit régler le petit appareil accroché au dos, c’est là qu’est ajusté le retour vers une oreillette. Chanter a-capella en live avec une sono demande en effet un équilibrage parfait à ce niveau. Puis, chacun se retourne et c’est la déferlante. Ils ne tiennent pas en place, surtout les deux leaders et en particulier Sly, monté sur ressors. Ross occupe plutôt la gauche de la scène et Stef épaule le petit nouveau Jan à droite. Les six premiers titres sont tout simplement ceux de l’album chroniqué récemment, Voices Of Fire. Stef prend le temps de les introduire chacun en les accrochant à l’histoire écrite par Christoph Hardebuch. La grande différence avec l’album vient de l’absence des différents choristes et des chorales, ce qui ne provoque même pas de vide en live. Puis, le titre Time And Time Again déploie ses ailes dans ce contexte, grâce à l’interprétation qu’en fait Sly sur scène. On sent le chanteur adhérer au personnage, jouer véritablement le rôle avec un air de John Travolta. Il sautille et arbore la scène de long en large, difficile pour les photographes de le cadrer tant il ne tient pas en place. Certaines jeunes filles semblent aussi craquer devant son corps de sportif bien équilibré mais, attention, Mme Schunke se tient au stand merch, donc aucun espoir pour vous. Inga n’est pas en reste. Terminé la chanteuse un brin timide de ses débuts. Sa voix se projette, toujours juste. Un titre comme All My Life n’envoie que des bonnes ondes avec un aspect gracieux.

Après cette immersion dans Voices Of Fire, le combo allemand va ressortir certains de ces anciens titres ainsi que leurs plus célèbres reprises. Nous apprécierons particulièrement la reprise de Manowar, Kings Of Metal, où tout le public scande « Kick Your Ass » en levant le pied ou « other bands play, Manowar kill ». On reste carrément sur les fesses quand toute l’affluence reprend The Bard’s Song de Blind Guardian tel un hymne dans un stade de foot allemand. Le rappel nous replonge quant à lui dans le dernier album avec le victorieux Bardcall et en finissant par Fear Of The Dark. Après le concert, tous les membres furent disponibles pour discussions, autographes, photos, avec le sourire et la satisfaction d’une belle soirée dans une salle pleine comme un œuf.

Une nouvelle belle soirée au Z7 qu’il faut remercier pour son implication au quotidien auprès de la scène Rock et Metal. Un grand merci également à Claudia Steinlechner de Napalm Records pour le contact avec le groupe et l’invitation à ce concert. Nous reverrons Van Canto, dès que possible.

Khaos

Clip Victorius – Twilight Skies : https://www.youtube.com/watch?v=TrW80XB3q_A

Clip Grailknights – Dead Or Alive : https://www.youtube.com/watch?v=u4s7O1q0HDs