Sharked – Generalized Death Drive

Posté le : 25 avril 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,
Genre : Thrash metal/Death metal - Sortie : 1er avril 2016

Genre : Thrash metal/Death metal – Sortie : 1er avril 2016

Sharked est originaire de la région Rhônes-Alpes. Le groupe qui évolue sous la forme d’un quintet se compose de Tom Roger à la guitare et au chant, de ArtRose aux samples, de Jérémy Conil à la basse, de L’Abbé S.M au chant et enfin de Nicolas Ramboz à la batterie. Déjà auteurs d’un premier méfait sorti en 2010 et intitulé Sharked 1, le groupe d’énervés rallume la chaudière et vient nous proposer là son nouvel EP intitulé Generalized Death Drive, publié par M.U.S.I.C Records. Vous êtes sensible ? Vous êtes amoureux de la vie sous toutes ses formes ? Oui ? Alors vous avez trente secondes pour quitter les lieux. Pour les autres, les vrais, asseyez-vous, ça va commencer.

Nous allons poser la question sans détour : avez-vous déjà pris un coup de pelle en pleine face ? À froid comme ça, voire au réveil, sans s’y attendre ? Non ? (enfin votre serviteur du jour l’espère aussi pour vous !), et bien dîtes-vous que cet album devrait vous procurer à peu près le même effet. Vous allez entrer dans une zone de turbulences, car ici tout ce qui fait le Thrash et le Death est appliqué à la lettre : riffs, vitesse, growls, technique et blasts sont là pour faire mal. Génocide qui ouvre le massacre est un véritable bombardement, un blitz, l’équivalent de la puissance de toutes les bombes de la seconde guerre mondiale dans un seul morceau de quelques minutes. On appelle ça du concentré, du double concentré même si l’on s’en réfère à la double pédale qui officie ici comme un rouleau-compresseur qui tournerait au supercarburant. Autant le dire de suite, l’album dans son intégralité est dans cette lignée. Des déferlantes à chaque titre, des baffes comme s’il en pleuvait. Infanticide se détache néanmoins du lot par une rage rarement atteinte, on croirait entendre le grand Deicide. Respect. Véritablement, Sharked est une pure machine de destruction. Sa musique basée sur un Thrash originel n’en n’est que rehaussée par la voix de son hurleur, véritable hachoir de masse. Ajoutez à cela un son que l’on peut qualifier de plus que correct avec un mixage tout à son honneur. Ce n’était pas gagné d’avance avec une telle masse de décibels à traiter mais le résultat est convainquant.

Homicide est la cerise sur cet album gâteau/cadeau et ceux et celles qui vont s’aventurer dans la fosse vont y laisser des membres. Comme le disait Exodus : « Si tu ne peux pas marcher, tu peux toujours ramper » et il y a fort à parier qu’il va y avoir des pertes dans le pit. Six titres, cela peut paraître trop court, et ça l’est en vérité, mais il y a tellement de densité que la relative courte durée de cet EP est largement compensée. La galette se termine par Suicide qui, soit dit en passant et sans humour noir, signifie souvent et malheureusement la fin… Dernier riff, derniers hurlements, dernière déflagration, te voilà par terre pour de bon. Au final, nous avons là, chers amis métalleux et chers amies métalleuses, quelque chose d’abouti et qui tient amplement bien la route. À vous de vous montrer curieux et de foncer chercher cet opus. Il reste à espérer qu’un album arrivera très vite. En attendant, calez-vous celui-ci entre vos deux oreilles et recommencez dès que ça s’arrête.

Sharked est à la sensibilité ce qu’un panzer est au raffinement. À L’instar des titres de cet album, rajoutons que ce groupe est aussi dangereux que de l’acide, qu’il vous apportera votre taux de glucides, que rien ne pourra résister à cet insecticide/fongicide et enfin que cet opus est tout sauf un bide.

Pat

Tracklist :

  1. Génocide
  2. Liberticide
  3. Infanticide
  4. Tyrannicide
  5. Homicide
  6. Suicide

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/SHARKEDOFFICIAL

MySpace : https://myspace.com/monokitsaucer