Harm Shelter – Paycheck : à core et à cris

Posté le : 24 mai 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,
Genre : Hardcore - Sortie : 3 juin 2016

Genre : Hardcore – Sortie : 3 juin 2016

Harm Shelter nous vient d’Allemagne. La formation a vu le jour en 2011 de la fusion de Harm et de Shelter. Sorte de réunion RFA/RDA musicale en fait. Le groupe teuton évolue sous la forme d’un quintet composé de Jay au chant, de Kris et Daniel aux guitares, de Fridge à la batterie et enfin de Gordon à la basse. Sachez aussi et n’oubliez pas que cette galette sort chez les p’tits gars de BDHW Records. C’est parti.

Quand vous faîtes face à pareille pochette, l’on se dit que ça sent la communion totale, un monde sans barrières, sans intermédiaire, directement du producteur au consommateur. On appelle cela un circuit court. En ce qui concerne le groupe du jour, vous prenez ce qu’il vous donne en pleine courge, en moins d’une seconde. Un circuit court qu’on vous dit. Car attendez-vous à prendre beaucoup de choses droit dans votre doux visage amis métalleux et amies métalleuses. Douze morceaux comme autant de piqûres de guêpes, ça peut faire très mal. Douze balles de baseball servies par un son en forme de batte à répétition. La production est on ne peut plus soignée et fouillée. Incontestablement le point fort de cet album. Ce n’est pas le seul bien sûr mais il est essentiel. Cet album a la double particularité que ce qui le rend fort en fait aussi sa faiblesse. Votre serviteur du jour s’explique tout de suite : les titres cognent, c’est efficace, le phrasé du chant est bon mais trop répétitif dans son exécution. Il en devient prévisible et sans surprises. C’est bon, oui, mais on reste un peu sur sa faim. Cela vaut aussi pour la musique et ces douze titres. L’envie de bien faire est là et c’est assez impressionnant par moments, comme le morceau Vom Schatten Ins Nichts, simplement parfait, mais les titres sont basés sur le même schéma et en deviennent courus d’avance, même si le résultat est fort honorable.

Il y a des tempêtes dans cet album, que l’on ne s’y trompe pas car des balles comme par exemple Gomorra et D.F.T.R sont simplement mortelles. Donc, oui, il y a de la qualité mais il manque juste une étincelle, l’allumette qui enverra le baril de poudre à dix kilomètres en trois secondes. Le Hardcore pratiqué par le groupe répond pourtant aux ingrédients du genre fait de rythmes syncopés, de breaks et de riffs rageurs. Mais ne doutons pas un seul instant que ces compositions gravées sur vinyle et autre supports ne sauront jamais restituer la folie qu’elles dégageront jouées en live. Venom fera tomber des têtes dans les fosses, on peut en être sûr. La conclusion ? il faut se procurer cet album, ne serait-ce que pour le travail de production fait sur cet album, et puis les titres sont quand même de bons coups de pied au séant.

Harm Shelter est un bon moyen de réunir diverses formes de Metal quand bien même si les étiquettes sont à bannir par définition. Son Paycheck ravira les fans de Hardcore et les autres fans d’énergie majuscule. Un bon album au final qui ne demande qu’à se répandre comme une bonne allergie printanière. Ça tombe bien, c’est le printemps, alors à vos souhaits.

Pat

Tracklist :

  1. Eternal Crusade
  2. Suppression
  3. For The Low
  4. Brown
  5. Venom
  6. Vom Schatten Ins Nichts
  7. Interlude
  8. F.T.R
  9. Gomorra
  10. Judgement
  11. Satan’s Breed
  12. Mindcontrol

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/harmshelter

Bandcamp : http://harmshelter.bandcamp.com/

Clip de Eternal Crusade : https://www.youtube.com/watch?v=X0YudEAzU1c