Genre : Metal - Sortie : 12 février 2016

Genre : Metal – Sortie : 12 février 2016

Fallen Eight nous viennent de Seine et Marne et évoluent sous la forme d’un quartet. Nous serons secoués par les vocalises de Clem, la rythmique de Jp, le groove de Joffrey, les riffs de Florian et Medy. La troupe fait trembler les scènes franciliennes et au delà depuis 2012. Ils nous offrent leur nouveau sésame qui sort chez Dooweet pour la promotion. Les voila bien entourés.

Pour bien concevoir le style de Fallen Eight, il faut imaginer une créature métamorphe. Celle-ci passe aisément de la bestiole douce au duvet soyeux à la bête féroce prête à mordre. Nous observons ainsi deux faces qui s’opposent. L’une est constituée de parties très mélodiques chantées par Clem d’une voix claire efficace et superbement maîtrisée. Une voix qu’on dirait faite pour le Power Metal. Les autres parties se trouvent beaucoup plus énervées, accompagnées d’un chant hurlé. Là, nous sommes dans l’inspiration des groupes de Nu Metal, voir d’un léger Metalcore. Aux rythmes saccadés des guitares, les pogos deviennent possible et même encouragés. Fallen Eight va manier ces deux registres, parfois en faisant pencher les titres plus vers l’un ou l’autre, soit en les mêlant au mieux. C’est ce qui donne d’emblée une identité musicale à ce jeune combo. Sans être dans l’expérimentation totale, les voilà qui tracent d’emblée leur route.

Reborn nous fait débuter dans la lumière et un registre majoritairement clair. L’habileté vocale de Clem saute à la figure et n’est pas sans me rappeler un certain Sebastian Bach (ex Skid Row). C’est propre, soyeux et puissant comme il faut. Les hurlements n’interviennent ici qu’en contre chant dans les refrains. C’est vraiment le titre idéal pour lancer cet Ep, son refrain reste enfoncé dans la tête. Ensuite, nous irons vers un registre plus équilibré où les strophes expédiées en chant saturé contrastent avec des refrains posés droits comme un wagon sur son rail. Par moments, nous avons même l’impression que deux chanteurs s’alternent mais non, c’est le même caméléon qui tient le micro. Dans Final Shot, qui marque l’esprit comme l’un des titres majeur de cette production, Fallen Eight nous concoctent un beau break avec un passage instrumental de très belle facture. Précisons au passage qu’à l’écoute, nous nous apercevons que le batteur Jp possède un sacré niveau. Une frappe précise et on sent qu’il donne tout, avec une créativité importante sur les breaks. Son grappin attrape les trippes. Light marquera également par sa lourdeur. Mis à part les paroles en anglais, on se rapproche du style d’Aqme, même si la fin de ce titre devient plus lisse. Worst Nightmare termine cet Ep en beauté. Le riff d’intro agrippe nos estomacs pour nous projeter en l’air. Les refrains nous la rejouent séduction des tympans. Un condensé de leur prometteur talent se trouve dans ce morceau final. Nous sommes impatients pour la suite.

Pour une première production, Fallen Eight montre tout le nécessaire pour nous réjouir. Ils semblent déjà avoir trouvé leur propre style, magnant avec autant d’aisance la brutalité que la mélodie soyeuse. Nous sentons aussi un potentiel énorme entre des riffs de grattes prenants, une batterie performante et un chanteur qui possède deux registres qu’il maîtrise avec talent. Voila un combo dont il faudra surveiller l’évolution.

Khaos

Tracklist :

  1. Reborn
  2. Come From The Sky
  3. Final Shot
  4. Breath Of The Ages
  5. Light
  6. Worst Nightmare

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/FallenEight/

Lyric vidéo Light : https://www.youtube.com/watch?v=0WIakaSzvzg

Lien Soundcloud : https://soundcloud.com/falleneightband