IMG_8803

Deux semaines auparavant, pour mon deuxième concert australien, je choisissais de me rendre sur The Screaming Jets et Massive à Adélaïde. Ce soir, je remets ça dans un quartier de Sydney appelé Rozelle. C’est au The Bridge Hotel que les deux formations se produiront ce soir. Que dire avant de lire ce report, allez lire le premier. Cela vous permettra sûrement de mieux comprendre la suite.

Massive

IMG_8907Accrédité par Massive (originaire de Melbourne) sur les deux dates, j’avais pu découvrir un groupe énergique avec une musique intéressante à Adélaide. Mais, aujourd’hui, j’étais loin de me douter que la claque prise deux semaines plus tôt allait être encore plus grosse. Premier point, la salle est plus petite, comparable au Marché Gare à Lyon si cela peut vous situer, et va surement mieux se prêter aux deux sets. 20h30, chut dans la salle, éteignez vos portables et attachez vous, la déferlante Massive est en place. Ça part à deux cents à l’heure et ça défrise. L’ouragan est en marche. Ça cartonne tellement qu’il est difficile de ne pas se dire que la prestation commence bien plus fort qu’à Adélaïde. Le son meilleur et la salle plus petite en sont pour quelque chose, c’est sûr. Brad Marr (guitare) et Brendan Forward (guitare) sont survoltés. Qu’est-ce qui les transcende ? Aucune n’idée mais ce n’est certainement pas l’ambiance puisque les spectateurs éparpillés dans la salle sont statiques. En tout cas, l’ingrédient provoque un tourbillon musical effrayant. Vous l’auriez donc compris, si le set de massive à Adélaïde était très bon, celui de Sydney aura été parfait. Groupe à découvrir de toute urgence, vous ne serez pas déçu par le puissant Hard Rock des quatre Australiens.

IMG_8803 IMG_8911

The Screaming Jets

IMG_8960Le temps de vider le plateau de la salle, on accorde basse et guitares puis les lumières du The Bridge Hotel s’éteignent. On notera un changement « incroyable » puisque le nombre de personnes a été multiplié par six. Mais où étaient-ils ? On ne le saura jamais. Quoi qu’il en soit, l’accès à la scène devient compliqué car une horde de fans se rue à son abord. Pas grave, en tant que photographe, on a l’habitude, c’est toujours un challenge. Mais pendant que je parle, la formation de Newcastle s’est mise en place pour l’une des dernières dates de la tournée promotionnelle du nouvel album Chrome. The Screaming Jets démarre son set sur les chapeaux de roues. Qu’ont-ils aujourd’hui ? The Bridge Hotel est-il une plaque tournante de la musique ? Je dis cela car The Screaming Jets m’avait fait une forte impression deux semaines auparavant mais, ce soir, c’est impressionnant. Le mélange Heavy, Blues, Hard Rock prend une nouvelle dimension, probablement la cinquième. Dave Gleeson (chant) semble en transe et dans un autre monde tout comme Jimi Hocking (guitare), reflétant une tout autre image qu’à Adélaïde. Tout le groupe est transformé. Je penche nettement pour la taille de la salle car grâce à un public plus proche, on peut très vite se transcender. Quand vient le moment du rappel, nous pouvons entendre d’une seule voix « We want more, We want more ! ». Ce qui veut tout dire. La fin du set n’est que la suite logique du début de la prestation.

IMG_8944 IMG_9012

Encore une belle soirée sur le sol australien, avec deux formations qui m’auront mis une nouvelle claque musicale. Massive qui confirme sa grandeur et The Screaming Jets qui aura transcendé la salle. Merci encore une fois à Massive et Third Verse Management de nous avoir donné la chance d’assister à ces deux très belles dates de la tournée Chrome Tour 2016.

Elovite