IMG_9275

En cette soirée du 27 mai, je me dirige une nouvelle fois en direction du Bald Faced Stag, situé à quelques minutes du centre-ville de Sydney. Aujourd’hui, c’est Green Hell Touring qui s’occupe de l’affiche. Au menu : deux formations australiennes avec Metreya en ouverture Darker Half qui partent sur quelques dates en Europe prochainement (nous reviendrons dessus), puis les talentueux Espagnols Angelus Apatrida, pour leur avant-dernière du Pacific Assault 2016. D’ailleurs, si vous ne l’avez jamais lu, vous pouvez lire le report de l’Xtremfest 2014 et celui de leur passage au CCO en octobre 2015.

Metreya

Il est 20h30 quand Metreya monte sur les planches. D’emblée, la formation fournit un bon vieux Thrash Old School bien puissant. Dommage que l’affluence ne soit pas de mise. En effet, le nombre de spectateurs sera porté à une centaine environ. Le public ne sait pas ce qu’il manque. Quoi qu’il en soit, Metraya nous offre un set dynamique avec du relief. Un set de première partie très agréable qui ne laisse pas indifférent. Nous serions plus nombreux, je suis sûr que les circle pits fuseraient dans le Bald Faced Stag. Mais ce soir ce sera plus difficile. Quand on pense que le Bridge Hotel affichait complet hier soir. Où est donc le public ? En tout cas, pour cette entame de soirée, les absents ne savent pas ce qu’ils ratent car en terme de qualité musicale, Metreya met la barre très haute, notamment grâce au chanteur Michael Demov qui nous permet de ressentir la passion de sa musique. Bref, vous l’aurez compris, une bonne surprise australienne qui mérite qu’on lui accorde plus de temps.

IMG_9082 IMG_9038

Darker Half

Changement de plateau et une nouvelle formation de Sydney prend place sur le plateau de la salle. Avec Darker Half, le changement d’ambiance ne sera pas des plus stratégiques. En effet, passer du bon Thrash Old School à un mélange de Thrash et de… je ne sais pas trop. Je vous laisserais jeter une oreille. Quoi qu’il en soit, la formation ne fait pas l’unanimité puisque beaucoup sont encore au bar pendant la prestation de Darker Half. Même si la musique est intéressante, il manque un ingrédient pour que la sauce prenne. Bien sûr, c’est souvent la partie primordiale d’une recette qui, si elle est loupée, peut tout gâcher. Avec la formation de Sydney, c’est le cas. Je penche pour la voix de Vo Simpsons. Cependant, si on arrive à se mettre dedans, le fond est prometteur et accrocheur. Il aurait peut-être fallu mettre Metreya à leur place, même si un running order n’est pas toujours simple à établir. De plus, nous apprenons que Darker Half s’envolera pour une mini tournée dans l’Europe de l’Est (Croatie, Roumanie, Serbie, Bulgarie) qui débutera le 3 juin 2016. C’est tout de même avec soulagement que le groupe finit son set qui aura été un peu long au goût de beaucoup.

IMG_9136 IMG_9153

Angelus Apatrida

Il est 22h45 quand Angelus Apatrida commence à installer son matériel. C’est un peu tard mais quand on connait les Espagnols, ce n’est pas grave. Je dirais une seule chose, soit on raccourcit le temps de set des premières parties, soit il faut commencer plus tôt. Je dis cela car le quartet espagnol emmené par Guillermo Izquierdo débutera sa prestation à 23h30. Vous comprenez mieux le mot tard, j’imagine maintenant. Nous démarrons le set très fort grâce au titre Immortal, extrait du dernier album Hidden Evolution. Les Espagnols sont lancés pour leur avant-dernière date du Pacific Assault 2016. Comme d’habitude, nos cousins hispaniques lâchent les chevaux d’entrée et appuient là où ça fait mal. Malgré l’heure tardive, on sent la formation motivée. Seul bémol, les lumières pas top pour shooter. Par contre, le son est exquis. Vraiment dommage que le public ne soit pas plus présent car cela pourrait être énorme. La dizaine de personnes effectuant des circle pits régulièrement donnent le sentiment que les spectateurs sont à fond dedans. En tout cas, Angelus Apatrida confirme son statut montant. En effet, pour ma troisième date en moins de deux ans, les Espagnols montent les crans avec brio. Leur jeu de scène devient plus étoffé et on sent une réelle envie d’atteindre les sommets. Guillermo Izquierdo (chant) et José J. Izquierdo (basse) sont à l’image de cette évolution car si les deux hommes sont un peu la clé de voûté du groupe, il ne faut pas oublier la dimension prise dans le jeu de Victor Valera (batterie) qui, ce soir, sidère complètement. Il en reste un qui ne laisse pas indifférent non plus, c’est David G. Alvarez qui montre la réelle évolution de la formation en quelques mois. En effet, lui qui était un peu statique et en retrait jusqu’à présent, commence à prendre sa place sur scène en se mettant en avant grâce à de purs soli. Le reste de la soirée continue à nous en mettre plein les oreilles. Si vous n’avez jamais vu ni écouté Angelus Apatrida : foncez.

IMG_9226 IMG_9253

IMG_9278IMG_9185

Il est environ une heure du matin quand le set d’Angelus Apatrida prend fin mais c’est une nouvelle claque. On sent un public heureux malgré l’heure. Bravo à eux pour nous avoir gratifié d’un set du tonnerre pour leur avant-dernière date du Pacific Assault 2016. Mention spéciale à Metreya qui aura été une très bonne surprise et une petite déception avec Darker Half qui aura cassé le rythme de la soirée. Quoi qu’il en soit, ce fut encore un bon moment sur le sol australien. Merci à Green Hell Touring pour cette soirée.

Elovite