IMG_9610

Après Adélaïde et Sydney, votre serviteur pose enfin ses valises dans la belle ville de Brisbane. Consacrant l’essentiel de mon temps depuis le début de la semaine à chercher chambre et travail, il me fallait bien un petit concert. Je choisis donc pour ma série de trois concerts en trois soirs, de débuter ce mini marathon par les Américains de Fear Factory et leur Metal Indus qui se produiront sur la scène du Tivoli à Fortitude Valley, à quelques minutes du centre de Brisbane. Ce soir, c’est Destroy All Lines And Chugg Entertainment qui se colle à l’organisation et offre en plus des Américains, les formations australiennes Tria Mera (Brisbane) et Circles (Melbourne).

Tria Mera

Courte attente à l’extérieur de salle puisqu’il est 19h20 quand la sécurité nous fait entrer. Le temps de récupérer mon précieux sésame et je m’en vais découvrir la salle. Une pièce très théâtrale, magnifique, s’ouvre à moi. On marche sur de la moquette, c’est agréable. Cool, j’espère que le son et les lumières sont aussi prometteurs que le reste du Tivoli. Il est 19h45 quand Tria Mera prend place sur scène. Les spectateurs sont épars puisque beaucoup arrivent encore, se rapprochant de la scène. C’est bon, la soirée est lancée. Le groupe de Brisbane nous offre un set dynamique intéressant. En tout cas, ils font le boulot à merveille, rien à reprocher. On sent qu’ils se font plaisir car ils ne doivent pas jouer souvent sur cette scène. Malgré un temps de jeu très court, Tria Mera aura fait le boulot, mais je reste sur ma faim. À remettre.

IMG_9362 IMG_9427

Circles

Après un (long) changement de plateau, nous voici partis dans l’univers de Circles. Soit on accroche, soit pas. Personnellement, c’est non. Mais faites-vous une idée, peut-être que ? L’ambiance qui était montée sur Tria Mera redescends brusquement un peu comme lorsque nous apprenons une mauvaise nouvelle. Dommage. Par moment, il vaut mieux peut-être n’avoir qu’un groupe en première partie, histoire de ne pas plomber la soirée. Mais bon, c’est les aléas des concerts. Quoi qu’il en soit, on ne sent pas le public conquis par la formation originaire de Melbourne. De plus, de nombreux spectateurs font leur entrée dans le Tivoli, ce qui n’arrange pas les choses. D’ailleurs, le nombre de photographes augmente dans le pit. Un set de sept titres ma foi suffisant avant l’arrivée de Fear Factory. Vous l’aurez certainement compris, un set particulier non pas sur le fond instrumental bien travaillé, mais plutôt au niveau de la voix qui ne colle pas forcément avec le style. Mais le mieux est d’aller se faire une idée.

IMG_9491 IMG_9520

Fear Factory

On enlève le matériel de la scène, on découvre la batterie de Mike Heller puis, le balcon est ouvert pour laisser monter les spectateurs et les derniers réglages sont faits. Il doit être environ 21h40 quand le Tivoli s’éteint. On sent l’ambiance monter. Cool, ça va être autre chose que sur Circles qui a littéralement pourri l’ambiance. Mike Heller s’installe derrière ses fûts puis arrive le reste de la formation et, d’un coup, ça part. Le public se déchaine dès les premières secondes du set de Fear Factory.  Le concert promet d’être intéressant. Même si les slams mettent du temps à arriver, il ne faudra pas longtemps pour que le premier circle pit ne se forme. En même temps, quand c’est monsieur Dino Cazares qui incite le public à démarrer, on ne se fait pas prier. Burton Bell (chant) est parfait et tient le public d’une main de fer. L’ambiance générée dans le Tivoli fait rêver. Que dire quand on assiste à une telle soirée avec un public, un son et un groupe au top ? Seul bémol, le groupe aura joué une heure et demie et nous n’aurons pas eu de rappel. Dommage car une petite piqure en plus aurait fait du bien. Mais bon, le dernier titre de la setlist, Replica, ne gâche rien surtout quand Dino Cazares, avant le lancement des hostilités, fait répéter le public « I don’t want  to live that way » qui sera repris en chœur pendant les refrains, ce qui clôturera le set de manière somptueuse pour la première de leurs six dates australiennes du Regenera Tour.

IMG_9622 IMG_9655

IMG_9610 IMG_9726

Il est temps pour le public de se diriger vers la sortie mais que la soirée fut belle. Mis à part Circles qui n’aura pas enjoué le public, Tria Mera aura été parfait dans son rôle d’ouverture et les Américains de Fear Factory auront démonté la salle pendant plus d’une heure. Merci à Destroy All Lines And Chugg Entertainment pour cette superbe affiche.

Elovite