IMG_0125

Une fois n’est pas coutume, comme depuis mon arrivée en Australien, je m’octroie une moyenne de deux dates par semaines, pourquoi ne pas monter à trois pour ma première semaine à Brisbane ? Si vous avez suivi, jeudi soir, nous vous avons couvert Fear Factory et la veille The Ataris, deux formations américaines. En cette soirée du 4 juin 2016, pour ma troisième date, voici un nouveau live report avec un autre groupe américain. Cette fois, je m’attaque donc au Black Metal de Deafheaven au Crowbar, salle de la banlieue Fortitude Valley. Ils seront accompagnés par les Australiens de Hope Drone et de High Tension. Une soirée signée Deathproof Presents et Handsome Tours.

Hope Drone

C’est l’heure, Hope Drone s’installe sur scène. En quelques secondes, la sombre et pesante musique de Hope Drone s’installe dans le Crowbar. Nous nous sentons submergés par un immense malaise. Mais tout bien réfléchi, l’effet qu’attendait la formation doit être celle-ci. On sent toute l’émotion de leurs chansons dans leur jeu. Cependant, la pesanteur du Black Metal des Australiens n’est pas du goût de tous. Les minutes semblent se figer dans le temps. Ce qui n’est pas forcément agréable lors d’un concert. Soit dit en passant, heureusement que le set ne dure pas longtemps car il m’est d’avis que la salle deviendrait bien vide. Mais pour une première partie, on ne peut pas en demander trop.

IMG_0009 IMG_0006

High Tension

Grosse demi-heure de battement, ce qui permet à la deuxième formation australienne High Tension, tout droit venue de Melbourne, de s’installer. Un petit bout de femme les accompagne mais c’est trompeur. Ça, on le sait car certaines chanteuses n’ont pas à rougir de leur homonyme masculin et avec High Tension on va le découvrir une fois de plus. À l’instant même où les lumières s’éteignent, les spectateurs se pressentent dans les cinq mètres carrés qui permettent de voir les musiciens. La scène étant trop exiguë, une fois passée cette zone, le public ne voit plus rien. Il faut bien faire avec. Pendant ce temps, les premières notes se font entendre et le public en folie presse le pas sur la barre les séparant des musiciens. Pour les photos, cela ne va pas être simple mais votre serviteur aime relever les défis. Puis, d’un coup, notre petit bout de femme du nom de Karina Utomo déploie toute sa panoplie vocale. Que dire de plus à part : impressionnant. On sent nettement que tout tourne autour d’elle puisque musicalement parlant, si le mélange Black symphonique est agréable, sans Karina, cela ne casse pas, excusez moi l’expression, deux pattes à un canard. Heureusement, la jeune femme joue de manière parfaite avec le public. En effet, que ça soit en grimpant sur la barre pour se coller aux spectateurs, en slammant ou même en se dirigeant dans le public en délire, Karina démontre un potentiel scénique incroyable. La cohésion entre la voix claire et la voix gutturale retranscrit à merveille sa personnalité et la musique du groupe. Si hormis le chant, ce n’est pas le top, l’assemblage final nous offre un dynamisme et un peps exquis, juste avant l’entrée en scène de Deafheaven.

IMG_0108 IMG_0110

Deafheaven

C’est parti pour une nouvelle demi-heure d’attente. Quitte à ne pas pouvoir accéder au-devant de la scène au vu du nombre de personnes au centimètre carré, autant aller prendre l’air. Après un bol d’air frais, il est temps de redescendre en enfer car les Américains de Deafheaven démarrent bientôt. Comme dis plus haut, pour le coup, pas moyen d’accéder au pit. Ça va être coton pour faire des photos. Par contre qu’elle ambiance ! Mais c’est sans compter la gentillesse de la sécurité qui nous offrira la possibilité de se mettre sur le côté de la scène pour faire notre travail. L’énergie donnée par Karina avec High Tension n’est pas retombée. C’est cool. La formation démarre sur les chapeaux de roues, écrasant tout sur son passage avec un son bien gras et lourd. On sent l’énergie de la musique monter en nous. Dommage que la scène soit trop petite car la formation pourrait certainement nous gratifier d’une prestation incroyable. Il reste le dynamisme de George Clark (chant) qui, même si l’espace est exigu, ne se laisse pas abattre. On peut avoir parfois peur pour lui de se prendre le manche de l’un de ses guitaristes ou de son bassiste. En tout cas, Deafheaven envoie bien la sauce et risque de marquer les esprits un bon moment. Le set aura passé à une vitesse folle et nous n’aurons pas vu passer le temps.

IMG_0178 IMG_0199

Une bien bonne soirée se termine et votre serviteur aura une nouvelle fois fait de belles découvertes. Hope Drone et High Tension auront fait du très bon boulot. Deafheaven aura marqué les esprits. Merci à Deathproof Presents et Handsome Tours pour cette superbe affiche.

Elovite