Hpocras (3)

Ce début de week-end de Pentecôte s’annonce sous les meilleurs auspices. Le monastère royal de Brou, situé à Bourg-en-Bresse, a eu la bonne idée d’inviter à l’intérieur de ses cloîtres les descendants vikings de Skálmöld venus spécialement d’Islande. Les Suisses d’Hypocras sont de la partie avec les Tourangeaux de Drakwald et la troupe vikings Les Loups de Fenrir. Cet évènement s’inscrit dans le programme culturel « Bas Les Masques » qu’organise la ville du 5 au 18 mai 2016.

En ce qui concerne le concert, celui-ci est organisé par La Compagnie d’Edoras, organisateur du Ragnard Rock Festival et le monastère royal de Brou. Autant dire que les grands esprits se rencontrent en ce lieu saint où se mêleront ce soir les arts de la religion chrétienne, tant par les œuvres, tableaux, peintures, sculptures et mobiliers qui se trouvent à l’intérieur des bâtiments, et l’architecture de la reconstitution des combats viking, sans oublier la musique %etal . Une première !

Durant l’après-midi, la troupe Les Loups de Fenrir anime le parvis de l’église où les visiteurs vont et viennent. Ils poursuivront leur démonstration de combat à l’intérieur du monastère durant la soirée. Le soleil est au rendez-vous en cette fin d’après-midi mais le vent du nord aussi. Celui-ci nous saisit en attendant que le monastère veuille bien ouvrir ses portes aux fidèles impatients. Lors de ma visite du monastère dans l’après-midi, les visiteurs et moi-même avons pu assister discrètement aux balances de Skálmöld et des autres groupes. J’avais constaté à ce moment-là que l’acoustique du lieu était plutôt de bonne qualité. Enfin, nous pouvons entrer, tout est fin prêt. Dans le premier cloître se trouve quelques stands d’articles en cuir, de cornes peintes et la troupe les Loups de Fenrir ou encore quelques bouteilles d’hypocras.

Drakwald

DrakwaldDans le deuxième cloître, le plus grand des trois, la scène est prête pour accueillir la première invasion. Le public s’empare des lieux. Drakwald arrive sur scène. Ils ont fait spécialement le trajet depuis Tours pour le Nox Inferna ce soir. Ils nous présentent un Death folk mélodique assez sympa. La flûte de Bertrand Renaud apporte un air de douceur, sans oublier la cornemuse qui tranche avec ce style ainsi que la voix guturale de Thibault Destouches au chant et à la guitare. Le public apprécie, le cadre est magnifique et pendant ce temps-là, dans un coin du cloître, la troupe des Loups de Fenrir poursuit quelques combats rythmés au son de Drakwald puis se lance dans un wall of death avec les fans. Aucune victime à déplorer à part à la pelouse. Les Tourangeaux continuent sur leur lancée, les titres s’enchaînent sans temps mort. Il semblerait bien que Drakwald ait réussi à conquérir le public Bressan.

Setlist :

  1. Doomsday Argument

  2. Let The Slaughter Begin

  3. Echo Of Memories

  4. Chasm Of Ignorance

  5. Blood And Glory

  6. Despair Of The Las Men

  7. Erase By Fire

Drakwald (2)
Les Loups de Fenrir

Pendant que les changements d’instruments se font sur scène, les vikings envahissent le centre du cloître afin de faire une démonstration de combat. Les deux clans adverses s’entrechoquent et tombent à terre les uns après les autres avec leurs armes et boucliers. Belle initiative de nous présenter ces animations entre chaque groupe.

les Loups de Fenrir les Loups de Fenrir (3)

Hypocras

Hpocras (2)Maintenant, c’est au tour d’Hypocras d’envahir la scène. Ces joyeux Genevois arrivent le corps bariolé de peinture de guerre et aux vêtements quasiment en loque. Ils sont en forme et nous assènent un Death Folk Metal viking des plus survoltés. S’ensuit rapidement headbangings et circles-pits. Alexandre Sotirov (chant) nous fait savoir qu’ils ne sont pas venus les mains vides et qu’ils ont emmené dans leurs bagages des petits suisses (ce sont ses propres paroles) en parlant de leurs amies, et de quelques délicieux breuvages d’hypocras justement. Qui voudra pourra l’acquérir au stand du groupe. Le rythme reprend de plus bel et un wall of death est déclaré entre les fans et les Loups de Fenrir. Le face à face est rude, violent mais surtout historique en ce lieu saint qu’est le monastère royal de brou. En effet, Philippe le Beau, duc de Savoie, et Marguerite d’Autriche, archiduchesse d’Autriche et princesse de Bourgogne (rien que ça ! ), doivent s’en retourner dans leurs tombeaus placés à quelques dizaines de mètres de là. Mais rien n’arrêtera les guerriers, tant sur la pelouse du cloître que sur scène. Aucun temps mort à déclarer et Hypocras finira son set par Last Charge.

Les Loups de Fenrir reviennent mettre de l’animation. C’est aussi l’occasion de faire un tour sur les différents stands Adipocère pour les cd et vinyles et le merch des groupes.

Setlist :

  1. Judgement Of The Alpha

  2. Hunting The Troll

  3. Burning Drakkar

  4. Blood Feast

  5. Implosive Absolution

  6. Sociopathic

  7. Valkyries Experience

  8. The Last Charge

Skálmöld

Skálmöld (1)Arrive le moment tant attendu de la soirée. Les fans se rapprochent nettement des premiers rangs, la foule se fait plus dense. Les membres de Skálmöld, venus spécialement d’Islande pour cette première édition du Nox Inferna, s’emparent tranquillement des planches avec un sourire radieux qui ne les quittera pas jusqu’à la dernière note. L’intro retentie puis ils débutent leur set par Árás! Les Islandais n’ont aucun mal à réchauffer rapidement le cloître et nous invitent à voyager loin dans les contes et légendes des sagas islandaises si chères à Snorri Sturlusson. Pour ce faire, six musiciens dont pas moins de trois guitaristes et deux chanteurs sur scène se donneront les répliques comme dans une pièce de théâtre, avec en tête Björgvin Sigurðsson (chant et guitare), Baldur Ragnarsson (guitare et chant crié), Þráinn Árni Baldvinsson (guitare),  Snæbjörn Ragnarsson (basse et chant), Ben Gunnar (claviers) et pour finir, l’enjoué Jón Geir Jóhannsson à la batterie. Voilà pour la présentation des Skaldes. On s’en doute bien, les paroles de Skálmöld s’entourent de Metal viking où le chant donne le style. Les riffs sont toujours autant saisissants et les soli terriblement envoûteurs. J’avais eu l’occasion de les découvrir avec Finntroll et Týr en 2013 et ils étaient déjà bien entraînants et envoûtants. A remarquer que ce soir le son est particulièrement bon. Que l’on se trouve au milieu, sur les côtés, devant ou à l’opposé de la scène, rien à dire. Je ne doutais pas de l’acoustique des lieux mais je reste agréablement surprise. Pareil pour l’éclairage sur scène, les Islandais ainsi que les groupes précédents ont bénéficié de bonnes lumières, ce qui n’est pas souvent le cas pour les premières parties. La Compagnie d’Edoras a misé sur la qualité et on ne Skálmöldpeut que les féliciter. Bravo ! Tout au long de la soirée, les lumières jouent aussi à mettre en valeur l’arrière des arcades du cloître, apportant un plus attrayant à ce site exceptionnel. Le tout rythmé aux chansons viking qui s’enchaînent les unes aux autres. Les sourires ne s’effacent pas, Skálmöld est vraiment heureux d’être là. D’ailleurs, ils ne le cachent pas et Björgvin n’hésite pas à dire à quel point ils sont contents de jouer ici ce soir, que c’est le plus bel endroit en France où il a eu l’occasion de jouer. Faut dire que ce n’est pas tous les jours que les groupes de Metal sont invités à s’exprimer dans le cloître d’un monastère. Les musiciens bougent bien sur scène où les uns et les autres jouent au face à face. Skálmöld nous offre une bonne heure et demi de concert, en allant puiser leurs titres dans le répertoire de leur trois albums studios Baldur, Börn Loka, où la moitié des titres figurent sur la setlist, et Með Vætum le dernier en date (seulement trois titres). Peu importe, l’essentiel est que tout le monde apprécie et c’est le cas.

Une fois n’est pas coutume, il n’y a pas de rappel. Le fait qu’il n’y ait pas de mur ou de rideau qui sépare visuellement la scène des coulisses peut être une raison mais vraiment pas sûre de cette hypothèse, le groupe a très bien pu décider de jouer d’une traite. Ceci dit, aux premières notes de Kvaðning, je redoutais que ce soit la dernière chanson. Je les ai vu quatre fois auparavant et Skálmöld a toujours clôturé ses concerts par ce titre ô combien envoûtant par ses mélodies, ses soli, ses riffs survoltés et ses chœurs finaux. Finalement, c’est un excellent titre pour finir cette soirée fort bien réussie.

Setlist :

  1. Árás
  2. Gleipnir
  3. Fenrisúlfur
  4. hausti
  5. Með Drekum
  6. Upprisa
  7. Sorg
  8. Himinhrjóður
  9. Miðgarðsormur
  10. Loki
  11. Sleipnir
  12. Narfi
  13. Hefind
  14. AĐ Vetri
  15. Kvaðning

Skálmöld (4)

Pour cette première édition du Nox Inferna, la Compagnie d’Edoras frappe une nouvelle fois très fort (l’an passé, elle avait organisé la première cuvée du Ragnard Rock Festival) avec l’administrateur des lieux, en organisant un concert Metal au monastère royal de Brou à Bourg-en-Bresse. Ce concert aura permis de réunir à peu près 370 pèlerins, défi largement relevé pour les organisateurs qui n’en attendaient pas tant. On espère et on souhaite d’autres concerts dans ce lieu magnifique et pourquoi pas une version Metal acoustique dans l’église.

Un grand merci à Skálmöld pour le bonheur visible d’être sur scène, Hypocras et Drakwald. Un grand merci à la Compagnie d’Edoras, Franco et Andrea Giannelli ainsi Magali Gregaut entre autres, Mr Pierre-Gilles Girault administrateur du monastère royal de Brou ainsi que toutes les personnes ayant contribué au bon déroulement de ce concert aussi inattendu qu’excellent.

Melissa