IMG_1036

Vendredi 17 juin 2016. Alors que le public français se prépare à se rendre dans la bouche de l’enfer à Clisson, votre serviteur continue sa série de concerts sur le sol australien. Cette semaine, je commence par une soirée signée Southern Extremeties Productions au Crowbar. C’est  une nouvelle fois du lourd qui nous attend. En effet, une bonne affiche extrême est au programme. Nous démarrerons avec le groupe de Brisbane Laceration Mantra puis par la formation tout droit venue d’Adélaide, Oath Of Damnation. Ensuite, se sera le groupe de Sydney Cruciform et enfin le groupe du pays de Zeus, les Grecs de Dead Congregation.  Ça va faire mal dans le Crowbar.

Laceration Mantra

20h30. Il est temps pour la formation de Brisbane de prendre place sur les planches du Crowbar. Comme depuis le début de mes concerts en Australie, le public ne sera pas présent en masse pour le lancement des hostilités. Bref. Histoire de poser les bases de la soirée, Laceration Mantra offre un lourd et lancinant mélange de Black Death. Nous sommes bien dans le ton de l’affiche, rien à dire. Cependant, la noirceur et la pesanteur de leur musique donnent une ambiance machiavélique, notamment grâce à une basse ultra présente. Il faut bien les soli des deux guitaristes Scott Edgar et Glen Phillips pour casser cette lourdeur, car ça ne bouge pas beaucoup sur scène. Quoi qu’il en soit, le fait que la formation nous propose une très bonne prestation technique ne gêne absolument pas. Un très bon set qui aura posé les bases de cette soirée.

IMG_0860 IMG_0869

Oath Of Damnation

Le temps d’installer le gros clavier pour Oath Of Damnation, il est temps pour le public de Brisbane de découvrir la formation d’Adélaide et leur Death Black symphonique. Mais déjà un petit mot, car nous sommes face à la splendeur du genre. Le bassiste Doomsayer arbore un gros bracelet de clous, une grande cape et un masque, histoire de plonger le public dans l’ambiance voulue. À sa droite, nous trouvons Nekromancer (guitare) habillé en prêtre noir. Cool, nous allons avoir une petite messe noire à la Ghost. Le set attaque. La musique nous prend aux tripes dès les premières secondes. Nous ressentons toute l’émotion des paroles dans la voix de Doomsayer. Cette ambiance noire prend une autre dimension grâce à la virtuosité de Haemorrh (clavier), puisque le son aigu des notes vient casser cette lourde et puissante ambiance. Avec Oath Of Damnation, nous avons la sensation que tout peut arriver avec la magie noire des Sud Australiens.

IMG_0910 IMG_0948

Cruciform

Avant-dernier groupe de la soirée, nous enchainons par le groupe Cruciform. Tout d’abord, on notera que dans le trio, nous ne trouvons pas de chanteur. En effet, le micro est attaché sur le batteur Matt Seldon. Ça change, on va pouvoir voir ce que ça donne. Dès les premières notes, nous n’entendons pas Matt. Le son mal réglé ne donne pas l’air nécessaire pour la puissante voix. Dommage car le set aura été lourd et lent. Qui plus est, le dynamisme de la formation n’est pas fulgurant. En même temps, pour un mélange Doom Death, on ne peut pas s’attendre à ce que les musiciens sautent dans tous les sens. En regardant le public, nous ne sentons pas un engouement extrême pour le set de Cruciform. Une prestation correcte qui ne restera pas dans les anales du live.

IMG_0981 IMG_0989

Dead Congregation

Dernier changement de plateau, rapide sound check. Les Grecs de Dead Congregation sont prêts pour la deuxième de leurs trois prestations sur leur sol australien. Nous noterons aussi que c’est la première fois que Dead Congregation vient jouer au pays des kangourous. C’est une chance pour nous de couvrir l’évènement. Le quartet débute son set par une longue intro me rappelant un peu les chants grecs. En fermant les yeux, je vois Mikonos, Lesbos, Nakos… Des iles de leur pays. Vraiment sympa. Puis ça démarre d’un coup. Le public présent en « masse » se déchaine. La formation nous offre un Death technique brutal et bestial. Avec plus de monde, je suis persuadé que des circles pits et walls of death fuseraient de toutes parts. Anastasis Valtsanis (guitare et chant) illumine par son aura ainsi que sa puissance vocale. Le deuxième guitariste, T.K, déchainé et survolté, enchaine les lancés de guitares autour du cou et les gestes entrainants. De l’autre côté de la scène, même si le bonhomme est plus discret, George Skullkoss (basse) fait le show, ce qui ravit le public. Cool, les Grecs apportent du dynamisme, de l’énergie et une superbe qualité musicale. Mais ce qui fait beaucoup aussi est Vagelis Voyiantzis, au top derrière sa batterie. En tout cas, la prestation de Dead Congregation est d’enfer et le temps aura passé trop vite. Dommage, une heure de jeu c’est trop peu. Je pense que nous aurions bien pris une demi-heure de plus de perfusion grecque.

IMG_1103 IMG_1025

Une très bonne soirée prend fin. En plus, les lumières étaient présentes. C’est cool. Merci à Southern Extremeties Productions pour l’affiche.

Elovite