Gojira (7)

De retour à Grenoble où, ce soir, La Belle Electrique qui n’en finit plus de recevoir les groupes Metal, accueille les fervents défenseurs de la planète, j’ai nommé Gojira. Lorsque nous entrons dans le hall, aux côtés des stands de merch se trouve celui de la fameuse ONG Sea Shepherd, fervente défenseur du monde marin. Mais pour l’instant, laissons place à la musique avec Toumaï qui est venu spécialement soutenir Gojira.

Toumaï

La salle se remplie doucement mais sûrement et c’est Toumaï qui ouvre les hostilités ce soir. Le groupe vient du sud comme le précise Antoine (chant) et les premiers titres sonnent clairement dans la mouvance de la Fusion (Funk-Metal pour être plus précis) avec ses rythmes saccadés. Les musiciens sont survoltés sur scène, enfin, surtout le chanteur qui ne cesse de sautiller dans tous les sens, comme leur style musical. Antoine nous parle un peu de leur style justement où il nous raconte que bien souvent les gens ne savent pas trop où situer le groupe. Alors, il finit par le nommé psyché-fonk, comme ça on ne risque plus de se tromper. Les titres repartent de plus belle et la majorité du public semble bien apprécier ce style assez mitigé.

Toumaï (1) Toumaï (3)

Gojira

Gojira (3)Pendant le changement de plateau, j’en profite pour aller causer un peu avec les personnes du stand de Sea Shepherd, dont la présence m’intrigue quelque peu. Après avoir appris l’origine de la création de la fameuse ONG, dont le fondateur n’est autre que Paul Watson (lui même co-fondateur de Greenpeace), celles-ci m’expliquent que Gojira les soutient dans leurs mouvements et eux font de même. Ainsi, ils sont invités à chaque manifestation du groupe lors de leur tournée.

Retournons dans la salle voir si tout est installé sur scène et en effet, tout est près pour Gojira. Le groupe se fait attendre et son public le lui fait savoir par quelques cris d’impatience qui auront raison puisque le groupe fait son entrée sur les planches de La Belle Electrique et se retrouve inondé dans une couleur très végétale alliée au fumigène. Le concert débute fort avec un public qui les attend de pieds ferme. Soudainement, nous sommes plongés dans une ambiance bouillonnante. Il faut dire que Gojira ne fait pas vraiment dans la dentelle et nous assène d’un Death Metal progressif avec la voix death de Joe Duplantier sur la majorité des titres, et claire à d’autres moment ainsi que des riffs tranchants et saccadés. Côté scénique, diverses images défilent en arrière plan, juste derrière la batterie surélevée de Mario Duplantier. Toutes ces images sont en lien avec la nature. Les lumières sont en majorité dans les contre-jours avec pas mal de balayage sur le public et finalement, le groupe n’est pas tant éclairé que cela. Gojira nous offre quelques nouveaux titres comme Silvera, Stranded et The Shooting Star, issus de leur prochain album Magma qui doit voir le jour juste peu de temps après cette date à Grenoble. Plusieurs fans se retrouvent déçus de ne pas pouvoir acheter l’album et devront patienter le jour J !  Mario descend sur scène pour demander au public grenoblois de bien vouloir faire un wall of death. Evidemment, celui-ci ne se fait pas prier pour s’exécuter et Gojira poursuit son set avec Backbone où la moitié de la fosse s’entrechoque joyeusement. Le public connaît tous les titres mais rien d’étonnant vu la notoriété du groupe qui a su s’imposer en France depuis une bonne vingtaine d’années, et bien au-delà des nos frontières. Le concert se poursuit et tend vers la fin avec Vacuity en guise d’adieu au public.

Setlist :

  1. Toxic Garbage Island
  2. L’Enfant Sauvage
  3. The Heaviest Matter Of The Universe
  4. Silvera
  5. Stranded
  6. Fluing Wales
  7. Wisdom Comes
  8. The Art Of Dying
  9. Solo batterie
  10. Backbone
  11. Explosia
  12. Oroborus

Rappel :

  1. The Shooting Star
  2. Solo guitare
  3. Vacuity

Gojira (1)

Gojira nous offert un super concert et a su plonger ses fans dans l’effervescence. Il faut souligner que le public ne cachait pas son enthousiasme à les voir sur scène.

Le succès de La Belle Electrique n’en finit pas non plus et c’est tant mieux. Celle-ci affiche complet une fois de plus en quatre jours juste après Zakk Wylde, un concert co-produit avec Metallian Productions (dont une partie de l’équipe n’est autre que Metallian magazine). Il manquait une salle intermédiaire à Grenoble et la voici !

Remerciements à Gojira et à Toumaï pour ce super concert. Merci également à La Belle Electrique et Metallian Productions.

Melissa