Stangala – Klanv : avis de tempête

Posté le : 01 juillet 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,
Genre : Doom Metal - Sortie : 24 avril 2016

Genre : Doom Metal – Sortie : 24 avril 2016

Stangala nous vient de la terre de Bretagne, plus précisément de Kemper (Quimper) et de Pont-‘n-Abad (Pont-L’Abbé). Autant vous dire que c’est du pur breton, plein phare et sans far (pardon). Le groupe se compose de Steven Le Mohan, Thomas Coïc et dans sa version live de Fanch Le Corre.  Enfin, cet album, le deuxième du groupe,  sort chez les p’tits gars de Finisterian Dead End (et bien quoi de plus normal ?). Allez, posez votre séant sur le dolmen et c’est parti.

La pochette en dit long, une faucheuse bretonne, voilà qui pose le décor. Malheureusement, la langue bretonne étant inconnue de votre serviteur du jour, les titres ici présentés en version originale ne pourront être traduits. Mais Sons Of Metal vous offrira une crêpe de votre choix si vous le désirez, à titre de compensation. Eclectique, électrique, original, breton, Rock, Metal, Doom, Black et prend ta claque et options à tout va. Voilà de quoi se compose cet album. Cela ne vous aide pas beaucoup ? C’est normal et nous allons donc tenter d’y voir plus clair. Par exemple, le premier titre Bigoudened An Diaoul pourrait servir de bande-son à un film ou un cartoon de La panthère rose. Saxo, biniou, ambiance planante, qui dit mieux ? Mais attention, nous n’avons pas là une galette (non je n’ai pas dit bretonne) de musique traditionnelle ou servant de spot publicitaire pour Typiak. Preuve en est ce deuxième morceau Hent Loar, étouffant, pesant et inquiétant comme un vieux Black Sabbath. Mais n’oublions pas que les p’tits gars sont aussi issus d’une terre de sorcellerie donc c’est cohérent. Là, les grattes parlent, la rythmique est aussi lourde qu’un menhir, le son fait aussi mal aux oreilles que si vous preniez le même menhir sur les pieds et que poussiez le cri qui va avec. Lutuned An Noz reste dans la même lignée, sauf si vous faîtes abstraction du biniou tenant place au fil du titre. Et vous savez quoi ? L’ensemble passe particulièrement bien.

Ce credo de biniou revient régulièrement au gré des titres, eux-mêmes bien travaillés. Il faut avouer que cet instrument résonne juste et ce même avec du Doom/Black Metal. Klanv, véritable complainte instrumentale débordante de beauté sombre, s’en fait le meilleur des porte-parole (vous aurez noté la bizarrerie de la chose que de nommer un instrumental porte-parole). Oui, ces huit titres possèdent chacun une particularité, que ce soit au niveau du chant ou des chorus comme N’eus Ket Dremmwel Hiviz, où l’on se trouve complètement hypnotisé par ce lancinant morceau qui te frappe et revient tel ce sac et le ressac. Beau, tout simplement. L’album s’écoule, les titres passent relâchant lentement leur lot de frissons, pénétrant doucement votre esprit où Jan et ses accents stoner se gravent dans tête pour un bon moment. Enivrant, tout simplement. L’album s’achève sur An Ankou Hag Ar Vor, sorte de balade agrémentée de bruits de gréements, une balade au rythme lourd, aux cris profonds. Le radeau de la Méduse sur l’océan des âmes perdues. Oui, Stangala c’est tout cela et plus encore. Des accents jazzy ? Oui, ça l’est aussi.

Stangala est une sorte d’énigme, un mystère gardé secret par trois puissants druides. Tireraient-ils cette force du Chouchen ? Nul ne le sait. Ils ont entre leurs mains une très bonne recette bien gardée mais qui pourrait bien gagner d’autres régions de la terre de France, voire bien au-delà tant elle est bonne. Kenavo et bon vent les gars. Pirates !

Pat

Tracklist :

  1. Bigoudened An Diaoul
  2. Hent Loar
  3. Lutuned An Noz
  4. Klanv
  5. N’eus Ket Dremmwel Hiviz
  6. Jan
  7. Mar Vint Ar Martoloded
  8. An Ankou Hag Ar Vor

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/Stangala-117154354982445/?fref=ts

Ecouter Klanv sur Bandcamp : http://stangala.bandcamp.com/