Gojira – Magma : la force volcanique

Posté le : 05 juillet 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,
Genre : Gojira - Sortie : 17 juin 2016, Roadrunner Records

Genre : Gojira – Sortie : 17 juin 2016, Roadrunner Records

Il y a de bons albums et puis il y a ceux qui vous font cet effet : « HOUAAAA ! PUNAISE ! ». Et on s’attendait bien à ranger le dernier Gojira dans cette catégorie. Après cinq albums et quinze années d’existence, les Frenchies nous ont habitué à une musique particulièrement immersive avec cette qualité léchée qui fait d’eux un de nos portes étendards du Metal français à l’étranger. On est donc en droit de se demander si ce Magma va pouvoir tenir la relève malgré les attentes qu’il suscite. Je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, la réponse est oui ! Un grand oui, certes, mais un oui différent des albums précédents.

En effet, Gojira nous plonge avec Magma dans un univers encore plus contemplatif, où la nature se montre dévastatrice et laisse l’auditeur contempler doucement, dans le calme et la sérénité, cet océan de lave en fusion qui décime tout sur son passage. Oui, la métaphore est un peu filée, mais il est difficile de décrire cette musique où la brutalité est telle qu’il n’y a de place que pour la contemplation. Malgré tout, on trouve vite quelques exceptions qui confirment la règle avec The Cell par exemple qui donne à l’auditeur sa dose de brutalité abrupte, sans surcouche de douceur éthérée. Mais il s’agit là de morceaux ou passages pris seuls qui ne changeront pas la face globalement ambiante de cette galette. Même sur Stranded, pourtant un des morceaux les plus « violent » et Gojiresque de cet album, on retrouve des morceaux de cette épaisse couche de spleen avec de gros effets de reverb sur la voix. Et, surtout, on enchaîne directement sur Yellow Stone et Magma, deux morceaux qui nous renferment dans cette bulle de plaisir auditif ou la bestialité ne sert qu’à mieux nous faire vivre la beauté de la chose.

À ce stade de la lecture, vous commencez sans doute à vous demander s’il s’agit d’un virage pour Gojira, un départ sur une nouvelle approche de la musique. Rassurez-vous, il n’en est rien.  Ou plutôt si, mais le groupe nous montre plutôt une nouvelle façon de faire du Gojira tout en gardant les mêmes bases solides qui ont fait leur réputation. Ce sont toujours des monstres de techniques diverses, variées et toujours bien utilisées. On retrouve aussi ces structures martyrisées et cette façon de penser les effets. Mais la musique des Bayonnais grandit, changeant légèrement les proportions pour donner un mélange différent et pas désagréable du tout. De même, la voix de Joe Duplantier se fait souvent moins rocailleuse pour pouvoir ainsi mieux appuyer les passages où il faut se plonger dans cet océan de douleur. D’ailleurs, parlons-en de la douleur avec Only Pain, une belle pépite qui fera plaisir aux fans des précédents albums avec une énergie énorme. Elle promet d’être excellente en concert ! Il s’agit sans doute de la chanson la plus violente de l’album et, comme les Gojira ont décidé de jouer au Ying et au Yang avec ce Magma, on enchaîne directement avec Low Lands, la chanson qui donnera le plus cette impression de calme dérangeant. Chanson qui dérange d’une part en raison de cette atmosphère troublée, très imagée, mais aussi par ces quelques mots de français dissimulés dans le texte. Un ajout qui n’est pas moche en soit mais dont on se demande l’utilité en tant que telle. Parlons des paroles justement. Il n’y a pas de sujet global à cet album – ou tout du moins pas de sujet explicite – mais les textes sont très orientés sur la constatation : voir ce chemin qui nous a mené là. Chaque texte se pose dans un contexte donné et nous en dresse un constat. Comme d’habitude, c’est un régal à l’écoute et à la lecture avec des mots justes posés dans les bonnes structures. On citera notamment Only Pain avec son « I just wanted to be good, I just wanted to be gold, I just wanted to be god, I just wanted… »* qui résume parfaitement l’idée de la chanson. Mais ce qui fait la couleur de cet album, c’est aussi cette petite outro nommée Liberation, aux airs de guitares espagnoles, toute douce, pour laisser respirer après un album dense et intensif qui n’aura pas arrêté de nous faire chavirer d’un sentiment à l’autre.

Alors, au final, que penser de ce sixième album de Gojira ? Et bien, il s’agit avant tout d’un album qui s’octroie le droit d’être différent, sans renier quoi que ce soit de ce qui a été fait. Vous pourrez l’écouter plusieurs fois sans en tirer la même impression, y trouver ce spleen tangible à chaque chanson, tout comme vous concentrer pour en tirer cette violence latente à toutes les pistes. Magma est un album riche dans lequel vous trouverez énormément de choses mais, mis à part si la musique de Gojira ne vous a jamais touché, il y a bien une chose qu’il est difficile d’y déceler, ce sont des défauts. Alors, admettons-le, cet album est sublime et il ne nous reste plus qu’à l’écouter en boucle jusqu’à la prochaine occasion d’aller le tester en live.

« Je voulais juste être bon, je voulais juste être d’or, je voulais juste être dieu, je voulais juste… »

Eladan

Tracklist :

  1. The Shooting Star
  2. Silvera
  3. The Cell
  4. Stranded
  5. Yellow Stone (instrumental)
  6. Magma
  7. Pray
  8. Oly Pain
  9. Low Lands
  10. Liberation

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/GojiraMusic/?fref=ts

Site internet officiel : http://www.gojira-music.com/

Clip vidéo de Standed :