IMG_1289

Aujourd’hui, je m’attaque à du Black Metal pour une affiche signée Southern Extremeties Productions. Au menu, les deux groupes australiens Chemical Cascades (Brisbane) et Anatomy (Melbourne) pour débuter cette soirée. Nous enchainerons ensuite par Tribulation qui vient pour la première fois jouer sur le sol australien. Mais avant de vous en dire plus, Tribulation nous arrive d’Europe, notamment d’un pays que votre serviteur considère comme l’un des territoires fournisseurs des meilleurs groupes : la Suède.

Chemical Cascades

C’est parti. La formation de Brisbane est prête pour le lancement de la soirée. Tout comme les dates effectuées ici, celle-ci ne dérogera pas à la règle puisque la salle est encore complètement vide pour le premier groupe. Ma question est : où sont les spectateurs ? Car pour Deafheaven, Fear Factory ou encore The Ataris, les salles étaient pleines. Ok, c’est un deuxième test-match Australie-Angleterre mais bon, c’est à se demander si les Australiens ne sont pas plus fans de rugby que de musique. Bref, que dire de la prestation de Chemical Cascades mise à part que la formation a décidé de mettre un rouleau compresseur en marche ? Le mot d’ordre : il faut que ça fasse mal. À ce jeu, Chemical Cascades semble imbattable avec de très bons riffs tranchants, quelques passages techniques vertigineux mais dans l’ensemble, c’est plutôt on fonce dans le tas et on voit après. Alors, ce n’est pas avec un sentiment d’amertume que nous laissons la formation s’en aller. Surtout quand le chanteur nous salue alors que la formation à déjà entamé un nouveau titre.

IMG_1215 IMG_1212

Anatomy

Voilà un nom bien glauque. Ça sent le manque de lumière. Gagné. Avant même de débuter leur set, le chanteur demande à ce que les spots soient baissés de façon à créer une ambiance lourde, noire et profonde. Autant je veux bien shooter dans des conditions extrêmes mais, là, c’est clairement non. En raison du manque de photos, il me faudra compenser par les mots. La formation originaire de Melbourne est surprenante car virevoltante entre Death et Black. Rien n’est laissé au hasard. L’émotion se ressent dans la voix du chanteur. Nous avons aussi la sensation de partir sur les chemins de la perdition grâce à un batteur monstrueux techniquement et brutalement. Une double pédale prenante et destructrice qui fait trembler les murs du Crowbar. Si nous étions plus nombreux, la salle s’écroulerait surement. Impressionnant. Plus haut, je vous parlais d’un mélange Death et Black, je rajouterais aussi des pointes de Deathcore tant la brutalité semble être l’un des emblèmes de la musique de Anatomy. Quand le groupe s’en va, c’est un public conquis qui accompagne leur sortie.

IMG_1240 IMG_1246

Tribulation

IMG_1257Quand il s’agit d’aller voir une formation suédoise, votre serviteur ne se fait pas prier. En effet, je n’ai aucune idée du pourquoi mais depuis quelques années, j’ai placé les groupes de Suède sur un piédestal. Tant et si bien que, ce n’est que personnel, jamais je n’ai trouvé un groupe suédois qui ne serait que moyen. Le classement commence à bon, très bon, excellent. Alors, forcément quand Tribulation passe dans ta ville, qu’est ce que tu fais ? Tu te déplaces. Gros point positif avant même de démarrer, la formation s’est déplacée avec son propre ingénieur lumière. Nous allons donc avoir droit à de belles couleurs sur la scène du Crowbar. D’un coup, les spots et les led s’éteignent. Nous sommes partis. D’emblée, Tribulation monte la soirée d’un cran car le niveau technique, il faut bien le dire, est bien plus haut que celui de Chemical Cascades et Anatomy. Si vous avez suivi, vous me diriez normal, ils sont Suédois. Oui, mais pas que… En effet, chez Tribulation, c’est un tout. Une musique dynamique, noire, envoûtante et mélodique plonge le Crowbar dans une ambiance inexplicable. Comment dire qu’à part le fait de ne pas forcément avoir assez de place, même si cela n’empêche aux deux guitaristes Adam Zaars et Jonathan Hultén de cesser de bouger dans tout les sens. Difficile de faire une mise au point mais pas grave, voir des musiciens se faire plaisir sur scène est top. Comme d’habitude, nous n’aurons pas l’occasion d’avoir énormément de photos du batteur car si les lumières sur l’avant de la scène sont au top, celles vers le batteur Jakob Ljungberg ne sont pas les meilleures que l’on est vues. En parallèle à tout ce petit monde tenu par une main de maitre, nous retrouvons Johannes Andersson (basse, chant) dominant le public par son charisme. Les minutes semblent s’envoler, si bien qu’après une heure de jeu, Tribulation prend congé de nous. Nous n’avons qu’une envie, c’est de continuer la perfusion. Mais cela ne se fera pas.

IMG_1289 IMG_1314

Un nouveau concert se termine pour moi. Une très bonne soirée vient de se dérouler et les Suédois montrent encore qu’ils ont énormément de formations talentueuses sous le pied, notamment ce soir avec Tribulation. Merci à Southern Extremeties Productions pour cette deuxième affiche en deux jours au Crowbar.

Elovite