IMG_1854

Première journée de travail en Australie. Pour fêter ça, je me paie le luxe de couvrir les Britanniques Swervedriver. Je me rends alors une nouvelle fois au Triffid, situé à Fortitude Valley, un arrondissement de Brisbane pour une soirée proposée par Select Touring. Pour l’occasion, les Anglais seront accompagnés de la talentueuse chanteuse et guitariste Kellie Lloyd, ainsi que de la formation de Brisbane Ultra Material.

Kellie Lloyd

IMG_1691Il n’est jamais facile d’ouvrir le bal d’une affiche de concert quand on est un groupe, mais ça l’est encore plus quand on est seule avec sa guitare devant une salle vide, puisque beaucoup préfèrent regarder l’événement sportif de l’année en rugby, le State Of Origines qui oppose Queensland et New South Wales. Franchement, bravo. Kellie Lloyd, malgré le peu de public, est applaudie chaudement lors de chaque titre. Il faut dire que Kellie Lloyd arriverait presque à nous mettre les larmes aux yeux grâce à sa musique Folk et sa voix envoutante, timbrée country. C’est impressionnant. Alors que le talent va par deux techniquement et vocalement, ça donne un moment rempli d’émotion qui se conclut par une pluie d’applaudissement.

Ultra Material

Le temps de prendre une bière pendant le break, et se rendre compte que nous devons maintenant être une cinquantaine dans le Triffid. Ça promet. Je rêvasse, je rêvasse mais les lumières se sont éteintes et Ultra Material fait son entrée. D’emblée, la formation pose les bases grâce à son Rock Progressif psychédélique. N’étant pas trop gêné par le public pendant que je photographie le groupe, je décide alors de m’asseoir contre un mur pour me laisser bercer par l’envoutante musique psychédélique d’Ultra Material. Le seul point négatif sur un set qui sera de très haute qualité est la chanteuse. Déjà, elle ne possède aucun charisme et niveau voix, il faut s’accrocher pour l’entendre. Par contre, techniquement et qui plus est avec un son règlé à la perfection, Ultra Material nous livre une prestation d’enfer. Des morceaux simples et efficaces qui montent en puissance régulièrement comme pour rappeler que leur musique est un mélange de Rock progressif et psychédélique. Que dire de plus, mise à part que le set fut une véritable bouffée de fraicheur instrumentale.

IMG_1745 IMG_1724

Swervedriver

IMG_1845Après une longue attente, les Britanniques entrent sur scène avec quinze minutes de retard. Ce qui ne fait pas trop l’affaire de votre serviteur puisque les bus en semaine finissent tôt. Mais je tâcherai d’en profiter le plus possible dans le temps qui m’est imparti. Une fois en place, Swervedriver enchaîne direct avec son Rock progressif d’enfer. On se sent porté par les puissantes mélodies et par la douce voix d’Adam Franklin. Dommage, il faudra que je parte au bout d’une heure de jeu. Mais entre dix minutes en bus et deux heures à pied dans les rues de Brisbane, le choix est rapide. En revanche, le peu de temps passé en compagnie de Swervedriver fut d’une intensité que j’espère retrouver en revoyant les Britanniques sur une scène européenne ou japonaise (durant mon année au Japon en 2017). Alliant les passages psychédéliques, atmosphériques et progressifs, les Britanniques ne laissent pas de marbre. Le public ne s’y trompe pas et c’est une pluie d’applaudissements qui vient clôturer chaque fin de titre. C’est vraiment un pur moment de musique que nous offre Swervedriver dans le Triffid. Comment ne peut-on pas se déplacer quand de tels groupes jouent dans sa ville ? Je vous le demande. Mais c’est une question qui restera sûrement sans réponse. En tout cas, les quatre britanniques auront mis le feu à la salle et mis des étoiles plein les yeux des spectateurs.  Merci à nos chers voisins britanniques pour leur extraordinaire prestation haute en couleur.

IMG_1857 IMG_1854

Malgré le fait que je doive partir pour ne pas manquer mon bus, c’est une belle soirée qui se termine encore. Merci au Triffid et à Select Touring pour cette superbe affiche qui aura mis des couleurs dans la vie des Australiens.

Elovite