Deficiency – And the studio becomes my bride – Part 1

Posté le : 22 juillet 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags:

13653237_10154211947100449_1243040917313107948_o

L’idée est de vous faire partager, lecteurs de Sons Of Metal webzine, le quotidien de Deficiency en studio. En effet, le talentueux groupe français de Thrash Metal va enregistrer son troisième album qui succèdera à The Prodigal Child (2013) et copieusement joué sur les routes. Le groupe à la popularité grandissante a également ouvert pour Machine Head et Testament, rien que ça ! Le troisième album est attendu avec impatience, en témoigne le nombre de visionnages impressionnant de son clip Unfinished sur Youtube. Sons Of Metal, avec le concours de Deficiency, souhaite vous amener vers ce que sera ce troisième album, histoire de nous donner faim !

Au travers d’un point hebdomadaire, Laurent, Jérôme, Vianney et Thomas nous ferons vivre de l’intérieur ce qu’est le studio. Leur travail, leurs difficultés, des anecdotes et tout ce que le groupe souhaitera délivrer à vous les lecteurs.

Drums1

Le commencement d’une nouvelle histoire :

Laurent, guitariste soliste et chanteur étrenne cette expérience en nous contant la première étape de l’enregistrement du nouvel album en commençant par les pistes de la batterie. « Pour des raisons pratiques et de calendrier, nous avons réalisé l’enregistrement de la batterie du 17 au 20 juin au Kid Studio à Ittenheim (proche de Strasbourg). Jonathan Allard, l’ingénieur son du studio, s’est chargé des prises. C’était la première fois que nous préparions un album avec notre nouveau batteur Thomas Das Neves (également batteur de Seyminhol, ex-Heavenly…). Nous avons également, pour la première fois, enregistré sur une double grosse-caisse, avec la batterie Remo Série Master Custom de Tom qui a une vingtaine d’années et qui sonne vraiment très bien. Cela s’est globalement bien passé mais nous n’avons pas eu l’occasion de beaucoup répéter ensemble (Tom habite à Besançon, soit à 400 km des autres musiciens du groupe). Certains bouts de morceaux ont été composés la semaine avant les prises. Nous avons alors dû mettre certains passages en place directement en studio, notamment sur un titre instrumental. C’était assez chaud mais on y est arrivé ! Les prises ont ensuite été envoyées à David Potvin du Dome Studio (Lyzanxia, One Way Mirror, Phaze I…) qui est en charge du reste de la production. Il a ajusté les niveaux et travaillé le son de la batterie en amont de notre arrivée sur place ».

Semaine 1 :

Pat (Sons of Metal) : Laurent, quand êtes-vous arrivés en studio pour l’enregistrement ?

Laurent : Nous sommes arrivés au Dome Studio à Avrillé (ndlr : à côté d’Angers) le lundi 11 juillet, au matin. David Potvin que nous connaissons maintenant bien et qui a déjà enregistré notre album précédent The Prodigal Child nous a accueillis dans son studio avec son frère Franck. Après les retrouvailles, car nous nous étions vus pour la dernière fois en mai dernier en marge d’un concert de leur groupe One Way Mirror à Nancy, nous avons installé le matériel (amplis, baffles) pour faire les premiers essais du son guitare.

Beaucoup de lecteurs et de fans sont également musiciens, tu peux nous détailler votre matos ?

Nous avons testé plusieurs configurations, avec en tête d’ampli mon EVH 5150 III, mon Mesa Boogie Single Rectifier, et la Laney Iron Heart de Jérôme. Nous avons fait plusieurs essais avec, soit un baffle Mesa Rectifier 4×12″ ou mon Diezel 2×12″. Finalement, nous avons gardé une première mouture de son de guitare avec le canal 2 de l’EVH couplé au Mesa Boogie.

Au niveau des guitares, nous avons apporté plusieurs modèles équipés de sets de micros plus ou moins différents. Nous avons fait un premier test avec une ESP Eclipse Standard montée en EMG 81 (chevalet) et 60 (manche). Le son était cool. Après, nous avons fait un autre test avec mon Edwards  E-KL 170 (signature Kiko Loureiro), équipée d’un Seymour Duncan SH14 en chevalet (micro passif cette fois-ci). Le son était bien plus épais,  précis et avec davantage de sustain. C’est donc avec cette guitare que toutes les rythmiques ont été enregistrées.

Au studio, David est équipé d’un Kemper version rack qui permet de copier les sons des amplis et de les modeler, les mélanger à foison en temps réel ou en post-prod. C’est très confortable pour le réamping et pour ne pas utiliser le son sortant du baffle en permanence en studio.

13726646_10208630152765028_6414951690363285238_n

Comment avez-vous travaillé, Jérôme et toi ?

Nous nous sommes répartis les rythmiques. C’est-à-dire que chacun s’occupe des rythmiques du morceau en entier, donc en doublant les guitares et en réalisant toutes les harmonies. Chaque titre est donc intégralement enregistré par le même guitariste, ce qui permet d’avoir exactement la même attaque et les mêmes nuances de jeu. Pour l’album précédent, nous avions procédé différemment : chacun enregistrait sa partie rythmique. J’ai commencé par enregistrer toutes mes rythmiques à partir du lundi après-midi jusqu’au jeudi matin. J’ai ensuite attaqué quelques prises de chant dessus pour éviter d’avoir tous les vocaux à faire d’un coup sur plusieurs jours et donc limiter la fatigue. J’ai par contre eu quelques galères à bien repérer les tonalités car la basse qui assure l’assise tonale des morceaux n’était pas encore enregistrée. Je me suis aussi assez vite fatigué la voix car cela faisait un moment que je n’avais plus pratiqué régulièrement. Le week-end, c’est Jérôme qui s’est occupé de ses rythmiques et de quelques add-guitars.

Peux-tu nous glisser quelques secrets sur le contenu du prochain album ?

Notre troisième album s’inscrira dans la continuité directe de notre disque précédent, à la fois musicalement et au niveau des thématiques puisqu’il s’agira ni plus ni moins que la suite de l’histoire contée dans The Prodigal Child. Nous repartons donc à nouveau sur un concept-album, au moins au niveau des textes. La musique est toujours composée en premier avec un effort pour varier les ambiances, histoire d’avoir assez de diversité pour coller à tous les aspects contenus dans les paroles qui sont écrites après en général, en fonction du titre.

Comme souvent dans Deficiency, j’apporte l’essentiel des morceaux quasi-finis et nous discutons ensuite ensemble des arrangements et incorporons les idées des uns et des autres ensuite. Cet album a été composé dans des conditions particulières car nous avons énormément tourné et très peu répété. Nous avons connu un changement de line-up l’été dernier et Tom, notre nouveau batteur, habite à 400 km de chez nous, donc très peu d’occasions de se voir et de bosser les titres ensemble. Pour ce nouvel album, même programme au niveau du tracklisting : dix titres dont un instrumental au programme, comme nous avons désormais l’habitude de faire sur nos albums. On ne va pas en dire plus pour le moment mais on a vraiment hâte de pouvoir diffuser quelques extraits !

13625384_10154209714175449_548922082364054630_nUne autre chose à ajouter avant la suite des aventures ?

Oui ! Durant tout notre séjour au Dome Studio, nous sommes hébergés à quelques kilomètres d’Angers, chez Guillaume Rossard, bassiste d’Arcania. Nous avons monté une tournée commune avec eux et Heart Attack l’an passé (le Hexagon Thrash Alliance) et nous sommes devenus super potes. Guillaume a proposé de nous accueillir chez lui, ce qui nous évite des frais importants de location et surtout nous permet de passer du bon temps avec un ami, de nous détendre et de nous aérer l’esprit en dehors du studio en bord de Loire ! On tient à vraiment le remercier pour son accueil et sa gentillesse ! Il nous met dans d’excellentes conditions pour l’enregistrement ! Enfin, sur un plan personnel, le week-end, je suis rentré chez moi passer du temps avec ma famille (et oui, le petit loulou a besoin de son papa) et au retour sur Angers, j’ai embarqué Vianney pour la seconde semaine.

Le teaser de la Semaine 2 :

Jérôme a terminé ses rythmiques et les enregistrements de la basse débutent le 19 juillet…

Enfin, merci à Laurent, Jérôme, Vianney et Thomas de s’être associés à cette idée pour nous faire vivre et vous faire vivre la conception de leur prochain album.

Pat

  1. Sofien dit :

    Ça y est les gars vous m’avez chauffé! Je m’écoute ProdigalChild pour la peine.