Airbourne - Breaking Outta Hell front cover

Ça y est, après une fin d’août caniculaire, on recommence à trouver un peu de fraicheur sur la capitale. Ça sent fortement la rentrée et il va être temps de commencer à s’activer pour voir ce que cette saison 2016-2017 nous réserve en bonne grosse musique. Et nous n’aurons pas à attendre longtemps puisque c’est le moment où Airbourne a décidé de passer à Paris dans les locaux de Gibson pour présenter à la presse son quatrième album : Breakin’ Outta Hell !

Alors qu’en est-il de cette première écoute ? Eh bien, les Airbourne restent égaux à eux-mêmes et à leurs grand frères australiens : c’est du bon gros Hard Rock qui commence sur les chapeaux de roue. Des riffs orientés old school mais enregistrés avec un son moderne qui claque à chaque note. Bref, si vous aimiez déjà les précédents albums, vous serez conquis dès les premières notes. Ça sent bon les lampes saturées sur ce Breakin’ Outta Hell et le refrain qui colle aux tympans assurera sans aucun doute un parfait premier single si ce n’est pas déjà fait.

Ce sera d’ailleurs une constante sur cet album. Comme on pouvait s’y attendre, chaque chanson comporte un refrain taillé à même le rock le plus solide pour pouvoir envoyer en live. C’en est d’ailleurs un peu perturbant avec onze chansons, on ne sait plus trop où donner de la tête. Laquelle doit-on choisir comme hymne de ce nouvel opus ? Voici une question qui, même si on se la pose avec un brin d’humour, mérite que l’on y réfléchisse. En effet, qu’est-ce qui différencie les morceaux les uns des autres ? Nous sommes sur un style qui a déjà fait ses preuves et dont quasiment toutes les nouveautés sont éculées depuis belles lurettes. Mais les Airbourne réussissent à reprendre tout le temps la même recette en changeant suffisamment peu de choses pour en faire des morceaux au final radicalement différents. Une intro aux tendances pagan par ici, un passage « Party Rock » par-là, un poil de passage jazzy par ici, un mid-tempo avant d’enchaîner sur une chanson au tempo rapide qui nous rappellera un peu ZZ Top sous ectasie… Bon, sur le coup, on peut ne pas être convaincus par ce dernier exemple, le son semble un peu brouillon et ce qui pourrait être une tuerie en live semble avoir du mal à être retranscrit sur album. Bref, tout le monde n’est pas Dragonforce mais peut-être que certains aimeront.

Toujours est-il que cet album se montre assez varié sans pour autant sortir des droites lignes du Rock’n’Roll tel qu’on l’aime et c’est bien là que réside le problème. D’une part si chaque morceau pris à part se suffit à lui-même, il manque une unité sur l’ensemble. Chaque piste a son intro et sa fin mais aucune ne semble s’enchaîner naturellement après l’autre. Nous avons un peu l’impression d’écouter une playlist aléatoire au lieu d’un CD pensé comme un objet complet. Certes, c’est indéniablement du Airbourne sur chaque morceau mais là s’arrête la possibilité de comparaison. Puis vient le second reproche : la diversité. C’est fortement agréable d’avoir des influences un peu plus diverses sur cet album mais il y a une limite palpable que le groupe s’impose sans doute inconsciemment, celle de ne pas sortir de ce droit chemin, ne pas trop en mettre, et le passage le plus surprenant reste au final une bête évolution de transpositions sur trois mesures qui donne tout à coup un effet « on a craqué notre slip ! » avant de revenir sur piste. Alors on va tempérer en disant que je suis un progeux dans l’âme – et je comprends amplement qu’un passage en triollets sur du 7/8 pendant deux mesures, ça l’aurait fait moyen – mais il n’empêche, cet album aurait pu se lâcher un peu plus.

Au lieu de cela, on se contentera de se dévisser les cervicales sur des riffs  taillés au silex, reprendre en chœur les refrains en concerts et festival et se prendre en pleine tronche du solo bien dosé, arrosé d’une petite bière. Bref, du Rock’n’Roll à faire chauffer le bitume qui laissera boiter les canards à trois pattes mais ravira nos oreilles.

Eladan

Liens :

Single Breakin’ Outta Hell : https://www.youtube.com/watch?v=viHxomYMspU