Genre : Stoner - Sortie : 2 septembre 2016

Genre : Stoner – Sortie : 2 septembre 2016

Mississippi Bones est de retour. La joyeuse troupe originaire de l’Ohio vient ici nous livrer son quatrième album à la face. Le dernier opus en date, Songs For The Rejects, Slackers And Rabble-Rousers sorti l’année dernière nous avait laissé un excellent souvenir, alors il y a fort à parier que ce nouvel album reste dans le même sillon (référence plouc vous aurez noté). Toujours emmené par le même line-up, le groupe vient de nouveau nous livrer une superbe pochette. Rednecks édentés de tous bords et de tous poils, il est temps d’aller écouter cet album dans votre grange. Accrochez-vous c’est parti.

Arrêtons-nous obligatoirement sur cette pochette, véritable hommage aux nombreux comics des années cinquante outre-Atlantique et qui ont donné naissance à de vraies perles cinématographiques comme la première version de La Guerre Des Mondes sortie en 1953, mais aussi et surtout Planète Interdite sorti en 1956 où officiait son légendaire Robby le robot. Mais alors il y aurait une invasion qui se prépare ? L’humanité serait en danger ? La seule arme capable d’affronter ces envahisseurs galactiques porte le nom de Mississippi Bones, qu’on se le dise ! Que pourrait faire un millier d’extraterrestres belliqueux face à six cul-trempés de l’Ohio ? Rien du tout ! Développons maintenant le pourquoi. Les envahisseurs sont sensibles des oreilles, si, si, c’est prouvé et approuvé par le Professeur Kouni de chez  Sons Of Metal, grand amateur du groupe et du sujet. Amis métalleux et amies métalleuses, vous saurez tout grâce à nous, n’oubliez jamais. Donc il y a douze titres sur cet album  pour venir à bout de cette invasion. Ces aliens ne le savent pas mais ils sont déjà morts. La musique habituellement distillée par le groupe (qui doit aussi distiller d’autres trucs à base de patate) apparaît comme vitaminée. La moissonneuse batteuse lieuse rageuse se serait vue agrémentée d’un turbo monstrueux pouvant te ravager un champ de maïs de dix hectares en dix minutes pause comprise.

Le nom des morceaux est une nouvelle fois assez perchée. Il doit y avoir quelque chose dans l’air du côté de leur patelin qui aide énormément à planer parce qu’à ce niveau-là, ça force le respect. Bakshi To The Future ouvre le bal de la riposte et tous les ingrédients sont là : maîtrise du chant tendant vers l’envoûtant, les chœurs juste à propos, un son tranchant comme une lame de faux et l’on sent déjà que l’on a affaire à du supérieur. Là, nous ne sommes pas dans le tracteur bricolé et crasseux. Nous sommes dans le neuf mais néanmoins crasseux et c’est bien là l’essentiel. Oui car le son quoique très propre reste gras comme il le faut.

Les titres déroulent et si Mississippi Bones était un pays, Outhouse Poet en serait son hymne. Parfait résumé de ce que le groupe sait faire de manière complètement aboutie. Rythmique implacable, riff entraînant et chœurs au top, un titre qui sonne très ZZ TOP, donc une référence. Le groupe s’est payé le luxe d’aussi se muer en un groupe de rock sudiste, ils sont parfaits. Robot Kaiju Hullabaloo et son intro vous emporte loin, très loin, vers un nirvana où le riff qui s’en suit vous tirera de là pour vous ramener sur le plancher des vaches, mais vous planerez toujours autant. Ces musiciens ont l’art du cochon où tout est bon avec ces gros cochons de cul-terreux, morceau essentiel, la vie est belle. La folie redneck se poursuit avec 2600 AD – Jared Vs The Space Invaders, un diamant de Stoner 100% pur beurre, les acides gras sont à l’heure. The Eulogy Of Captain Sam Quint, Cult Of The Behemoth et son solo de guitare au phrasé parfait, l’excellent Greener Pastures, là encore un titre bourré d’humour noir, auront fini de vous convaincre que cet opus est un must. Il est impossible de passer au travers, peu importe votre style musical de prédilection, cette galette de maïs local a le potentiel de réussir à l’international, le vrai.

L’orgie musicale tire malheureusement à sa fin, non sans avoir dégusté The Fly In Your Ointment où le jeu de guitare accompagnant le morceau fait penser au touché incomparable du grand Gary Rossington lui-même. Wow et merci. « Merci d’avoir écouté », voilà comment le groupe vient clore son aventure et son combat contre l’invasion galactique. Il fait beau du côté de l’Ohio, la musique brille et il n’a jamais fait aussi beau qu’aujourd’hui.

Mississippi Bones vient de frapper encore plus fort avec son nouvel album. L’invasion extraterrestre a été balayée d’un revers de la main et avec l’aide de quelques coups de fourche aussi. Cette bande de joyeux ploucs détraqués est en constante progression, un nouveau palier vient d’être franchi et nul ne sait maintenant où le groupe va s’arrêter mais si vous voulez les suivre, partez maintenant avec eux parce qu’à cette allure, vous les perdrez vite de vue tellement ils vont vite. Mississippi Bones, on vous aime.

Pat

Tracklist :

  1. Bakshi To The Future
  2. Butcher Out Of The 9 Lunar Mansions
  3. Outhouse Poet (Or Shitty Lyricist)
  4. Sleep Atlas At Last
  5. Robot Kaiju Hullabaloo
  6. 2600 AD – Jared Vs The Space Invaders
  7. The Eulogy Of Captain Sam Quint
  8. Cult Of The Behemoth
  9. Greener Pastures (I Hear Chernobyl Is Nice Time Of Year)
  10. Metaphor Is Just A Word
  11. The Fly In Your Ointment
  12. Thanks You For Listening

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/mississippibones

Bandcamp : https://mississippibones.bandcamp.com/