03- (9)

En ce vendredi 23 septembre, dans un Blogg des grands jours puisqu’il était quasi blindé, nous avons pris la fessée générale. Razorback Productions nous a sorti de derrière les fagots une affiche énorme avec en prime un public énorme lui aussi qui avait répondu présent à l’appel. Bon sang ce que j’aime le son du Metal le soir au fond des bois et très franchement, il n’y avait aucune excuse pour manquer une date pareille à moins d’être décédé et même encore… Non content de nous avoir sorti la boîte à gifles, Razorback Productions nous fait également le coup des premières fois. En effet, les Lyonnais de Kamizol-K livraient au Blogg leur tout premier concert, tandis que les Genevois de Deus Ex Machina et les Moldaves d’Infected Rain jouaient pour la toute première fois à Lyon. Par conséquent, j’aime autant vous dire que cette date était attendue avec impatience.

Kamizol-K

01- (16)Encore quelques réglages au son et c’est parti ! Les Lyonnais de Kamizol-K qui jouent ce soir leur tout premier concert à domicile prennent d’assaut la scène du Blogg. Dès les premiers titres, je suis sacrément surpris par la prestation du groupe. Pour un début, on peut dire que ça poutre comme il faut. Je m’attendais peut-être à quelque chose de plus timide pour un premier jet, mais c’est à une formation complètement décomplexée à laquelle nous avons affaire. Je pense quand même qu’il est important de rappeler que les Kamizol-K ne sont pas tombés comme ça de la lune et bénéficient tous d’une expérience plus ou moins variée à travers les divers groupes dans lesquels les membres du combo ont joué par le passé.

Quoi qu’il en soit, ils ne sont pas venus faire de la figuration, ils savent que derrière eux arrive du costaud, alors ils sont venus en découdre en complète fraternité avec un gros public qui s’est déplacé pour les voir.

Dans l’ensemble, on peut aisément  dire qu’ils ont rudement bien assuré. Un premier concert avec une formation neuve, ce n’est jamais facile. Peut-être qu’au niveau du chant il aurait fallu un petit quelque chose en plus pour que ça décolle totalement, mais là je suis tatillon. Chucky et son comparse au chant bien saturé ont fait une excellente prestation. Ce n’est jamais facile de chanter à deux, même si on hurle dans un micro.

Chucky est non seulement une bonne vocaliste mais en plus elle a de la présence. Elle sait tenir la scène, elle domine, elle se comporte en vraie front woman et le groupe n’en a que plus de poids. La preuve en est que le combo lyonnais a affiché une vraie complicité avec le public. Même si le reste de la formation affiche un bon niveau, c’est Nico à la basse que l’on remarque le plus. Il réinjecte en permanence du jus dans la machine et affiche également une grosse présence. Kamizol-K a fait une excellente entrée en matière et n’aura pas à rougir suite aux prestations des deux autres groupes avec qui ils partagent le plateau de ce soir. Très franchement, ils en ont vraiment sous la semelle et lorsque ça va totalement décoller, ça va être une tuerie. Je vous invite à les découvrir d’urgence afin de suivre leurs pérégrinations via leur lien facebook .

01- (8) 01- (1)

https://www.facebook.com/Kamizol-K-211379405722323/

Deus Ex Machina

02- (7)C’est au tour des Genevois de Deus Ex Machina de prendre possession de la scène pour un set qui, fidèle à leur habitude, va être énorme. C’est le genre de prestation qui tue, qui annonce le break de la soirée et qui va mettre tout le monde d’accord. Nos Deus Ex Machina ici présent ne sont pas à confondre avec les deux autres groupes du même nom, l’un italien tendance rock progressif et l’autre grec plutôt du genre punk. Non, là il s’agit bien du Metal Band helvète que l’on ne peut confondre avec aucune autre formation. C’est un groupe particulièrement au point et désormais très expérimenté emmené par Stephany, sa chanteuse charismatique. Bien que Deus Ex Machina n’aient qu’un Ep à leur actif, ils enchainent les dates depuis plusieurs années et un album prometteur devrait sortir d’ici fin 2016 ou début 2017. Si la locution latine Deus Ex Machina signifie approximativement dans le domaine du théâtre un mécanisme qui sert à faire entrer en scène une divinité, alors c’est bien là le cas avec la présence puissante et invocatrice de Stephany. Sur les planches, elle prend totalement le contrôle de votre esprit. Accompagnée par des musiciens de talent qui ruent droit dans les brancards, la musique jouée par le combo genevois est une véritable gifle sonore. Tout se joue en finesse et en puissance. Ils ne se perdent pas dans des techniques biscornues et frappent tel un direct du droit pile à l’endroit où l’émotion nous travaille.

Le rugissement de Stephany est terrible. C’est un chant obscur et fort beaucoup plus typé Black Death que Death tout court. On dirait qu’elle va chercher cette force qui l’anime au plus profond des limbes et du désenchantement, c’est presque un cri de rage voilé de brouillard et de larmes fragiles qui peut soudain virer à l’ouragan. Même si leur cohésion est parfaite, c’est la personnalité authentique et spontanée de Stephany qui envoie toute la puissance scénique de Deus Ex Machina. Sa simplicité est sa magie. À la gratte et au contrechant, Morty apporte un réel contrepoids à Stephany, ce qui permet dans les breaks d’entrevoir un rayon de clarté mais la belle rehausse à chaque fois le ton, déchaînant tous les feux de l’enfer. En sept titres le set est malheureusement bouclé. Mais quels titres ! Chaque compo est fouillée et ponctuée de fractures rythmiques impressionnantes où chaque instrument a sa place et peut s’exprimer à son aise.

Deus Ex Machina qui jouait pour la première fois à Lyon a totalement conquis le public et m’a conforté dans l’admiration et l’affection que j’ai pour eux car c’est un groupe que je connais bien pour les avoir déjà chroniqués dans le passé. Ce fut un véritable set incendiaire qu’ils ont livré et je suis simplement étonné que les planches du Blogg n’aient pas été totalement carbonisées. Si vous ne les connaissez pas, découvrez les de toute urgence via leur page Facebook et leur site officiel dont je vous laisse les liens ci-dessous.

02- (18) 02- (16)

https://www.facebook.com/deusexmachinamusic/

http://www.deusexmachinamusic.com/

Infected Rain

03- (7)Encore une affiche très attendue ce soir avec les Moldaves d’Infected Rain qui jouent également pour la première fois à Lyon ce soir. À l’image de Deus Ex Machina, Infected Rain ont eux aussi leur déesse du Metal en la présence de Lena. Toutefois, si concernant Deus Ex machina, Stephany sera plutôt la prêtresse, chez Infected Rain Lena sera la diva. En effet, la jeune chanteuse moldave possède une telle aura qu’elle me rappelle Diane Lane dans le film de Walter Hill « Les rues de feu » qui fut une production culte en son temps. Lena possède cet art et ce pouvoir d’enflammer littéralement une scène et une salle avec un public totalement envoûté et conquis avec lequel elle communie totalement. Toutefois, la belle ne ménage pas sa peine. À peine sur scène, elle casse complètement la baraque avec sa personnalité hors norme, son jeu de scène à la fois fluide, sexy et incisif ainsi que sa voix rageuse qui vous prend aux tripes.

Pourtant, avec Infected Rain nous sommes de plein pied dans un registre à la couleur très mélodique. Beaucoup de parties chantées sont en voix claire où Lena n’hésite pas à flirter avec des gammes qui sont particulièrement hautes. Les  titres oscillent entre calme et tempête et les musiciens du groupe sont parfaitement aguerris à ce type de météo sonore. Ainsi, on voit apparaitre de la guitare à sept cordes afin de descendre dans des registres plus bas et plus lourds et ensuite repartir sur des lignes mélodiques bien tranchantes. En front de scène, c’est Lena qui fait tout le show. Quasi accolée à son public, Lena met littéralement ses tripes à nu sur les planches du Blogg et donne tout ce qu’elle a. C’est de l’énergie pure, de l’adrénaline et l’auditoire déchainé fait bloc contre la scène.

Je pense en toute sincérité que le public est tombé raide dingue de Lena. J’en ai pour preuve la grosse séance de dédicace qu’elle fera après le concert, accompagnée de mots gentils et d’innombrables photos avec ses fans. Si, personnellement, j’apprécie un peu moins ce côté mélodique qui ornemente la plupart de leurs titres, je dois avouer qu’Infected Rain m’a fait une sacrée impression et que quoi que l’on en pense, c’est vraiment du très gros niveau. Nous ne sommes pas près de les oublier et ils reviennent quand ils veulent dans la capitale des Gaules, ils y seront les bienvenus. Pour les découvrir, les redécouvrir et les suivre dans leur parcours déjà riche d’un Ep et de deux beaux albums, vous trouverez ci-dessous les liens magiques qui vous aideront dans cette démarche.

03- (3) 03- (9)

http://www.infectedrain.com/

https://www.facebook.com/infectedrain/

Un immense merci aux trois formations qui nous ont livré trois sets absolument époustouflants ce soir au Blogg. Sons Of Metal tient à remercier tout spécialement Razorback Productions en collaboration avec Le Blogg pour avoir organisé l’affiche de ce soir qui a remplie toute ses promesses et même plus encore.

Swamp Fox