02- (9)

De retour au Blogg pour une nouvelle grosse affiche, je prends tranquillement mes quartiers. À force, on fini par avoir ses petites habitudes. La semaine dernière, le Blogg vibrait de tous ses murs au son du Death mélodique en la présence de Kamizol-K, de Deus Ex Machina et d’Infected Rain qui ont littéralement retourné la salle tant les sets étaient excellents et le public déchaîné. Ce soir, ce n’est certes pas la même musique au sens propre du terme comme au figuré. C’est une soirée 100% parisienne avec le grand retour de L’Esprit Du Clan accompagné sur le même plateau par The Distance qui jouera pour l’ouverture des hostilités. En tout cas, on ne peut pas dire que ça se bouscule dans la salle. On se demande vraiment où est passé le public en ce vendredi soir. La semaine dernière c’était blindé, mais le concert était gratuit. Alors peut-être que ceci explique cela ou alors l’annonce du concert n’aurait pas été suffisamment communiqué, je ne sais pas. En tout cas, le public qui sera toutefois présent pour le set de L’Esprit Du Clan sera un public d’aficionados avec une vraie ferveur et qui va montrer à son groupe favori qu’il en a sous la semelle et que nos amis parisiens n’ont pas fait le déplacement pour rien.

The Distance

01- (10)C’est donc parti pour cette soirée Hall Of Fame au Blogg qui sont des soirées spéciales consacrées aux grosses affiches avec pour ouvrir le p’tit bal du vendredi soir les parisiens de The Distance qui entrent en scène. Alors bien entendu, je n’ai pas été surpris car je les avais pas mal écoutés avant de venir et il faut avouer qu’il y a un univers interstellaire entre ce que fait The Distance et ce que fait L’Esprit Du Clan. Cela n’est strictement pas comparable. Néanmoins, ils vont assurer une très bonne première partie à la fois très mélodique et très rock, même s’ils ne cachent ce coté noisy qui apporte cette touche personnelle à leur musique. The Distance assure un gros rock alternatif tantôt sauvage, tantôt très dark.

Il n’y a pas à disserter sur la question, ça sonne vraiment pro et d’un point de vue purement musical, les quatre garçons déploient vraiment du jeu avec des riffs bien accrocheurs et souvent bien groovy, même si un contexte quelque peu désenchanté colore d’un gris pale les mélodies du groupe.

Ils ont un très bon feeling et sont bien cohérents. Et même s’ils sont parfaitement en place dans ce set, les influences garage psyché font que le côté carré à tendance par moment à se déformer pour aller vers des géométries étranges et bien hallucinées. Je vous rassure tout de suite, ce n’est pas pour me déplaire, bien au contraire. Je trouve même que cela apporte une patte bien personnelle à ce que fait The Distance. Certains soli totalement vrillés sur une corde sont particulièrement vicelards pour l’oreille tant ils sont tranchants et incisifs, débordant même parfois sur la dissonance. Avec The Distance, on sort vraiment de la marge et c’est bien.

À la fin du set, les instruments se sont retrouvés un petit peu par terre et quelque peu piétinés, ça c’est déjà moins cool et je ne comprends pas pourquoi le chanteur est revenu sur scène pour choper sa Telecaster par le manche et la fracasser sur la scène. C’est dommage, j’ai vraiment apprécié ce qu’ils ont fait sauf ça. Je ne trouve pas ça rock’n roll de bousiller les instruments, mais ce n’est que mon avis…

Cela me rappelle une ancienne anecdote lors d’un concert des Buzzcocks où, à la fin du set, Pete Shelley avait carrément balancé dans les airs sa Telecaster sous les yeux effarés de son roadie qui a tenté tant bien que mal de la rattraper mais n’y est pas arrivé. La pauvre guitare s’est écrasée comme une merde sur la scène avec manche pété et tout le tremblement. J’aime autant vous dire que je me souviens encore du regard pire que noir que le roadie a balancé à Shelley tant et si bien que j’ai cru un instant qu’il allait lui coller une droite. Franchement les gars, prenez soin du matos, rien que par respect pour ceux qui ne peuvent pas se payer d’instruments comme ceux que vous possédez…

01- (14) 01- (13) 01- (3)

L’Esprit Du Clan

02- (18)On peut franchement le dire, même le crier haut et fort, c’est bien le grand retour de L’Esprit Du Clan. Et quel retour mes amis. Ceux qui ne sont pas venus le regretteront amèrement car c’est un Esprit Du Clan des grands soirs et en grande forme auquel nous avons eu affaire pour ce Hall Of Fame. Bien  que le combo en profite pour fêter la sortie du Chapitre VI qui a vu le jour cette année, ce sont également tous les autres Chapitres qui vont être à l’honneur ce soir. À voir la prestation qu’ils vont délivrer sur la scène du Blogg, on ressent parfaitement que tous ces Chapitres qui ont chacun leur saveur sont bien le résultat d’une énorme autobiographie que L’esprit Du Clan n’est pas prête de refermer. Il y a encore tant de choses à hurler !

Depuis 1995, il ne reste que trois membres de la formation d’origine avec Arsène au chant, Chamka et Ben aux guitares. Sur le nouvel album sont arrivés Julien à la basse et Vincent à la batterie. Toutefois, le combo est toujours aussi cohérent et aussi carré et développe la même énergie positive totalement incroyable. C’est du brutal, de la testostérone à l’état pur, de quoi vous mettre toute l’assistance en transe et vous rebooster pour au moins une décennie. Même si la machine tourne toujours à la même puissance, je trouve que L’Esprit Du Clan a encore gagné en maturité et en profondeur avec des textes différents et très forts pour argumenter ce magnifique Chapitre VI.

Une fois de plus, L’esprit Du Clan à mis ses tripes à nu sur la scène du Blogg dans une ambiance incroyablement familiale qui avait presque les allures d’un concert privé. Les cinq Parisiens ont chauffé la salle à blanc avec des titres rageurs pris ça et là au travers des Chapitres qui jalonnent leur histoire musicale, tandis que le public présent a lâché les chiens et s’est totalement déchainé sur le son énorme et les textes tranchants de ces poètes urbains qui n’ont absolument rien perdu de leur verve et de leur charisme. Rien qu’à palper l’ambiance, L’Esprit Du Clan avait bien du mal à quitter la scène. Du coup, il vont nous faire l’honneur et le plaisir de rallonger un peu le set pour finir en apothéose avec un L’art est grand absolument grandiose où Arsène invitera sur scène leur homme à tout faire qui les suit dans leur tournée pour un duo gigantesque, le genre de truc qui vous prend aux tripes !

02- (21) 02- (12)

Avec vous L’Esprit Du Clan, il est absolument évident que l’art est grand, il ne pourrait en être autrement. Et même si l’enfer c’est le nôtre, quand on le partage à vos côté, ce n’est pas pareil. Même après quatre années d’absence, avec ce que j’ai vu ce soir, je sais que vous n’êtes pas prêts de tirer votre révérence. Merci à vous, c’était immense, revenez à Lyon aussi vite que vous le pourrez…

Sons Of Metal remercie chaleureusement le Blogg pour son accueil et pour cette superbe soirée Hall OF Fame qui a rempli toutes ses promesses. Merci également à The Distance et à L’Esprit Du Clan pour leurs prestations et pour s’être déplacés à Lyon.

Swamp Fox