IMG_8505

Ce soir, je m’attaque à une nouvelle affiche 100% australienne. Au menu de la soirée concoctée par la salle du Woolly Mammoth, trois formations de Brisbane : Dead End Kings, Massic et The Black Swamp pour la release party de leur nouvel album I Am. Autant vous dire que la salle du Woolly Mammoth est bien pleine et que l’ambiance risque d’être intéressante à souhait. Hâte d’en découdre avec les groupes.

Massic

On commence par Massic. Le groupe emmené par Simon (chant) et Tim (batterie), ce dernier fêtant son anniversaire aujourd’hui, nous délivre dès les premières secondes une musique extrême. Entre le Heavy, le Thrash et le Hardcore, la formation se classe dans le Heavy Groove Metal. Personnellement, je n’avais pas encore entendu le nom. Bref, c’était un aparté, revenons à ce qui nous intéresse, c’est-à-dire le live. Oui, je sais votre envoyé spécial aime bien vous faire languir mais c’est pour mieux profiter du reste ensuite. Je vous disais juste au-dessus que Massic déroule une musique puissante qui pourrait faire partir en mosh pit ou en circle pit beaucoup de nos salles françaises. Ici, non. Le public australien ne sourcille, c’est même des fois pas drôle du tout. Vous me direz, c’est mieux pour le matériel. Cependant, si les spectateurs ne sont pas très actifs, chaque titre est conclu d’une pluie d’applaudissement car il faut bien avouer que le niveau de jeu est élevé. Ça promet pour la suite. En tout cas, entre les gros riffs destructeurs et les énormes blasts, Massic aura ravi le Woolly Mammoth  avec brio.

IMG_8206 IMG_8243

Dead End Kings

Petit changement de plateau plus tard et il est temps pour Dead End Kings de faire son entrée. Avec eux, on change légèrement de style puisque la formation produit un mélange à deux doigts entre le Thrash et le Death. Dans leur jeu, puissance, carnage et dynamisme sont les maitres mots. Nick Gayton (chant) en est la preuve fatale. En effet, on ressent dans ses gestes toute la passion de sa musique. C’est cool. C’est une chose qui fait plaisir à voir et quand on est proche du groupe en terme de distance, l’immersion est encore plus facile. Cependant, par rapport à Massic, il manque un ingrédient ou alors la volonté de trop bien faire coupe le petit grain de folie du groupe. Dommage car on sent que l’on pourrait se faire vraiment plaisir dans le public si l’étincelle se faisait plus présente. La prestation est toutefois excellente et montre à quel point le niveau de la soirée est haut. Dire qu’il reste un groupe.

IMG_8281 IMG_8336

The Black Swamp

Il est maintenant de l’heure de l’entrée en scène de The Black Swamp. La salle est déjà plus remplie. Où étaient-ils tous ? Étranges, ils sont apparus comme par miracle. Avec The Black Swamp qui présente son nouvel album I Am disponible depuis le 29 septembre dernier, on change une nouvelle fois de style pour voguer dans l’univers du Heavy Stoner. Tout comme Massic et Dead End Kings, The Black Swamp démarre en trombe dès les premiers accords. Au moins ce soir on ne fait pas dans la finesse. C’est plutôt une bonne chose car au vu de sa semaine, votre serviteur a bien besoin de musique ravageuse. Avec Enslaved hier et l’affiche d’aujourd’hui, je peux vous dire que je suis servi. En tout cas, ça fait du bien de retrouver les salles avec des groupes aussi tonitruant et destructeur. Sur le papier, The Black Swanp n’est pas le plus bourrin mais, au final, ce sont eux qui déploient le plus d’énergie scénique et de joie de vivre. Que se soit Stewart Wren (chant), Jesse Kenny et Grant Scott (guitare), Rohan Downs (basse) ou le destructeur Brendan Woodley (batterie), c’est un groupe complètement soudé qui donne l’impression de ne faire plus qu’un, créant une osmose magnifique avec un public acquis à sa cause. Les titres sont efficaces, rentre dedans et dynamiques. Que demander de plus ? Par moments, nous sentons nettement l’influence de Hellyeah dans la technique des Australiens qui n’est pas désagréable du tout, bien au contraire. Le peps et la tonicité étant le fin mot de The Black Swamp, les minutes défilent à une vitesse folle, tant est si bien que nous réalisons quand les lumières du Woolly Mammoth que le groupe nous fait ses adieux. Nous voulons encore une bonne dose bien épaisse de leur musique destructrice. Dommage que ce soit passé trop vite mais que ce fût bon !

IMG_8486 IMG_8427

Merci au Woolly Mammoth pour cette belle soirée qui fût riche en émotion. Bravo à Massic et Dead End Kings pour leurs fabuleuses prestations et, bien sûr, coup de chapeau à une nouvelle superbe découverte avec The Black Swamp. Hâte de très vite les revoir et à surveiller de près.

Elovite