03- (23)

Sounds Like Hell Productions fait encore carton plein ce soir au CCO avec un plateau Pagan, Folk Metal de haut vol à l’effigie de l’Allemagne et de la Hollande. C’est encore une opération gagnante puisque le public a suivi et l’on se retrouve dans un CCO quasi blindé avec 400 personnes qui se sont massées à l’intérieur. C’est également un public festif qui est présent ce soir et qui va se montrer ultra participatif. De toute façon, il n’y a qu’à regarder les photos de la salle que j’ai faites pour s’en rendre compte.

Finsterforst

01- (10)Ce donc les Allemands de Finsterforst qui vont ouvrir le petit bal du lundi soir avec leur Folk Metal énergique dit de la « Forêt Noire » puisqu’ils sont originaires de là-bas. J’ai souvent entendu dire que l’on comparait facilement Finsterforst à Moonsorrow, c’est vrai qu’il y a un peu de cela mais Moonsorrow est beaucoup plus Black, bien moins mélodique avec des riffs beaucoup plus tranchants, plus appuyés. Toutefois, Finsterforst reste un peu sur les mêmes thèmes que les Finlandais avec des paroles tournées vers l’apologie de la nature et des légendes ancestrales nordiques. Pour Finsterforst ce sera plutôt germanique mais peu importe, les thèmes se recoupent sur l’idée. Les Allemands ont une musique très guerrière qui n’est pas pour déplaire. Ils ont agrémenté leur jeu de scène avec des grimages loin de ceux des chevaliers teutoniques qui sont souvent utilisés dans le Black Metal. Les Germains font plutôt du genre crado comme s’ils émergeaient tout droit des entrailles d’une galerie de mine de charbon après une affreuse journée de labeur. De plus, Olivier Berlin nous l’a joué avec une touche disco ce soir avec ses lunettes vertes luminescentes, c’était assez surprenant, décalé et drôle à la fois. De toute façon, ces artifices ont vite disparu au profit d’un jeu de scène plus théâtral, plus démonstratif et plus corsé, âpre et rude comme le climat de la schwarzwald. Bien qu’ils soient le premier set de la soirée, Finsterforst tient le public en haleine et par les deux oreilles. Quasiment tout le public est là, massé contre la scène, tant ce groupe est captivant. C’est ma foi un set bien sauvage et un groupe bien choisi pour débuter cette soirée. Finsterforst, ce n’est tout de même pas n’importe qui avec déjà sept albums au compteur si nous comptons leur tout premier Ep. Ils ont récemment sortie un album en 2016 intitulé # Yolo qui est disponible actuellement sur leur Bandcamp. Afin de découvrir ce groupe passionnant qui a beaucoup de charisme et de talent, je vous laisse quelques liens qui vous dirigeront tout droit vers eux.

https://www.facebook.com/FinsterforstOfficial/

https://finsterforst.bandcamp.com/

01- (7) 01- (12)

Heidevolk

02- (1)Changement de plateau avec cette fois-ci une nouvelle destination, les Pays Bas avec « Le peuple de la terre de bruyère », en français dans le texte, autrement dit : Heidevolk. Beaucoup plus folk que leurs prédécesseurs Finsterforst, les sujets abordés dans les textes restent toutefois un peu les mêmes quand on sait que la base est la mythologie germanique, sauf qu’Heidevolk apportera sa touche un peu plus patriotique en s’intéressant à la riche histoire de toute la province de Gueldre. Sans cesse en remaniement, la formation en a pris un sacré coup dans l’aile et cherche de nouveau ses marques. Le groupe a bien été fragilisé par tous ces départs et ces remplacements, tant et si bien qu’à un moment donné, je ne donnais plus bien cher de la peau d’Heidevolk. Toutefois, je les ai vu faire une prestation assez sobre mais correcte au Ragnard Rock en juillet 2016 où le public a bien bougé sur les thèmes folkloriques des Hollandais, donc je me suis dis que ce soir, coincés entre les excellents Finsterforst et les désormais légendaires Equilibrium, il ne pouvait en être autrement et que les chevaliers du Gueldre allaient donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils ont bien assuré le show entre Jacco de Wijs et Lars Nacht Braecker au chant qui se donnaient la réplique, on peut dire que le duo a relativement bien fonctionné. La plupart de leurs titres principaux y sont passés, assurant une prestation plus que correcte et totalement festive avec un public qui se l’est bien donné durant leur set. L’ambiance était plutôt détendue où l’on a pu voir Heidevolk chauffer le public tout en n’hésitant pas à trinquer avec lui. Il est évident que le côté bourrin très pseudo viking prédomine dans la musique des Néerlandais avec des bonnes choses comme des moins bonnes. Des titres comme Vinland qui ne sont pas vraiment fameux quand on sait ce qu’ils savent faire, enthousiasment quand même le public. Toutefois, Heidevolk finira son set sur le sympathique Vulgaris Magistralis qui enchante toujours les métalleux brailleurs avides de hurler du Ahou à n’en plus finir. Afin d’en savoir un peu plus sur Heidevolk, vous trouverez en lien ci-dessous leur page officielle via facebook.

https://www.facebook.com/heidevolkofficial

02- (7) 02- (4)

Equilibrium

03- (19)Voici maintenant venir le plus gros morceau de la soirée avec les Allemands d’Equilibrium qui en toute simplicité vont littéralement retourner le CCO. Le titre de leur dernier album sorti cette année, Armageddon, va prendre ce soir tout son sens malgré les décors bucoliques qui accompagnent le groupe sur scène. Ils vont nous sortir le grand jeu, du genre son et lumière absolument magistral, le tout agrémenté d’effets pyrotechniques placés sur le devant de la scène. L’album Armageddon qui est également le titre de leur tournée 2016 , est un opus beaucoup plus jovial que ce qu’ils ont pu faire par le passé avec de nombreuses sonorités folks et dansantes où le public va s’en donner à cœur joie dans la salle entre les circle pit et les slams, et tout cela pendant toute la durée du concert. Cependant, Robert « Robse » Dahn (chant) à su garder ce côté très Black dans son timbre de voix, ce qui permet de maintenir Equilibrium dans un registre oscillant entre le pagan pur et le Black Metal épique comme eux seuls savent le faire. Le groupe n’a pas baissé d’un cran depuis la dernière fois où je les avais vus et musicalement, c’est absolument énorme et on peut aisément dire que ça envoie du lourd et du gros son. Leur set est un parfait équilibre entre chaque musicien qui ne se contente pas de jouer la partition mais également de faire le show. C’est même exactement cela que nous attendons d’eux. Hormis les classiques que tout le monde attendait, de nouveaux titres sont tombés comme des couperets. Ce sont des morceaux qui vont sans aucun doute devenir également des classiques du genre, tels que Prey ou encore Rise Again. Equilibrium clôturera son show après un long rappel sur Eternal Destination qui mettra fin à toute discussion le temps de digérer la gifle énorme que tout le monde vient de prendre ce soir au CCO. Avec Equilibrium, le German Black Pagan Metal et tout ce que vous voudrez, n’est pas près de s’éteindre tant qu’une telle flamme subsistera. Afin de pister plus facilement les événements qui entourent Equilibrium, vous pouvez les suivre aisément via les liens que je vous laisse ci-dessous.

https://www.facebook.com/equilibrium/

https://equilibrium-metal.net/

03- (23) 03- (12)

Sons Of Metal remercie chaleureusement Sounds Like Hell Productions pour nous avoir conviés à partager cette superbe affiche à leur coté. Nous remercions également le CCO pour le bon accueil habituel entre leurs murs.

Swamp Fox