03- (8)

Me voici de retour sur notre bonne vieille péniche La Marquise, non pas pour vous mener en bateau mais plutôt pour vous chroniquer le superbe plateau post metal auquel je vais assister ce soir. Alors bien sûr, La Marquise ce n’est pas non plus Bercy, loin de là mais quelques aménagements ont fait que la scène est du coup un peu plus profonde, ce qui laisse un peu plus de marge de manœuvre à nos amis musiciens. Soyons tout de même impartiaux et réalistes, notre Marquise est loin d’être un boui boui et a déjà accueilli par le passé de belles têtes d’affiche et par conséquent, on y voit souvent d’excellents concerts même s’ils ont lieu dans un espace assez réduit. C’est encore le cas ce soir avec Vesperine, Buy Jupiter et Lessen qui vont alimenter ce plateau particulièrement musclé qui va passer par tous les extrêmes possibles.

Buy Jupiter

01- (5)Comme bien souvent ces derniers temps, c’est Buy Jupiter qui s’y colle et qui va siffler le coup d’envoi de cette soirée avec un set sans concession qui démarre comme d’habitude pied au plancher. Le Metal de Buy Jupiter est vraiment extrême et, pour être honnête, impossible à classifier. Je pense en toute sincérité que Buy Jupiter fait du Buy Jupiter avec leur propre patte sonore et ne verse pas dans le cover. Les lyonnais sont à eux seuls une véritable entreprise de démolition sonore. Ils ne sont pas là pour faire de la figuration et l’on en prend plein la poire du début jusqu’à la fin de leur set. Pi au chant, plus connu pour être le chanteur des Dead Kiwis, a investi la salle et n’hésite pas à faire des allées et venues entre la scène et on ne sait où. Sa personnalité très forte fait qu’il se démarque de beaucoup de vocalistes et apporte à Buy Jupiter une empreinte vocale unique, parsemée à la fois de rage et de désenchantement. C’est un fontman incroyable qui fait le show à lui tout seul, même s’il est entouré de musiciens talentueux. On sent bien à travers son chant hurlant et déchiré qu’il est le cœur et l’âme de ce groupe. Il est impossible de redire quoi que ce soit sur cette formation. Il n’y a absolument rien qui déborde, ils sont parfaitement carrés et savent jouer ensemble. Buy Jupiter c’est puissant, c’est violent, mais c’est avant tout un groupe qui dégage une véritable émotion qui ne peut pas laisser indifférent. C’est un groupe mature, façonné pour la scène qui dégage une sorte d’énergie extrême qui vous remue jusqu’au fond des tripes. Même si l’on sent que Pi est la pièce maîtresse du groupe qu’il emmène dans des sphères totalement hallucinées, l’engrenage fonctionne à la perfection et l’ensemble des musiciens de Buy Jupiter sont tous calés sur la même ligne et ils sont au taquet. Parfaitement synchronisés, je peux vous garantir qu’ils envoient du lourd et qu’il n’y a pas de place pour le moindre pain. Ils ont déjà réussi un premier Ep absolument magnifique qui se nomme Departure et ce premier opus au son monumental se concrétise totalement sur scène. Buy Jupiter avance et confirme. À chaque nouveau concert, les cinq lyonnais continuent de marquer des points. Le concert finira dans une apothéose totale avec un Pi complètement parti et déchaîné qui ira se percher sur les rampes de lights pour finir par s’écrouler au sol dans la tourmente d’une note stridente et infinie. Je vous invite à découvrir d’urgence les lyonnais de Buy Jupiter via leur page facebook et leur bandcamp dont vous trouverez les liens ci-dessous.

https://www.facebook.com/buyjupiter/

http://buy-jupiter.bandcamp.com/

01- (1) 01- (10)

Lessen

02- (8)La scène de La Marquise ne restera pas vide longtemps puisque les montpelliérains de Lessen qui sont chauds comme la braise vont entamer la seconde partie de ce plateau. Ces cinq musiciens issus d’horizons bien différents balancent un son de type post hardcore d’une virulence sans précédent. C’est un groupe que je ne connaissais pas et qui m’a sacrément surpris. J’ai mordu dans leur set du début jusqu’à la fin. C’est un groupe ultra incisif qui vous pompe toute votre oxygène tant cela défouraille à tous les niveaux. Une fois que le train de Lessen est lancé, il ne vous laisse pas le temps de respirer. Pas de temps mort avec eux. Ils enchaînent à une vitesse vertigineuse et sur scène ça bastonne. Il y a au cœur de leurs mélodies un peu la même chose que je retrouve chez Defeater. C’est une sorte de prose noire teintée d’un désenchantement incessant. Arthur, le vocaliste du groupe ne le chante pas, il le hurle littéralement. Il affiche une présence totalement intense, toujours sur le fil du rasoir avec ce petit plus parfaitement bipolaire qui bascule d’une atmosphère dans l’autre. Derrière les futs, c’est Audrey qui œuvre et je peux vous garantir que cette petite nana cogne comme un mec si ce n’est plus. Elle a certainement dû être clonée avec un métronome pour tenir un rythme pareil. Les deux guitaristes qui ont vraiment deux styles différents se complètent à la perfection. Le bassiste est carrément plus posé et se contente d’envoyer une sauce phénoménale. Lessen est vraiment un groupe qui donne une dimension de l’extrême. J’ai vraiment aimé ce qu’ils ont fait et je peux vous affirmer que c’est du gros niveau. C’est une formation qui va chercher son inspiration au cœur de tout ce qui est borderline. Ainsi, on retrouve aisément des teintes de hardcore, de deathcore, de metalcore et bien d’autres choses encore. Si vous aimez ce qui déboîte, alors vous allez aimer Lessen. Pour les découvrir et les suivre, vous trouverez en lien leur site officiel. Franchement, jetez-y plus qu’un œil ou une oreille, ça vaut le détour.

http://www.lessen.fr/

02- (9) 02- (6)

Vesperine

03- (5)Le moment est enfin venu pour nos lyonnais très attendus de Vesperine d’entrer en scène pour clôturer cette soirée qui jusqu’à présent a été musicalement énorme. On ne va pas s’arrêter en si bon chemin puisque nos cinq lyonnais vont largement confirmer et boucler ce plateau avec brio. Mise à part une malheureuse panne d’ampli qui va leur plomber un peu le moral parce que c’est jamais bien agréable et que ça casse le rythme le temps d’en mettre un autre en place, Vesperine fera une fois de plus un sans faute. Si je devais filer un sobriquet à Vesperine, ce serait Metal Hurlant. Si je devais qualifier Vesperine ; je dirais que ce sont les Amenra lyonnais. Depuis la dernière fois où je les avais chroniqués, au Warmaudio, Vesperine est largement monté en puissance. Au niveau scénique, ils sont montés de plusieurs crans, c’est vraiment impressionnant. Ils ne sont plus bons, ils sont désormais très bons et leur set convaincrait n’importe quelle personne si toutefois cette personne a foi en la musique. Vesperine c’est avant tout une empreinte, un son, un message. Une émotion très forte se dégage de cette formation extrême qui balance son set totalement vertigineux dans une urgence oppressante. On pourrait accoler tellement de qualificatifs à Vesperine comme sludge, doom, noise, etc. La formation lyonnaise est à la frontière, à la croisée de tout cela et développe sur scène une musique résolument enivrante, absorbante car justement, et c’est important de le souligner, Vesperine est avant tout un groupe de scène. C’est sur les planches et sous les lights que leur musique prend totalement vie. Le groupe a sorti un Ep en 2015 qui sera prochainement chroniqué sur Sons Of Metal. C’est à ce moment là, à cette écoute que l’on sent le perfectionnisme des lyonnais. L’enregistrement, la prod, le mastering, tout y est parfaitement soigné. Seulement le problème, c’est que ça ne leur ressemble pas tout à fait, c’est trop clean, trop limpide, il manque quelque chose. C’est en public que soudain les chaînes se brisent et que toute la complexité de leur musique devient alors simple et lumineuse à travers un voyage aux confins de l’obscurité. Rémi au chant est un catalyseur d’énergie. Il y a une intensité réelle dans son chant et nous vivons les textes avec lui. Autant sur leur album on ne ressent pas cette puissance dans les textes, tandis que sur scène ils dégagent une force inouïe. Le message est là, obscur, vrai. On le prend comme il vient et on l’interprète comme on le souhaite. Jeremy à la basse pèse de tout son poids devant la scène et affiche une présence de taille. Rémi et Jérémy sont les deux piliers incontournables du temple Vesperine, dont les autres musiciens du groupe font office de fondations solides sur lesquelles l’ouragan sonore peut se heurter. Il n’y a aucun doute, ça pliera mais ça résistera. Entre noirceur et beauté, slalomant entre fleurs du mal et bateau ivre, Vesperine est un rempart de poésie extrême soufflant tel un blizzard sur les terres gelées de paradis perdus. C’est tout simplement magnifique. Je n’aurais à cet effet que peu de choses à vous dire excepté : venez, voyez, entendez, laissez vous emporter ! Retrouvez d’urgence Vesperine via leur site officiel que je vous laisse en lien suite à ces quelques mots…

http://www.vesperine.fr/

03- (4) 03- (9)

Sons Of Metal remercie chaleureusement Vesperine et leur association qui a organisé ce magnifique plateau et nous a conviés à le partager à leurs cotés. Merci également à La Marquise et toute son équipe pour leur accueil toujours aussi convivial.

Swamp Fox