Genre : Power/Speed Metal - Sortie : novembre 2016

Genre : Power/Speed Metal – Sortie : novembre 2016

Trente ans déjà, je ne dois pas être le seul métalleux pour qui Helloween a constitué une référence. Les premiers à véritablement mêler jeu rapide et voix aigue. Depuis, c’est devenu une marque de fabrique du Metal made in Germany et Kai Hansen, compositeur principal de Helloween à leurs début, fête cet évènement avec un album. Bien entendu il n’est pas seul, accompagné d’anciens potes cucurbitacées et de quelques autres dont la voix féminine de Clémentine Delaunay (Melted Space, Vision Of Atlantis). On découvrira dans cette chronique les autres accompagnateurs d’un album. Et on apprend depuis quelques semaines que l’ensemble de la troupe Helloween avec ancien et nouveau chanteur ainsi que tous les guitaristes se retrouvera pour une tournée mondiale. De quoi remettre un coup de soupe aux courges pour ceux qui auraient oublié. L’âge fait que ces papys du Metal acquièrent une certaine sagesse en ayant l’envie de jouer ensemble, ou encore qu’ils profitent de l’occasion pour faire rentrer quelques $, selon l’angle par lequel on regarde.

Ça débute dans le classique pour les habitués de Gamma Ray, sa formation postérieure aux citrouilles. Born Free est un genre de chant autobiographique qui speede ton froc d’entrée, histoire de te mettre en conditions. La voix criarde à souhait de Hansen qui chante seul pour le coup, se rapproche d’un Brian Johnson avec l’âge. On entre cependant dans un autre morceau typique du Metal teuton avec Enemies Of Sun qui se joue dans un rythme lent. Accompagné de Ralf Sheepers (Primal Fear)  pour un duo de voix écorchées, on trouve le morceau un peu plat jusqu’à ce qu’une astucieuse accélération de rythme fait monter la mayonnaise avec des solos de Piet Sielk (Iron Savior) en plus de ceux de Hansen himself. Il faut savoir que les deux compères ont joué ensemble dans leur tout début en 1982 au sein du groupe Gentry. La section rythmique dans cet album est assurée par Alex Dietz (Heaven Shall Burn) qui tient la basse et Daniel Wilding (Carcass) aux baguettes. Les deux assurent une assise efficace et technique à l’ensemble. On retourne aux coups de griffes sur Contact Sun avec Dee Snider (Twisted Sister) à la voix, puis on passe avec Making Headlines sur du (trop) lisse avec Tobias Sammet (Avantasia, Edguy) qui est plutôt habitué à ce genre de morceaux un peu romantiques. Il fait malheureusement retomber la sauce. Stranger In Time réjouit par contre avec son riff introductif inspiré d’Iron Maiden et c’est là qu’on réentend l’ancien compère de la période dorée de Helloween Michael Kiske et le guitariste Roland Grapow qui est passé par la même troupe. Fire And Ice vaut le coup uniquement pour ses invités mais il peine à décoller. On retrouve entre autre la frenchie Clémentine Delaunay et le growleur Macus Bischoff (Heaven Shall Burn). Le solo de guitare est quant à lui assuré par l’ancien compère du 31 décembre, Michael Weikath.

Par contre, Left Behind, où Clémentine intervient en trio avec Hansen et son bassiste est assez réussi. Il fait sortir le hambourgeois de son registre habituel pour un style plus Rock qui ne lui va finalement pas si mal et apporte de la diversité. Le jeu de basse est terrible et l’arrangement des voix efficace mélodiquement. On passera la ballade pas exceptionnelle qui suit pour finir avec les deux meilleurs titres de l’album qui le concluent en beauté. Tout d’abord Burning Bridges avec Ike Freese, son guitariste également producteur à ses heures. Il pousse très bien la chansonnette dans un titre à la débauche d’énergie comme sait les faire Hansen avec Gamma Ray ou d’autres projets. Un solo à te briser les côtes au passage. Puis un espèce de best-of Helloween en un seul titre avec Follow The Sun en duo avec le chanteur de Blind Guardian. Voila qui clôt le bal avec brio.

Pour conclure, à la fête de Mr Hansen il y a eu de tout. Du champagne Moët & Chandon jusqu’à l’imitation sans alcool. C’est un pilier du Metal qui fait la teuf et les amateurs du genre apprécieront. Si on veut être un peu exigeants avec un gars qui n’a plus rien à prouver, on peut estimer qu’il aurait pu soigner l’originalité de certains titres quitte à ne pas inviter certains potes. Cela dit, XXX Three Decades Of Metal reste intéressant et vous avez même une version à deux disques, l’un avec les invités et l’autre sans. Reste à choisir lequel reste dans la bagnole et lequel va plutôt squatter la chaîne Hi-fi.

Khaos

Trackist :

  1. Born Free
  2. Enemies Of Sun
  3. Contract Sun
  4. Making Headlines
  5. Stranger In Time
  6. Fire And Ice
  7. Left Behind
  8. All Or Nothing
  9. Burning Bridges
  10. Follow The Sun

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/kaihansenofficial/

Clip de Born Free : https://www.youtube.com/watch?v=FGkwVVYkWTw