03- (1)

Retour au Warmaudio où je passe beaucoup de temps en ce moment. Ce n’est d’ailleurs pas moi qui vais m’en plaindre, surtout lorsqu’il s’agit d’assister à des affiches telles que celle de ce soir. En effet, la jeune garde de Sounds Like Hell productions nous a préparé pour cette fin d’année 2016 un joli plateau destiné à la scène locale et lyonnaise. Cinq groupes à l’empreinte bien personnelle vont se partager ce soir la scène du Warmaudio et nous offrir des sets aussi divers que variés. Il y aura du très bon voire excellent et du moins bon, mais ça nous éviterons de nous étendre trop sur le sujet. Quoi qu’il en soit ce plateau est attractif puisqu’il aura déplacé à lui tout seul entre 200 et 250 lyonnais. Par conséquent, on ne peut que féliciter Sounds Like Hell Productions pour avoir eu une fois de plus le bon réflexe, ainsi que le bon choix en ce qui concerne le choix des groupes.

Dishonor

01- (7)C’est avec un « magnifique » fond de scène aux couleurs de la bière « La Chouffe » que débute ce mini festival Lyon’s Got Talent. D’ailleurs le fond de scène ventant les mérites de la binouze belge bien connue restera en décoration derrière chaque groupe, jusqu’à la prestation des lyonnais d’It Came From Beneath qui abattront ces couleurs pour laisser place aux leurs. En attendant, ce sont nos amis les isérois de Dishonor qui s’y collent et qui sont chargés d’ouvrir le p’tit bal du samedi soir où sont venues headbanger les midinettes. Vu le niveau du combo je les aurai personnellement placés un peu plus tard dans le running order. Je ne vous cache pas qu’ils nous ont fait une prestation absolument énorme, très certainement l’une des meilleures de la soirée. C’est que nos six isérois n’étaient pas venus étendre le linge et avaient un excellent album à défendre. En effet, Errare Humanum Est qui est sorti en 2016 est un véritable must de deathcore. En six titres aussi puissants qu’expéditifs, la messe est dite. Et ce soir sur les planches du Warmaudio, ils ne nous la font pas à l’envers et nous expédient en pleine poire le contenu de cet opus pour le moins costaud. Devant un quatuor de musicos qui en ont particulièrement sous la semelle, Cédric et Tom, nos deux frontmen, s’en donnent à cœur joie avec un échange de chant relativement spectaculaire et parfaitement millimétré. Nos gaillards n’ont pas pris le plateau à la légère et le public pour des guignols et je peux vous assurer qu’ils ont mouillé le maillot. Dishonor est déjà une valeur sure de la scène locale qui confirme une nouvelle fois ce soir ses qualités de vrai groupe de scène, de combo hyper vivant qui bouge comme pas deux sur un Deathcore ultra groovy dont eux seuls ont le secret. Le set est malheureusement un peu court, mais il y a tout de même cinq groupes qui jouent ce soir et le timing est comme j’apprécie le café, c’est-à-dire hyper serré. Retrouvez Dishonor via leur page facebook où vous pourrez facilement continuer de suivre toute leur actualité.

https://www.facebook.com/dishonordeath/

01- (5) 01- (8) 01- (2)

Waiting For Breakfast

02- (1)Intro d’enfer avec Johnny Hallyday et La Bagarre en fond sonore pour saluer l’entrée en piste de nos cinq lyonnais qui sont ce soir en mode décontracté et totalement décomplexés. Waiting For Breakfast entame donc son set pied au plancher sur la scène du Warmaudio. Les tenues des membres du groupe sont assez hétéroclites. Un qui a des lunettes de soleil aux couleurs du drapeau allemand, Damien qui est en survêt’ mauve tant et si bien qu’on dirait qu’il sort de son cours de gym. Franchement, les cinq lyonnais nous la joue cool ce soir. Alors si j’ai bien tout suivi, il s’agit là de leur dernier concert et franchement je suis scotché car au vu de la prestation qu’ils vont faire, on n’arrête pas comme ça un groupe d’une telle qualité. Leur musique sort vraiment des sentiers battus. Ils lui donnent le qualificatif de Doom Core alors que cette musique à la fois sombre et puissante à tendance à se diriger vers le Sludge extrême de chez extrême. Les mélodies sont de grosses nappes sonores bien râpeuses qui arrivent comme des déferlantes écrasantes. Si le chant est totalement déchirant et hurlé à souhait, le son des guitares est plutôt grave à cause de ces open tuning très bas utilisés sur ces grattes à sept cordes qui balancent une disto totalement foudroyante. C’est un combo réellement étonnant et détonnant que nous avons devant nous sur scène avec une musique ténébreuse à souhait qui oscille entre le plus pesant des doom et le rythme le plus brutal que l’on puisse écouter. Il est bien dommage que ce soit leur dernière ce soir car l’histoire aurait mérité d’être poussée un peu plus loin, ça  en valait vraiment la peine. On retiendra quand même un Damien déchainé sur  scène qui avait carrément amené le cubi de pinard qui tournera bien entendu dans le public, côté festif oblige. Je vous propose de retrouver leur page facebook en lien ci-dessous car au fond l’histoire n’est peut-être pas terminée, alors foncez les découvrir car ils en valent vraiment la peine.

https://www.facebook.com/WaitingForBreakfastBand/

02- (3) 02- (5) 02- (2)

Fasteria

03- (1)Autre groupe, autres mœurs, voici donc les drômois de Fasteria et leur Metalcore à la fois groovy et sauvage qui profiteront de cette scène pour défendre leur Ep Order From Chaos. Ils se sont choisi une petite intro bien électro pour annoncer leur entrée en scène et ils attaquent directement un premier morceau d’introduction totalement musical puisque Matt, leur vocaliste, n’est pas encore sur scène. Même si la plupart du temps leur musique reste assez épaisse et incisive, il n’en demeure pas moins que Fasteria utilise souvent de nombreuses parties très mélodiques qui peuvent également s’envoler à l’extrême puisqu’on peut largement dire que par moments ils flirtent avec le Deathcore. Matt est un très bon frontman qui fait usage la plupart du temps d’une voix carrément hurlée. Ses passages en voix claire manquent encore un peu de conviction, bien que je trouve que l’utilisation de la voix claire ne soit pas du tout indispensable au sein de leur combo. Je préfère de loin le côté tranchant de leur musique car c’est ce qu’ils  font de mieux. Les gratteux de Fasteria qui utilisent principalement des guitares sept cordes sont donc accordés relativement bas, ce qui donne un son très lourd et très solide au groupe, par conséquent la voix hurlée convient à la perfection alors que le chant et le contre chant en voix claires sont superflus et viennent entacher le côté obscur que cultive le groupe. Sinon, on peut largement dire que Fasteria est un combo avec une super attitude qui en envoie un maximum à son public et ne se gêne pas pour parfaitement occuper la scène durant son set. C’est un excellent quintet qui en a vraiment sous la semelle et qui va continuer de faire des choses intéressantes. Pour rester connectés avec eux, je vous propose de les suivre ou de les découvrir via leur page facebook que vous trouverez en lien.

https://www.facebook.com/FasteriaOfficial/

03- (9) 03- (6) 03- (7)

03- (5)

Self Esteem

04- (5)C’est autour des lyonnais de Self Esteem de grimper sur la scène du Warmaudio pour faire péter les watts avec leur Hardcore hyper solide et de gros niveau. Toutefois, comme beaucoup d’autres personnes présentes dans la salle ce soir, je vais être bien déçu. Non pas que le groupe n’a pas balancé la sauce comme il le fallait mais tous simplement parce que le chanteur de Self Esteem s’est montré totalement irrespectueux envers le public et d’une violence verbale sans pareille, limite incitation à la haine. Je pense que les gens ne viennent pas aux concerts pour se faire lamentablement insulter. C’était franchement désagréable et cela donnait envie de foutre le camp plus qu’autre chose. C’est vraiment dommage car c’est un groupe qui a un sacré potentiel et qui est déjà bien expérimenté. On retient déjà leur excellente démo sortie en 2014, suivie de Shadow sorti en 2015 et de At War sorti en 2016. Tout cela, ça fait déjà un sacré potentiel. C’est vrai que leur Hardcore est plutôt rugueux et incisif, voire souvent violent et hargneux mais après il faut savoir faire la part des choses. Soit on est un groupe de RAC et tout ce que l’on veut c’est foutre la merde, soit on est un vrai groupe de Hardcore, ce qui engendre de vrais codes. Le Hardcore n’est pas sensé être vecteur de haine ou de violence en tout genre. Le Warmaudio n’est pas un Kop dans un stade où toutes les exactions sont permises. J’étais écœuré par ce que j’ai entendu et je ne fus pas le seul, loin de là. Ce n’est pas digne du niveau musical de ces mecs. Bon, après c’était surtout le chanteur qui s’est montré particulièrement odieux et c’est bien dommage. De ce set, je retiendrai surtout l’attitude dynamique de Kawa à la basse qui a cavalé sur scène pendant tout le set. Jordan entièrement peint en noir, tant et si bien qu’il doit mettre deux plombes pour se nettoyer ensuite, a tenu irréprochablement sa position de guitariste avec une présence énorme. Et pour finir, il y la prestation courageuse de Boris qui a du jouer avec une gratte de prêt à laquelle il n’était pas habitué et s’est retrouvé avec des problèmes pas possibles de sangle tant et si bien qu’il a carrément du jouer la guitare appuyée au sol. Je dois avouer qu’il n’a pas eu un set de tout repos. Vous pouvez retrouver Self Esteem via leur lien bandcamp et découvrir un peu tout ce qu’ils ont fait durant ces trois dernières années.

https://selfesteemhc.bandcamp.com/releases

04- (2) 04- (4) 04- (6)

04- (3)

It Came From Beneath

05- (6)Pour finir ce plateau consacré à la scène locale, on termine en beauté avec les lyonnais d’It Came From Beneath qui vont nous assurer un show absolument phénoménal. Bien que personnellement je trouve que leur musique possède bien plus d’affinité avec le Metalcore que le Deathcore, il n’en demeure pas moins que ce groupe atypique possède vraiment un talent de dingue et sait se montrer parfaitement théâtral sur scène. Leurs assauts musicaux sont redoutables et ils n’ont pas besoin de se forcer pour démontrer qu’ils sont tout de même quelques crans au dessus des autres. It Came From Beneath est un groupe qui a un jus pas possible. Ils tournent à pleine puissance, déployant une véritable énergie positive. Actuellement, ils peuvent se permettre de jouer dans la cour des grands et leurs preuves ne sont plus à faire. Si certains en ont sous la semelle, eux jouent pied au plancher et enflamment littéralement la scène du Warmaudio qui s’était quelque peu éteinte. Ce groupe incroyable qui se bat à grand coup d’énergie positive possède déjà un solide CV. Ils ont joué dans de nombreux pays en Europe et emmènent déjà dans leur musette un premier Ep sorti en 2011, suivi d’un album explosif intitulé When No Light Remains et suite au remodelage de leur line up, ils ont sorti un nouvel Ep en 2015 qui se nomme The Last Sun. Ce dernier Ep est l’album d’un sang neuf avec un nouveau chanteur avec lequel ils n’ont pas perdu au change car Léo Muller donne absolument tout ce qu’il a, jusqu’à foutre ses propres tripes sur scène, il est phénoménal. Les autres membres du groupe ne sont pas en reste non plus car au niveau sonore on peut résolument dire qu’ils envoient du lourd. It Came From Beneath ont une musique épaisse qu’aucun des musiciens ne cherchent à édulcorer et si l’on passe par bien des phases qui tournent autour du Metalcore ou du Deathcore, on peut aisément dire que ce soir les lyonnais confirment une fois de plus et prouvent à leur public qu’ils ont trouvé un nouvel essor et ne sont pas près de lâcher l’affaire. N’hésitez pas à suivre les lyonnais d’It Came From Beneath via leur lien bandcamp que vous trouverez ci-dessous.

https://itcamefrombeneath.bandcamp.com/

05- (10) 05- (3) 05- (4)

05- (5)

Sons Of Metal remercie les groupes et le public présents pour cette édition de Lyon’s Got Talent. Nous remercions également nos partenaires et amies de Sounds Like Hell Production pour nous avoir conviés à cette soirée. Merci également à nos amis Adrien et Mika pour leur accueil chaleureux au sein du Warmaudio.

Swamp Fox