Yuma Sun – Watch Us Burn : là où l’esprit se perd

Posté le : 28 avril 2017 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,
Genre : Doom/Rock/Punk - Sortie 27 mai 2016

Genre : Doom/Rock/Punk – Sortie 27 mai 2016

Yuma Sun nous vient de Bergen en Norvège, connue aussi pour être la ville la plus pluvieuse d’Europe. Voilà qui fait plaisir. La formation évolue sous la forme d’un quintet et se compose de Jaran au chant, au banjo et à la gratte acoustique, de Bjorn à la guitare baryton (si, si) basse et lap steel, d’Espen à la guitare électrique et à la trompette, de Simon à la contrebasse et enfin d’Andreas à la batterie. Cela nous fait l’impression que ces p’tits gars ont récupérés tous les instruments du coin et se sont lancés dans un projet genre « Leningrad cowboys ». Leur nouvel album est sorti, voyons donc ce que cela donne. Enfin, cet opus sort chez les p’tits gars de chez Ellie Promotion. Assieds-toi ça va démarrer.

Quand nous avons reçu cet album chez nous les Sons, force était de constater que la galette sortait de la grammaire Metal mais il a été décidé de poursuivre car il y a « quelque chose » dans cet album et ce groupe qui en fait donc quelque chose de particulier. Avoir un groupe « différent » sur la Terre, même du Black Metal, ne doit pas être chose aisée. Bergen, c’est aimer la pêche, voir une ou deux baleines au loin, faire du hockey et recommencer ça tous les jours. Sous la pluie bien sûr et en croisant des groupes de blackeux partis se perdre en forêt. Yuma Sun nous envoie donc son nouvel album à la pochette brûlante, sûrement pour conjurer le sort de la météo locale et avoir un coup de chaud. Onze titres, c’est bien servi. Nous le disions plus en haut, nous ne sommes pas dans le Metal mais dans une forme de rock apocalyptique et teinté de relents punk, mais aussi une certaine forme de pop pouvant dérouter de prime abord. Yuma Sun est en capacité de délivrer des titres de qualité, c’est indéniable. St Louise qui ouvre l’album en est la preuve mais c’est là que le côté pop de sa musique prend tout son sens. Les nuques ne se briseront pas sur ce titre mais votre jambe se surprendra peut-être à bouger d’elle-même au rythme de la musique. Josephine et Violets To Stone restent dans la même mouvance, de bons petits morceaux mais restant cantonnés dans le même registre. Pas déplaisant, juste un peu trop lent. Il faut attendre le très bon Judas Tree pour voir l’énergie embrasser à bras le corps la musique du groupe. King Of Light se taille aussi une belle part dans le lion en lui arrachant au moins une patte arrière, c’est vitaminé et d’une assez grande efficacité. Ce groupe est capable de tout, qu’on se le dise.

Puis vient l’émotion, la vraie avec The Hospital, intro servant de plongeoir à High Road, ou comment avec quelques notes choisies provoquer une sorte de transe cérébrale sans aucun produit illicite. C’est superbe de réalisme et de lyrisme, le chant est au paroxysme de la justesse, les sonorités sixties mais néanmoins modernes font le reste. D’ailleurs, le son de cette galette sonne juste et sied parfaitement à l’ensemble. On n’a pas gâché là, on a assuré. Ce titre aurait pu être composé par The Doors ou encore par un Nick Cave au meilleur de sa forme, prenez-en de la mauvaise graine. C’est sombre mais ô combien planant et allant à l’essentiel. Cela nous touche et c’est bien là en matière de musique ce qui nous importe. Watch Us Burn vient clore un album aux différentes facettes mais dont l’ensemble se tient plus que correctement. Ce dernier morceau résonne comme une fin de festival. Pas le festival du coin mais plutôt le genre d’endroit où l’on communique en masse comme le Burning Man ou encore pour ceux qui ont eu la chance de vivre ce moment : Le Woodstock de l’éternel Jimi, moment psyché, hippie ou appelez-le comme vous voulez mais humain, perché peut-être mais humain quand même. Le silence se fait, on se sent triste et heureux à la fois. C’est promis, on reviendra.

Yuma Sun est une sorte de petite usine à fabriquer de la mélancolie. Pas nécessairement celle qui vous fait plonger dans la noirceur mais plutôt celle que nous ressentons parfois à certains moments, ce qui fait dire que ce groupe se montre aussi attachant car il sait distribuer de l’émotion et quand il y a émotion, le frisson n’est parfois pas loin. Alors cet album saura accompagner vos nécessaires moments de solitude mais il saura aussi vous sortir de votre torpeur par un bon coup de pied dans votre joli postérieur. Montrez-vous curieux, car même si c’est un vilain défaut paraît-il, et bien on s’en fout ! Pas vrai ?

Pat

Tracklist :

  1. St Louise
  2. Give Me Fever
  3. Josephine
  4. Violets To Stone
  5. Judas Tree
  6. Mary
  7. King Of Light
  8. War As Begun
  9. The Hospital
  10. High Road
  11. Watch Us Burn

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/Yumasunband/

Twitter : https://twitter.com/YumaSun1