White Miles – The Duel : Stoner bonheur

Posté le : 29 juin 2017 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , ,
Genre : Stoner/Rock - Sortie : 2016

Genre : Stoner/Rock – Sortie : 2016

White Miles nous vient de Walchsee, c’est où ça ? Mais c’est en Autriche bien sûr et même au Tirol (troulalaitou), et se compose de Medina au chant et à la guitare et de Lofi à la batterie. C’est tout ? Oui c’est tout et faut faire avec qu’ils disent. Des novices ? Pas vraiment, le groupe a tourné avec pas mal de groupe tels Blue Pills, Courtney Love et les Eagles Of Death Metal entre autres. Alors tu t’assieds ami métalleux et amie métalleuse, tu bois frais et tu lis ce qui suit. C’est parti. Juste le temps de vous dire que cet album sort chez les p’tits gars de Replica Promotion, qu’on se le dise.

Au Tirol, la vie est fofolle c’est bien connu (ou pas). Le Tirol côté rock, c’est comme l’Albanie avec la démocratie, ça ne va pas bien ensemble en fait. Fort heureusement, ces White Miles ont évité le port de la culotte de peau si chère aux aficionados de ceux qui habitent outre-Rhin. En effet, ici c’est autre chose qui nous vient des montagnes : une guitare saturée, une voix sublime, des accents blues, rock et une tendance à délivrer du bon Stoner. Ajoutez à cela des compos très riches comme In The Mirror, Crazy Horse et le duo sait tirer les marrons du feu sans se brûler. L’approche de certains titres peut paraître parfois simpliste mais une autre écoute vous dissuade du contraire. Les solos sont distillés avec parcimonie mais tombent toujours à bon escient. On pourrait même y déceler des accents de jeu du grand Billy Gibbons, guitariste d’un certain trio barbu. Oui c’est assez vitaminé pour démarrer sa journée. Un titre comme A Good Pennyworth incite à taper de la patte gauche ou droite. L’utilisation du vocodeur peut lasser par moments mais nous saurons nous en contenter néanmoins car la voix de Medina est superbe, sensuelle et envoûtante. Un mot sur la production : propre sans être chirurgicale et très efficace quant au mixage. Vraiment rien à redire de ce côté-là.

Un titre se dégage de cet album, incontestablement Coke On A Jetplane qui se distingue avec son refrain à deux voix, c’est la bonne voie. Sorte de ballade bluesy/rock, le titre frise le sublime, simple de composition mais ô combien parfait quant à sa restitution. L’écoute de cet album se fait sans peine, on y distingue aucun temps mort combien même sur des compositions « tranquilles ». Tout a été conçu pour que l’ensemble soit massif et ce malgré beaucoup de nuances de composition. A(n) Grade est un petit briseur de nuques. Joué live, ce titre devrait faire bouger dans les alpages. Heid sonne très ZZ Top d’une certaine période, celle des années quatre-vingt-dix. Le chant presque parlé est superbe de profondeur. Profitez, c’est donné. River Of Goldest aussi superbe de par son riff accrocheur. Vraiment, c’est très bon et c’est un vrai plaisir. Enfin, l’album se termine par Keep Your Trippin’ Wild, c’est lourd comme du bon Stoner bien gras, ça fait un bien énorme. L’album se termine de la meilleure des manières, précis comme une flèche dans le mille, le but est atteint. On ressort rassasié de l’écoute de cet album. White Miles, un seul mot : merci.

White Miles vient de réussir son coup, sans coup férir. Son album est de dimension internationale et son duo de choc. Il s’agissait de duel, il a été remporté haut la main. Cet album saura vous accompagner partout, en voiture, chez vous, dans les transports, dedans, dehors ! Partout que l’on vous dit !

Pat

Tracklist :

  1. Sticky Nerves
  2. In The Mirror
  3. Crazy Horse
  4. Insane To The Bone
  5. A Good Pennyworth
  6. Coke On A Jetplane
  7. A(n) Grade
  8. Heid
  9. Don’t You Know Him
  10. River Of Gold
  11. Keep Your Trippin’ Wild

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/whitemilesmusic

Site internet : http://www.white-miles.com/

Bandcamp : https://whitemilesband.bandcamp.com/