THE WALKING DEAD ORCHESTRA-20171215-006

Pour terminer l’année, je me rend à Romans-sur-Isère, plus précisément à la salle La Cordonnerie. Le temps pluvieux n’invite guère à prendre la route et attendre dans le froid que les portes de la Cité de la musique ne s’ouvrent. Tant pis, quand on aime, on est prêt à affronter le mauvais temps. D’autant que le programme a de la gueule avec locaux de Fasteria et The Walking Dead Orchestra, ainsi que les Grenoblois Holophonics qui sont en tête d’affiche. C’est à 19 heures que le feu vert est donné.

Fasteria

FASTERIA-20171215-006La soirée débute sur les chapeaux de roues avec Fasteria. Leur Death Metal est tranchant comme une lame de rasoir, mettant direct les points sur les i et les barres sur les t. Pour leur ultime concert, les musiciens reçoivent un énorme soutien des fans campés aux premiers rangs qui hurlent les paroles dès que le chanteur s’approche pour leur donner le micro. Le groupe se la donne grave, prend du plaisir et nous donne du plaisir. Fasteria met un point d’honneur à rendre cette date spéciale. Aucune erreur de la part des musicos, tout est nickel mais c’est surtout le sourire perpétuel sur le visage des membres du groupe que nous retiendrons. Plus qu’un très bon concert, c’est la reconnaissance des musiciens envers leurs fans et un chanteur qui, au-delà de son attitude de « bad boy », nous ouvre son cœur avant de tirer la dernière cartouche, celle qui mettra un terme à cette aventure. Fasteria, vous avez été bons. Bon vent et que la route vous soit propice.

FASTERIA-20171215-005 FASTERIA-20171215-009

The Walking Dead Orchestra

THE WALKING DEAD ORCHESTRA-20171215-004Autre groupe originaire du coin, voici The Walking Dead Orchestra. Là, nous pouvons affirmer que le groupe utilise une publicité mensongère. Je vous avoue que ce n’est pas comme ça que j’imaginais des morts-vivants jouer de la musique. Déjà, je ne pense pas qu’un mort-vivant soit capable de faire grand chose… Bref, après une intro qui fait lentement monter la tension, la formation déboule sur les planches et met le paquet d’entrée. Pourquoi nous faire attendre après tout ? Ça envoie sec, ça poutre grave et ça roxe du poney qui n’avait pourtant rien demandé à personne. Les musiciens ne font pas de quartier, tout le monde va en prendre plein la gueule et surtout plein les tympans. Fasteria avait déjà bien chauffé la salle, The Walking Dead Orchestra va la faire fondre. Carrément. On ne sait plus où regarder tellement ça bouge partout. Bon, des fois, les musiciens s’arrêtent quand il faut jouer un passage technique. Au passage, je salue le travail de l’ingénieur chargé des lumières qui fait un travail remarquable, mettant bien en valeur la musique et surtout la force qui émane des riffs. Et qui me permet de faire de belles photos. Ben oui, faut être honnête. Le public, bien qu’un petit peu timide, s’approche progressivement de la scène, certains étant quasiment prêt à planter la tente Quechua juste devant les retours scène, à moins qu’ils n’attendent la tête d’affiche, ce qui est plus que probable comme vous le lirez dans le paragraphe suivant. Toutefois, rendons à César ce qui lui appartient : The Walking Dead Orchestra nous livre une prestation de haute volée. Je vais vous dire : j’ai vu ce groupe jouer pour la première fois durant l’été 2014, lors d’une soirée nommée La fusion de l’atome. Le groupe m’avait déjà laissé un bon souvenir et malgré l’absence remarquée et remarquable du public, les musiciens avaient méchamment envoyé le pâté. En 2017, je peux noter la progression technique du groupe. Tout est mieux : la technicité, la présence sur scène, la justesse du jeu. Voici une formation qui n’a pas ménagé ses efforts durant ces quatre années, soutenue qui plus est par La cité de la musique de Romans-sur-Isère. Un bon pari qui peut réussir, si tant est que le public s’y intéresse. Mais ne faisons point de plans sur la comète (parce qu’une comète, en réalité, ça se déplace extrêmement vite, ok je sors) et apprécions ce groupe pour ce qu’il est. À savoir un très bon groupe de Death Metal, carré, professionnel et respectueux de son public. Une formation à suivre et à soutenir qui mérite de se retrouver sur une plus grosse scène.

THE WALKING DEAD ORCHESTRA-20171215-001

Holophonics

HOLOPHONICS-20171215-001Je vais vous faire une confidence. J’ai à mon actif pas loin de trois cents concerts, une quinzaine de festivals et pris des centaines de groupes en photo. Je peux donc affirmer que j’ai maintenant une certaine expérience dans le métier. Pourtant, je n’ai jamais vu une tête d’affiche avoir aussi peu de rapport avec les groupes de première partie. Je ne connaissais pas Holophonics avant ce soir et lorsque j’entend les premières mesures de la première chanson, je ne comprend pas. Loin de moi l’idée de descendre cette formation originaire de Grenoble (à ne pas confondre avec The Holophonics qui sont eux originaires de Dallas, c’est pas à côté hein) qui joue d’ailleurs très bien, sait parfaitement utiliser une scène à son avantage et possède déjà une fan base bien fidèle. J’en veux pour preuve que le public entier se presse devant la scène et que parmi les spectateurs, certains n’ont pas plus de dix-huit ans. Une autre preuve ? Ce mec qui a passé les trois quarts de la soirée à fumer clope sur clope dehors, sous la pluie, est maintenant calé contre la scène. Vous l’avez compris, Holophonics EST le groupe pour qui le public s’est déplacé. Mais, musicalement ? Et bien ça n’a rien à voir avec Fasteria et The Walking Dead Orchestra. Nous passons d’un Death Metal à du Rock teinté de Metal. Je ne m’attendais pas du tout à ça. Hormis mes considérations personnelles, je dois avouer que ces mecs sont bons. Très bons même. Ça joue bien, ça chante bien. Holophonics parvient sans problème à captiver son audience et crée une chouette ambiance musicale, encore une fois magnifiée par l’éclairage. Les spectateurs répondent présent tout au long du concert, et c’est finalement ça qui compte pour qui veut percer un jour dans la musique. Et puis nous avons droit à quelques morceaux bien rentre-dedans qui rappellent les grands moments du Punk et du Hard Rock. La qualité est au rendez-vous et après tout, ne nous focalisons pas sur la pertinence de l’affiche et disons qu’il y en a pour tout les goûts. Ce qui est bien aussi.

HOLOPHONICS-20171215-002

Pour cette première visite à La Cordonnerie, ce fut une belle expérience. Un accueil au top, un personnel très agréable et des groupes de qualité. Ah et si vous y passez, testez donc le restaurant et son burger, ça vaut le coup ! Merci à Amar pour l’accréditation, au staff, aux musiciens et surtout à toi public qui s’est bougé en masse. Ça fait plaisir à voir.

Kouni