Genre : Metal - Sortie : septembre 2017

Genre : Metal – Sortie : septembre 2017

Vous avez certainement déjà vu le film culte Vol au dessus d’un nid de coucou avec un formidable Jack Nicholson. Il manquait au sujet de la folie et son univers une fine équipe de musiciens qui pouvaient en dire quelque chose de pertinent. Il fallut donc attendre 2017 et la sortie du premier album complet des Lyonnais de Lugh pour entendre cela. Certes, nous avions vu Faith No More arborer un style très hôpital psy lors de leur dernier passage au Hellfest notamment. Mais chez Lugh, c’est plus que ça : ils nous racontent une histoire, nous font réfléchir, le tout illustré par une magnifique pochette en accord avec cet univers. La formation est composée de Lambert au chant, Manon à la basse, Cyril à la batterie et Amaury et Anthony aux deux guitares. Ces deux derniers membres étant toutefois arrivés après la sortie de l’album, c’est donc Seb et Guillaume qui jouent sur Les Loges de la Folie.

Pas de description titre par titre aujourd’hui, entrer dans l’univers de Lugh est un effort à faire de manière globale. Il faut s’attacher à comprendre les paroles, la musique accompagnant le sens des mots dans ses variations. L’album est découpé en quatre séquences introduites par un récit narratif sur fond musical. Ensuite s’enchaînent un ou plusieurs titres. Comme un livre divisé en chapitres. Le chant alterne entre français et anglais, il est parfois récité, chanté ou growlé selon les passages. Tout cela donne un univers particulier, il faut véritablement se laisser porter.

Le petit bémol de cet album et c’est d’autant plus dommage, c’est la qualité de la production. Clairement, à ce niveau le son aurait pu être meilleur, ces jeunes gens ne faisant pas du garage Rock. Le son des guitares en particulier aurait mérité plus de tranchant, surtout que les parties sont très bien construites. La rythmique d’un côté, les mélodies de l’autre.

Dès l’entame, on se sent entrer dans l’hôpital psychiatrique : bruits de portes, clés, pas qui retentissent sur le sol, magnéto-bande d’où émerge la première narration. Les enchainements avec les titres qui suivent sont bien fichus. On se demande qui ne seraient pas les fous qui seraient dans une forme de réalité et nous dans la fiction ?

Entre autres bons titres, à retenir l’éponyme, sa rythmique martelée, le chant varié. Matter Of Point Of View nous offre une fin ornée d’une superbe mélodie à la guitare. Reeds et sa montée progressive transportent les âmes égarées et le final Insomnie. Car oui, après cela tu ne dormiras pas beaucoup, une petite chance d’entendre susurrer dans tes songes la voix du narrateur.

Pour conclure, Lugh nous offre un album bien construit au niveau de la composition, du concept général de l’album et des variations musicales. Dommage que la production soit un peu en dedans par rapport au reste. Les Loges de la Folie aurait pu passer du très bien à l’excellent. Si vous voulez les voir sur scène, il paraît que ça bouge bien. Ils seront à La Garde (Var, proche Toulon) le samedi 02 juin, soirée organisée par El Marachi. Allez les voir et soutenez leurs efforts.

Khaos

Tracklist :

  1. Séquence 1 : introduction
  2. Les Loges de la Folie
  3. Séquence 2 : le Réfectoire
  4. Matter Of Point Of View
  5. Séquence 3 : le Dortoir
  6. Blackout
  7. Inner Dreams
  8. Reeds
  9. Séquence 4 : la Lettre
  10. Dressed In White
  11. Séquence 5 : Infirmerie
  12. Danse Funèbre
  13. Insomnie

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/lughband/

Lien Bandcamp : https://lugh.bandcamp.com/album/les-loges-de-la-folie