IMG_7047

Il est 16h30 quand je prends le départ de Lyon direction Genève. Pourquoi ? L’histoire est courte et rapide. Deux jours auparavant, je recevais une réponse positive à une demande d’accréditation que je n’aurais jamais imaginé possible, même en rêve, puisque votre webzine préféré vient d’obtenir le droit de prendre des photos sur la tournée de Legacy Of The Beast des géant du Heavy Metal. C’est-à-dire Iron Maiden. Comment dire que réaliser ce que l’on a décroché cette fois même si nous avons déjà eu l’occasion de décrocher des groupes comme Rammstein, ZZ Top, Deep Purple, Nightwish, Korn (Buenos Aires, Argentine) et Alice Cooper. Certaines choses restent dans le domaine de l’impossible. Mais au final, rien ne l’est. Après cette brêve explication, rentrons dans le vif du sujet. Le dernier article concernant une date de la Vierge de Fer datait de 2016 pour la tournée The Book Of Souls Tour (https://sons-of-metal.com/2016/05/25/iron-maiden-the-raven-age-le-12-mai-2016-a-ladelaide-entertainment-center-adelaide-australie/). Cependant, ce n’était pas un report officiel. Aujourd’hui c’est le cas.

Revenons au présent. Après une route et une petite galère pour trouver les parkings de l’Arena, votre serviteur arrive juste à temps pour le début de Killswitch Engage. Le temps de passer récupérer l’invitation et le pass photo au guichet. Je remercie d’ailleurs Opus One, les organisateurs de la soirée pour cette chance unique que nous avons eue et aussi pour ce chaleureux accueil. Je vous passerais les explications d’entrée de salle comme pour une fois j’arrive pile poil pour le début. Quoiqu’il en soit c’est bon, me voici en place et je réalise l’avancée réalisé par Sons Of Metal qui fêtera ses six ans d’existence en août. Comme cadeau d’anniversaire, il y a pire.

Killswitch Engage

IMG_6926Après cette petite mise en bouche, il est temps de parler un peu musique. Nous entamons donc cette soirée par les Américains de Killswitch Engage qui ont la chance d’accompagner, sur une grosse partie, les « dieux » du Metal sur leur tournée européenne intulée Legacy Of The Beast. D’emblée, la formation made in USA pose les bases de sa musique tonitruante. Quoi de mieux que pour chauffer une salle que du bon son teinté aux teintes de Metalcore qui plus que les Américains n’en sont pas à leur premier coup d’essais. Par contre, c’est un peu dommage car Killswitch Engage fait un travail énorme pour faire monter l’ambiance. Mais on ne sent pas le public totalement dedans. Ce n’est que mon impression car chaque fois que Jesse Leach (chant) annonce pour qui ils ouvrent, on sent l’énergie de la salle monter en bloc. Sur l’un des titres, Adam Dutkiewicz (guitare) demande au public de nous faire un beau circle pit et la création d’un tourbillon humain ne se fait pas attendre. Je me trompais sûrement. En tout cas, pour n’avoir jamais vu les Américains, je ne suis pas déçu du voyage. La superbe scène genévoise ne laisse aucun trou puisque la formation sait où se placer à la perfection. Sur le quintet, le seul qui semble un peu en retrait est Joel Stroetzel (guitariste) qui n’a pas l’air de faire le poids face à Mike D’Antonio (basse) et Adan Dutkiewicz (guitare), les deux débordants d’énergie. Les Américains nous gratifient d’un très bon set digne de leurs années d’expériences qui, ma foi, lance à perfection la soirée, même si de nombreux fans des Britanniques sont encore à l’extérieur. On le sait un peu tous, les fans d’Iron Maiden sont « difficiles », en passant par votre serviteur. Merci à Killswitch Engage pour sa puissance et son énergie.

Le temps de prendre l’air, car les quelques photographes présents ce soir ont rendez-vous vers 20h40 pour un petit débriefing sur ce qui les attends et sur les conditions photos, avant de pouvoir prendre place dans le pit pour les trois des seize titres de la soirée : Aces High, Where Eagles Dare et 2 Minutes To Midnight.

IMG_6901 IMG_6908

Iron Maiden

IMG_7045Avant même que les lumières ne s’éteignent, on sent que l’ambiance dans l’Arena commence à changer. Les personnes présentes à l’extérieur regagnent leur place dans les gradins ou dans la fosse pour ne pas louper le début des Britanniques emmenés par Bruce Dickinson ainsi que Steve Harris et dirigés à la baguette par Mr Nicko McBrain. Comment ne pas être un peu impatient ? 21h00 pétante, la salle se retrouve dans le noir le plus complet et la traditionnelle intro de UFO, Doctor, Doctor, utilisée par la Vierge de Fer depuis années se fait entendre. Puis d’un coup, le Churchill’s Speech d’Aces High résonne dans nos oreilles et un immense avion fait son apparition. Les hostilités sont ouvertes. Cela fait maintenant deux ans que je n’avais pas revu Iron Maiden et le moins que l’on puisse dire est que les six Anglais ont toujours la pêche. Steve Harris cours dans tous les sens, nous envoûtant du son de sa basse. Tout simplement magique. Le refrain « Run, live to fly, fly to live, do or die, won’t you run, live to fly, fly to live, aces high » est repris en chœur par les spectateurs déjà bien chauds alors que nous n’en sommes qu’au premier titre de la fabuleuse setlist de cette tournée européenne 2018.

Nous enchainons ensuite par la splendide Where Eagles Dare, extrait de l’album Piece Of Mind. Que c’est beau d’entendre un titre de cette envergure trop délaissé. Car en live, Where Eagles Dare est… désolé, les mots manquent pour la décrire. Je laisse donc chaque lecteur à utiliser son propre adjectif. La vierge de fer continue avec 2 Minutes To Midnight qui achèvera de faire atteindre l’ambiance au plus haut de niveau et qui ne retombera qu’une fois le concert fini.

IMG_7026 IMG_7010

Avant d’entamer The Clansman, Mister Dickinson nous gratifie d’un très beau discours : « Bonsoir les Suisses, c’est très petit ici, c’est comme un petit club. Nous avons des histoires pour vous ce soir et c’est la seule fois où je parlerais ce soir avec vous. Nous avons des histoires à travers nos chansons. Mais aussi sur la scène, le premier thème est la guerre. Pour nous les Anglais (rosbeef) le… est un symbole de liberté contre le fachisme et le nazisme et une victoire contre les forces…… » . Je n’aurais pas réussi à tout noter. Quoiqu’il en soit, il est important de se remémorer pour ne pas reproduire les erreurs du passés. Puis après un petit apparté sur l’histoire écossaise, l’emblématique groupe envoie The Clansman avec les spectateurs fredonnant en chœur dans l’Arena de Genève. Nous entendons les « freedom, freedom » s’élever de la foule tandis que Bruce tend une épée. Les solos d’Adrian Smith, Janick Gers et Dave Murray envoûtent la salle, laissant à chaque fois une trace d’amertume dans nos cœurs car nous savons en notre fort intérieur que ce moment aura une fin. Nous passons ensuite à The Trooper et le traditionnel drapeau cette fois suisse. Super le clin d’œil. Mais c’est aussi l’entrée en scène du septième homme de la troupe : Eddie. Celui-ci engage un combat à mort à l’épée face à Bruce, tandis que Janick Gers s’active avec cabriole, réalisant un jeu de scène revigorant.

IMG_7169

Le titre suivant mettra une ambiance d’église dans la salle, du moins pour l’intro puisque c’est Revelations qui s’offrira au public. Pour continuer sur le thème de la guerre, quoi de mieux qu’un petit titre extrait de l’album A Matter Of Life An Death sorti en 2006, comme par exemple For The Greater Good Of God. Je ne l’avais pas entendu en live depuis Bercy 2006. Qu’est ce que ca fait du bien d’entendre des titres différents. Surtout que Iron Maiden à une panoplie intéressante de titres, permettant de mettre tout le monde d’accord. L’heure de The Wicker Man est venue et avec ce titre son lot de surprise. Bruce courant de part et d’autre de la scène ainsi qu’à force de jouer avec les ventilateurs se trouvant devant lui, en fera tomber un sur un agent de sécurité. Qui a dit que ce métier était facile ? Certainement pas lui. Nous voici arrivés au dernier titre avant le rappel. La vierge de fer nous offre sur un plateau d’argent une quatrième chanson tiré de l’album Piece Of Mind : Flight Of Icarus. Mais déjà un premier constat. Un concert haut en couleur avec un background superbe, des couleurs à couper le souffle, de la pyrotechnie merveilleuse, un Eddie de toute beauté et bien sûr les six compères britanniques en forme olympique.

IMG_7122Nous voici dans les trois dernières chansons avant le rappel et non des moindres. Nous entamons par Fear Of The Dark reprise en chœur par un public déchainé. Nous nous laisserons entrainer dans les abymes grâce à The Number Of The Beast et ses jets de flammes ainsi que son introduction envoûtante et les « Six six six the number of the beast ». Pour conclure cette soirée, voici celle que nous attendons toutes et tous : Iron Maiden avec les derniers « Scream for me Genève », ravissant la salle de l’Arena avant la pause méritée. Quoi de mieux ? Nous pourrions même arrêter la soirée là-dessus, ce serait parfait. Le temps de lancer quelques médiateurs, baguettes et les Britanniques nous laissent un bref instant de repos. Nous en profitons pour commencer à scander le nom du groupe. Vivement le retour pour la dernière ligne droite qui s’annonce merveilleuse.

De retour avec nous les musiciens offrent une conclusion magistrale au public genevois avec les titres The Evil That Men Do, Hallowed Be Thy Name et Run To The Hills, mettant un point final en apothéose à cette splendide soirée. Quand Iron Maiden pose sa dernière note, c’est une salle en feu qui explose de joie. Laissant les Anglais prendre congé de nous, les lumières se rallumant avec la superbe « Always Look on the Bright Side of Life », extrait du film La vie de Brian des Monthy Python.

IMG_7141 IMG_7116

Merci encore à Opus One pour l’organisation de cette soirée et nous avoir permis d’assister à un tel moment de fraternité pour une des dates de la tournée Legacy Of The Beast, ainsi qu’au management d’Iron Maiden pour la sélection de notre team.

IMG_6986

Elovite