Oestre – An Zéro : aux frontières de l’inconnu

Posté le : 13 septembre 2018 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,
Genre : Metal expérimental / Indus – Sortie : 5 février 2018

Genre : Metal expérimental / Indus – Sortie : 5 février 2018

Oestre nous vient de Limoges et a vu le jour en 2003, ce qui nous fait quinze ans cette année, on peut dire même qu’il s’agit là d’une belle longévité. Le groupe nous présente ici son quatrième album pour une nouvelle histoire après une longue absence et un changement de line up. Le quintet peut aussi se targuer d’avoir partagé la scène avec quelques monstres comme Lofofora ou encore Gojira, rien moins que cela. Sachez enfin que le groupe se compose de Mickael au chant, de Charles et Mathieu aux guitares et divers effets, de Maxime à la batterie et enfin de Rémi à la basse. Asseyez-vous, nous allons voir tout ça.

« Ah oui ! Limoges ! Oui je connais c’est plein de porcelaine, de maisons à colombages rue de la Boucherie et… » Mais tais-toi !!! Oui tu as raison mais tais-toi ! Limoges est connue parce qu’il y a les p’tits gars de Oestre là-bas, c’est tout… Enfin pas tout à fait tout pour être honnête. Bon, ami métalleux, amie métalleuse, fan local du CSP et toi, oui toi là qui est en train de lire, tu te dois de prêter un œil attentif à ce qui va suivre ainsi qu’une oreille toute aussi attentive quand tu écouteras. Attaquer le décryptage d’un tel genre, d’un tel album dans ce type de registre n’est pas chose la plus aisée, alors commençons par ce qui marque d’entrée, le son. Une telle qualité de production se fait rare de nos jours. Ici l’équilibre est parfait ou presque. Il en est de même pour le mixage. L’équilibre est présent partout et à tout moment, immanquablement ceci est un point fort et essentiel de cet album, que l’on se le dise. Quand on se réclame d’un genre « expérimental », il est par définition prendre des sentiers encore non explorés, c’est le cas. N’étant pas un adepte et spécialiste du genre, cela ne rend la tâche que plus intéressante. Rassurez-vous, des constantes sont quand même là et bien là, voix éraillée comme il le faut, chant en growls, guitares omniprésentes et riffs tranchants. Beaucoup de changements de rythme, des samples se montrant très présents. On pense parfois à du bon vieux Death Metal mais une autre architecture musicale anime cet opus opulent de breaks, le phrasé guitaristiquement parlant est d’une énorme richesse, beaucoup de plans où viennent se greffer les divers samples que l’on appréciera, ou non, ce sera selon. Les intros peuvent se montrer parfois déroutantes comme sur le néanmoins très bon L’abstracteur de quintessence, attachant mais aussi déroutant à souhait. Ne vous attendez pas à pouvoir reprendre un refrain en live, vous pourriez chercher longtemps mais vous assisterez à une démonstration à n’en pas douter. Ici nous avons une forme de Metal ou le parallèle avec autre genre pourrait être le jazz, c’est-à-dire pour les plus récalcitrants à ce genre musical, le jazz c’est sept personnes qui jouent ensemble mais pas le même morceau. La curiosité n’étant pas un vilain défaut, dans le cas présent, montrez-vous curieux de cet album car le travail accompli sur ce dernier par le groupe a été véritablement conséquent. Et s’il vous fallait ne serait-ce qu’une seule raison pour écouter ce disque, ce serait celle-ci. Bonne écoute.

Oestre est au cœur de son univers, un univers peut-être trop loin au point d’en être parfois inaccessible pour une grande partie de personnes qui auront peut-être du mal à adhérer à son projet. En est-il mauvais pour autant ? Absolument pas ! La musique de ce groupe est simplement moins facile à aborder dan son ensemble. La qualité de cet album n’en n’étant absolument pas en cause, loin de là, il s’agit là simplement d’une question d’approche. Alors souhaitons que ce projet permette au groupe de voir le plus loin possible, au-delà des barrières qui se dresseront sur son chemin. Bonne route.

Pat

Tracklist :

  1. Adieu (Matricide)

  2. Limbes

  3. L’abstracteur de quintessence

  4. An zéro

  5. Archives

  6. La symphonie du Multivers

  7. Continuum

  8. Icosidodecachedron

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/Oestrefr

Bandcamp : https://oestre.bandcamp.com/album/an-z-ro