Interview : Funny Ugly Cute Karma (Fuck pour les intimes)

Posté le : 26 septembre 2018 par dans la catégorie Interviews
Tags:

Funny Ugly Cute Karma - band photo

Sons Of Metal : En premier lieu, est-ce que tu peux nous présenter ton groupe nommé Funny Ugly Cute Karma pour ceux qui ne connaissent pas et que tu as résumé avant par Fuck, tout simplement ?

FUCK : C’est ça, Fuck pour les intimes comme on dit (rires). Notre groupe Funny Ugly Cute Karma est composé de Adeline alias Chaos Heidi (ex Asylum Pyre, 22 Acacia Avenue) et de moi-même (Dorian Gilbeau). Ça va faire un an et demi qu’on monte le projet et donc là ça y est. En septembre, octobre, l’EP va sortir. On officie en tant que groupe de Metal alternatif. On repose sur l’idée de liberté, d’énergie et de fun. Un groupe de Metal quoi, mais on veut s’éclater surtout.

Ouais c’est ce qu’on a compris et d’ailleurs, je voulais vous demander d’où vient l’idée de ce nom acronymique qui est déjà en lui-même assez fun ?

Ben c’est simple. En réalité on voulait quelque chose de percutant et en rigolant on est tombés sur ben… fuck. C’est un peu rebelle, c’est un peu décalé et au final on s’est dit faisons-en un acronyme. Pour exprimer un peu plus l’essence du projet. Donc le F de Funny pour le côté amusement. Le Ugly et Cute pour le côté un peu bipolaire, le côté un peu effrayant, un peu joyeux et le Karma qui unit tout ça. Le côté cohérence et unitaire. Donc ça nous représente assez bien et tout ça à travers un mot percutant quoi, Fuck.

Qui vous accompagne ? Est-ce que toi tu joues plusieurs instruments sur l’EP ?

Donc, sur l’EP, Adeline est au chant bien naturellement et pour l’enregistrement j’ai fait les guitares, les basses et j’ai programmé la batterie. Eh oui. Donc tout ce qui était musique c’était moi et le chant c’est Adeline.

J’ai regardé le clip qui est sorti il y a quelques jours et, effectivement, il y a un côté  »déconne » qui se dégage dans ce que vous avez envie de transmettre. C’est vraiment cet esprit que vous voulez mettre dans le groupe ?

En effet, la notion de l’humour, la ficelle de l’humour, est une facette. En effet, c’est ce qu’on veut : faire rire celui qui visionne, l’auditeur, à travers nos clips. L’humour va se présenter de différentes façons. Là c’était le côté un peu cliché, un peu dérision, un peu moqueur. C’est un clip assez marrant qui représente tous les clichés du Metal mais il y aura d’autres facettes d’humour. L’humour fait partie de l’ADN de Fuck. On veut s’éclater et ont veut faire éclater l’auditeur.

On ne fait pas un style parce qu’il faut faire comme ça. On fait comme ça et ça fait un style. On crée pour faire vibrer.

Sur la pochette de l’EP il y a une photo d’araignée mignonne. Je me demande si c’est pas une photo de jardin qui a été retravaillée ?

C’est Adeline qui est fan de macrophotographies, donc elle aime bien toutes les petites bestioles à prendre en gros plan. Alors en tant qu’arachnophobe, c’est tendu quand on choisi les photos (rires). Et donc, c’était dans sa collection de photos et on a regardé ça. En fait, c’est une petite araignée retournée sur un timbre, si on voit bien affranchir au tarif en vigueur ou un truc comme ça. C’est vraiment tout petit, ça fait même pas la taille d’un ongle, rien du tout. Une toute petite araignée toute mignonne, elle est colorée, elle a ses petits yeux, en plus elle nous regarde, elle est toute sympa. Bon après ça reste une araignée. Ça me fait un peu flipper mais en même temps elle fait 2 millimètres. On s’est dit que ça correspondait bien au côté dérision, un peu Ugly, un peu Cute et un peu effrayant, tout le monde a peur des araignées. Mais celle-là elle est marrante, elle est attachante.

Sinon, musicalement, il y a à la fois un côté très mélodique mais il y a aussi un côté un peu plus sauvage avec la présence des growls.

C’est ça. La partie mélodique c’est pour bien ancrer dans la tête, pour transporter. Et le côté un peu sauvage peut se référer à plein de types de Metal. On pense à du Gojira par exemple, à du Système Of A Down pour le côté un peu frénétique. Y’a plein de facettes qu’on peut utiliser pour exprimer telle intention. C’est ça qui prédomine, on ne fait pas un style parce qu’il faut faire comme ça. On fait comme ça et ça fait un style. On crée pour faire vibrer.

Funny Ugly Cute Karma - Before It Was Cool front cover

Ça a l’air prometteur en tout cas. Il y aura combien de titres en tout sur cet EP ?

Il y a quatre titres sur l’EP qui va sortir en octobre dont une reprise de System Of A Down. Un groupe qu’on adore tous les deux, une compo qu’on a complètement revisitée par rapport à nos gouts. Cet EP, c’est vraiment notre carte de visite pour présenter notre univers. Voila, quatre morceaux ça me paraît bien pour que ça soit percutant et efficace. Pour que les gens comprennent et se disent : « ah ouais, eux ils peuvent faire ça ». Un EP, ça veut dire Et Paf. Voila, il faut que ça soit efficace et que ça percute.

Le but est de toucher l’auditeur et que ça l’embarque quelque part, que ça le touche lui

À travers les textes de vos compositions, qu’est-ce que vous essayez de faire passer comme type de message, quel est le discours ?

Un discours de base, je ne pense pas qu’il y en a réellement un. C’est plutôt des thématiques sur la vie qui défile, qu’il faut courir. Faut foncer dans la vie. Un message positif, aussi un côté sombre avec Nuage de Maux qui est en français. Un état des lieux sur la vie. On aborde plusieurs thèmes, ça peut être du positif, du négatif entre guillemets. On peut se retrouver sur plusieurs facettes, ça peut donner la patate, des temps de réflexion aussi, ça peut embarquer quelque part. Le but est de toucher l’auditeur et que ça l’embarque quelque part, que ça le touche lui.

Et dans la même veine que votre univers, est-ce qu’on peut s’attendre à des prestations live où il y aura toute une scénographie travaillée et originale avec un certain décalage ?

Bien sûr. Ce sera partie intégrante, le côté scénique, le côté visuel. Il va y avoir des choses travaillées bien évidemment pour enrichir la prestation, que ce soit un moment de transmission. Quand on regarde les grands groupes, je vois Rammstein par exemple, ils proposent des choix aussi. Alors ils ont aussi de la pyrotechnique, nous n’aurons pas ça mais on travaille sur un côté visuel. En fonction des moyens, de la taille de la scène, on adaptera. Ça fait partie de l’essence du projet.

Est-ce que vous avez déjà des dates de prévues ? Vous avez déjà votre release party en octobre.

C’est ça, le 19 octobre au Klub à Paris. Ça commence à se préparer, on a quelques dates dans les cartons mais je ne peux encore rien dire à ce jour. Mais c’est assez positif, il y a des bons retours. Il y aura des actualités assez proches, avec des surprises. Il faut suivre sur la page Facebook.

Je voulais aussi te poser la question : quel a été ton parcours personnel avant FUCK ? Parce que Adeline a déjà pu se faire un nom dans le milieu du Metal.

C’est vrai que je suis un peu un inconnu sur la scène publique du Metal. On va faire simple…J’ai appris la guitare à l’âge de 15/16ans. J’ai fait deux ou trois projets mais c’était vraiment pour s’éclater avec les potes, on a 18 ans c’est sympatoche, ça permet de jouer un petit peu. Puis là c’est vraiment le vrai gros projet : je reprends les études en musicologie, je suis vraiment axé là-dedans. Faire de la musicothérapie plus tard, c’est vraiment quelque chose qui me botte. Et c’est vrai que ça peut être complémentaire en plus, c’est ça qui est magique. Je suis un pur inconnu et je compte faire mes preuves, que les gens me découvrent.

Sur la page Facebook d’Adeline, il y avait un débat assez comique il n’y a pas longtemps qui a valu quelques crises de nerfs chez ses fans plutôt métalleux. Elle a lancé comme ça « qu’est ce que vous pensez de Shaka Ponk » ? J’ai pas mal rigolé parce qu’il y a des gens qui se sont tellement énervés qu’ils sont partis. Et donc qu’est-ce que tu pense de Shaka Ponk, est-ce que ça peut inspirer des fans de Metal ?

Bien sûr. Ça peut inspirer des fans de Metal, des fans de Pop, des fans de Rock. Je pense que c’est assez personnel, chacun agit comme il veut. Après, de là à en faire une polémique, ben non ça me fait rien. Shaka Ponk, j’aime bien, ils ont vraiment développé quelque chose, un produit visuel avec le gorille. Les live c’est d’enfer, il y a quand même une grosse composante Metal, on peut dire ce qu’on veut. Ils ont des grosses guitares sept cordes, c’est quand même balèze. Non vraiment un bon groupe. Après je comprends qu’il y en a qui disent « ouais c’est pas du Metal ». Chacun réagit comme il veut. Pour moi c’est un bon groupe, donc je dis ++.

Ok très bien . Un dernier mot pour les lecteurs de Sons Of Metal ?

Venez nombreux aux prochaines dates. On vous attend de pied ferme pour un bon moment d’éclate et puis vive le Metal voyons !

Propos recueillis par Khaos

Liens :

Clip de On The Run : https://www.youtube.com/watch?v=1HEqray5JXA&feature=youtu.be

Page Facebook : https://www.facebook.com/funnyuglycutekarma/