Overdrivers – She’s On Her Period

Posté le : 09 octobre 2018 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,
Genre : Hard Rock - Sortie : 2018

Genre : Hard Rock – Sortie : 2018

Imaginez une faille spatio-temporelle qui fasse émerger le son du Hard Rock australien en plein milieu du nord de la France, quelque-part entre Lille et Dunkerque. Mettez-y quatre gaillards ayant décidé d’appliquer cette formule avec maestria et vous obtenez Overdrivers qui présente aujourd’hui son second album, She’s on her period.

Vous l’aurez compris, lorsque l’on parle du Hard Rock à l’australienne, nous parlons d’AC/DC, d’Airbourne et dans une moindre mesure, Rose Tatoo. Si ces noms vous viennent à l’esprit dès la première écoute d’Overdrivers, ne vous inquiétez pas : nous ne serez pas les premiers à leur faire la remarque. Le groupe s’inspire librement de la formule proposée par les groupes cités précédemment et l’assume. Mais une fois cette évidente comparaison énoncée, il s’agit de développer, car il serait trop facile et réducteur que de limiter ce nouvel effort du quatuor nordiste à un clone de ces modèles, de très bon goût soit dit en passant. She’s on her period a été enregistré dans la ville voisine de Proville, au studio Le Hangar à Sons. Un choix payant car le son de l’album tient aisément la comparaison avec des productions plus conséquentes, se payant même le luxe de sonner moins aseptisé et plus personnel. Il fait suite au premier effort du groupe, Rockin’ Hell, sorti en 2016 et qui a permis au groupe d’enchaîner les concerts dans toute la France et en Belgique. Une expérience qui n’a pas été pas sans impact sur la musique du groupe : celle-ci est taillée pour le concert.

L’album démarre sur The Best Blowjob In History, une introduction qui n’est pas sans rappeler le Stand Up For Rock ‘n’ Roll d’Airbourne (on ne se refait pas !) et pose la base de la formule Overdrivers : la voix haut perché d’Adrien Desquirez, du refrain à chœurs matraqué, un duo basse-batterie carré et portant avec merveille des riffs 100% Marshall Amplification. Et dès ce premier titre ressort l’une des très grandes forces d’Ovedrivers, son guitariste soliste, Anthony Clay. Ce garçon a une maîtrise remarquable de la guitare et ses solos sont un régal. Des thèmes intéressants, un niveau technique mis au service de la musicalité et de la variété dans les plans. C’est la marque des grands et un atout qui fait mouche tout au long du disque. L’album est truffé de plans et parties qui lui permettent de pallier à une certaine linéarité inhérente au style. Ici pas de ballade, de morceaux progressifs ou je ne sais quelle hérésie au monde du rock binaire et du trio gagnant MI-LA-RE. On parle de Hard Rock mesdames et messieurs.

L’album semble se scinder en deux à partir la sixième piste Bottoms Up. Probablement un choix artistique que je trouve très pertinent. Bottoms Up est un morceau instrumental en ternaire de 2min45 travaillé autour d’un thème celtique porté par une jolie de ligne de basse et un excellent solo, une fois n’est pas coutume. On repose sa chope de Guinness pour les deux morceaux que j’ai préféré de l’album, King Arthur et High Mountain. Une sorte de réponse à ceux qui accuseraient Overdrivers d’être trop proches d’Airbourne. Certes, on n’en reste jamais très loin mais ces deux chansons sortent du lot et ce grâce au songwriting accrocheur et aux montées de voix. Le groupe évolue par petites touches, montre d’autres aspects de sa musique et cela laisse augurer d’autres bonnes choses pour la suite.

Ma seule critique ou nuance concerne les textes : les thèmes sont abordés avec humour et la plupart du temps, ça marche. Mais cela serait intéressant de voir le même humour appliqué à des thèmes plus originaux que les classiques du rock que sont la fête et le sexe.

Mais l’actualité d’Overdrivers c’est ce nouvel album. Un album que je vous conseille, vous l’aurez compris. Le quatuor est clairement dans le haut du panier des formations Hard Rock hexagonales grâce à une excellente maîtrise de son sujet. C’est énergique, c’est accrocheur, il y a des putains de solos et ça se marie à merveille avec une envie de taper du pied. Que demander de plus à un disque de Rock’n’roll ?

David

Tracklist :

01. The Best Blowjob In History, 

02. Hellhounds,

03. Show Your Boobies, 

04. Mister Moo, 

05. She’s On Her Period, 

06. Bottom’s Up, 

07. King Arthur,

08. High Mountains, 

09. Get Out With Your Bigfoot, 

10. Ride The Rockin’ Horse

Liens :

Site internet : www.overdriversrock.com

Page Facebook : www.facebook.com/overdriversrocknroll