Bohemian Rhapsody (le film)

Posté le : 05 novembre 2018 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Bohemian Rhapsody front coverUne fois n’est pas coutume, voici une chronique non pas d’album, ni même de livre ou de DVD, mais d’un film. Ce n’est pas si souvent que le grand écran rend hommage à l’un des plus grands groupes de Rock ayant existé. Amateurs du style, voir fans absolus de Queen de la première heure, vous n’avez pas manqué de voir la sortie sur tous les écrans depuis le 31 octobre de Bohemian Rhapsody. Vous hésitez peut-être à aller le voir ? Peur du navet ? De l’indispensable écart entre fiction et réalité comme tout film retraçant une histoire réelle ? Je vais tenter d’apaiser vos craintes sans vous spoiler non plus le contenu.

Le producteur et réalisateur est Bryan Singer (Usual Suspects, Un Elève Doué, X-Men). Le film retrace l’histoire de Freddy Mercury et de Queen depuis leur rencontre jusqu’au concert Live Aid à Wembley le 13 juillet 1985. Durant environ une décennie, nous découvrons les turpitudes d’un groupe et d’un des chanteurs les plus talentueux et fantasque que l’univers du Rock ait vu naître.

Pour la partie musicale, vous pourrez apprécier la manière dont certains tubes (We Will Rock You, Another One Bust The Dust) ont pu émerger dans la composition. Ce côté mélodique qui reste en tête. Vous verrez le groupe galérer un tout petit peu mais très rapidement attirer tous les requins du milieu : producteurs, managers, conseillers de toute sorte dont certains de mauvaise influence. Les grandes fêtes luxueuses, la drogue, les excès seront aussi abordés franchement mais sans s’épandre non plus. La carrière du groupe avance vite, les albums se succèdent et on voit les coups de gueules et les réconciliations.

L’autre aspect prégnant se centre sur la vie privée de Freddy Mercury. Au-delà de tous les préjugés qu’on pourrait avoir si on ne connaît pas bien son histoire, le film montre surtout une personne qui se cherche. Les sentiments ne sont pas statiques mais évoluent dans le temps et le film effleure leur complexité.

Enfin, n’oublions pas la musique. Tous les tubes de la période évoquée sont remémorés avec toujours beaucoup de plaisir si vous aimez. Le sens profond des paroles, que ce soit Love Of My Life, Bohemian Rhapsody ou The Show Must Go On sont remises en perspective dans l’histoire du groupe. Si vous êtes sensibles, vous serez peut-être un peu ému à l’heure où vous remarquerez à quel point les paroles de Bohemian Rhapsody étaient prémonitoires.

Pas de fin misérable où on voit un homme malade qui a du mal à paraitre en public (ce qui fut le cas à la fin de sa vie). La prestation lors du Live Aid a été leur meilleure performance de l’avis de Bob Geldorf, son organisateur. Vingt minutes jouées pour l’éternité avec toute l’énergie du Rock mais en plus cette soif de vaincre, car Freddy se sait déjà malade.

Pour conclure, je vous conseille d’aller le voir. Les seuls qui pourront éventuellement être déçus sont certains inconditionnels du groupe qui connaissent leur histoire par cœur et relèveront chaque anachronisme, chaque prise de liberté cinématographique avec la « vraie histoire ». Pour les autres, ce sera reconnaissance, plaisir, émotion et la découverte d’un nouvel acteur, celui qui joue le rôle de Freddy Mercury : Rami Malek.

Khaos

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=0Q-VJNhLGMk