IMG_8050

Officiellement installé sur Lyon pour une période d’un an, j’en profite pour reprendre la direction de quelques concerts. Après la date de Saxon dimanche dernier, me voici en ce vendredi 12 octobre 2018 au Hard Rock Café pour une soirée organisée par Sounds Like Hell (SLH). Au menu, la Britannique Jo Quail accompagnée de son violoncelle, les Américains de A Storm Of Light et bien entendu les Japonais de Mono.

Jo Quail

On débute la soirée par la violoncelliste britannique Jo Quail qui va nous offrir une leçon musicale impressionnante. Avec elle, pas de chant mais une qualité instrumentale splendide. Toutefois, le premier titre interprété ne permet pas ne s’imprégner de la musique proposé par la britannique. Dès le deuxième morceau, on sent que le public est déjà plus emporté dans le monde crée par Jo Quail. Soit on aime, soit on aime pas. Personnellement, j’ai trouvé cela captivant à tout point car si le style diffère d’Apocalyptica au moment où il n’évoluait que dans le style instrumental, là, l’interprétation du set est juste magistrale. De plus, l’explication de chaque morceau permet à chacun de se laisser porter par la douceur et la violence du violoncelle. L’esprit se laisse apaiser et transporter. Une belle entame de soirée.

IMG_7962

A Storm Of Light

IMG_7989Quelques minutes plus tard, les New-Yorkais d’A Storm Of Light démarre leur set sur les chapeaux de roue. En un instant, on restera coincé sur une petite chose qui a son importance. Le groupe décide de ne jouer avec aucune lumière. Seul quatre bougies vacillent au son de la musique des Américains. Heureusement que la salle du Hard Rock Café donne directement sur la rue et que ses belles fenêtres laissent entrer la lumière des lampadaires. En tout cas, dommage car cela ne permet pas de se laisser porter pleinement par la musique pêchue et tonitruante de la formation. De plus, la formation fait son boulot sans trop se préoccuper du public face à eux. Le ressenti est donc mitigé à la fin du set. Oui, c’était intéressant mais le fait de pas avoir de lumière n’a pas permis au public de se mettre dans l’intensité. À revoir car du Stoner mélangé à du Post-Rock aurait dû retourner la salle du Hard Rock Café.

Mono

IMG_8062Une demi-heure plus tard, les Japonais de Mono entament les premières notes de leur set. Si vous nous suivez depuis longtemps, vous avez certainement suivi la claque mise par les Nippons lors de leur passage avec Solstafir au CCO quelques années auparavant. D’emblée, la musique envoûtante du quatuor pose les bases magiques de leur monde. Mono mêle puissance et plénitude avec une aisance à tomber par terre. Le public se retrouve propulsé dans un monde instrumental propre à eux. C’est une véritable leçon de musique que nous prenons. Votre serviteur se prendra même à fermer les yeux par moments pour se laisser envahir par des images dignes d’un film de science-fiction. Les mélodies dérivent dans le Hard Rock Café et des passants s’arrêtent pour regarder par la fenêtre ce qu’il se passe. Ce n’est que Mono qui survole tout sur son passage pour le plus grand bonheur des spectateurs. Que dire de plus si ce n’est qu’on a hâte de les revoir au plus vite, surtout avec les deux derniers titres Halcyon et Ashes In The Snow qui mettront tous les spectateurs d’accord, venant mettre un point final à un set de neuf titres magistraux.

IMG_8050 IMG_8058

Pour conclure, merci à SLH pour nous avoir offert cette belle soirée en compagnie de Jo Quail, de A Storm Of Light et de Mono. Un public qui a répondu présent et qui a su s’imprégner de chaque style proposé par les groupes.

Elovite