Genre : Punk/Stoner et plus encore - Sortie : 5 octobre 2018

Genre : Punk/Stoner et plus encore – Sortie : 5 octobre 2018

Robert Openightmare nous vient toujours et encore de Toulouse (lost, lost) et cela ne changera pas. Le groupe a vu le jour en 2000 et déjà forts de plusieurs centaines de concerts et de cinq galettes distribuées durant cette période, le trio dingo nous revient pour nous présenter son Air Fart One plein de bonheur et de bonne humeur. L’équipe se compose Du Colonel Robert aux guitares et au chant, de Lex Killerson à la basse et enfin de Ronald Gump (oui) derrière les fûts. Alors chez Robert Openightmare, c’est généralement un beau bordel assuré et ça nous fait un énorme plaisir ! Alors, chers amis métalleux, punks, poètes de tous bords et d’autres encore, asseyez-vous, ça va être fou, c’est parti.

Robert Openightmare c’est festif, c’est rentre-dedans, c’est tout et rien mais c’est toujours bien. Vous en doutez encore ? Inconscients va ! Regardez donc cette cover, ça n’est pas énorme ça ? Au-delà du titre tellement évocateur de dérision sans nom, que dire des trois Caballero toulousains qui officient dessus ? Si l’on passe rapidement de gauche à droite : un type qui ressemble au Toulonnais Bernard Laporte, comble de la dérision en terre d’ovalie toulousaine, qui tente d’arrêter (ou pas) un Ronald Gump à la chevelure toit de chaume obnubilé par le bouton nucléaire, et le troisième gars qui fait ce qu’il peut (ou pas) pour arrêter tout ce cirque. C’est ça ce groupe, un joli merdier de première classe qui jamais ne lasse ! Voyons maintenant ce qui se cache derrière cette pochette. Le son se charge de faire passer le message, il fait plus que correctement son boulot. Sans être exceptionnel, il colle parfaitement avec l’esprit voulu par le groupe. L’énergie avant tout et pas de fioritures. Chaque instrument se distingue parfaitement, donc pas grand-chose à redire, on est bon. Et c’est ce qu’il faut pour accompagner et imager parfaitement un titre comme To Hell And Fast qui résume parfaitement ce qu’est ce groupe : jouer l’essentiel, directement et sans intermédiaire, du circuit court pour te livrer le tout droit dans la courge, et ça marche. Ne vous cassez pas la tête à chercher la petite bête car vous ne la trouverez pas.

Vous ne trouverez pas de hit interplanétaire mais vous ne trouverez pas non plus de raté ici, ce n’est pas le genre de la famille. Ici on est là pour jouer, faire plaisir et se faire plaisir, franchement, juste droit dans les dents, comme sur le titre Never Trust ou bien encore Semen, plus lent dans sa première partie, plus lourd et au final, un titre très accrocheur et l’un des plus aboutis de l’album à n’en pas douter. Oui, l’esprit punk est présent dans chaque titre mais pas seulement, c’est du rock au sens le plus large que l’on puisse l’entendre et c’est bon. Notons aussi (comme le dit Amélie) le très bon Ruin The World qui sera une bonne petite machine à pogoter sérieux au mètre carré. Vous l’aurez compris, l’album dan son intégralité gravite dans la même veine faite d’énergie, de sérieux sans oublier de ne surtout pas tomber dedans. The Butcher et Dead End finiront en beauté pour clôturer ce nouvel album qui n’offre aucune mauvaise surprise, sans surprise mais efficace. Mission accomplie messieurs.

Robert Openightmare continue vaillamment son grand bonhomme de chemin, jamais pris au dépourvu, jamais déçu, toujours reçu. Sa musique, son rock’n’roll au sens large du terme lui permet de traverser les années sans sourciller et il peut le faire encore comme cela jusqu’à la fin des temps, alors continuez comme ça les gars, ne changez rien et on se voit pour le prochain ! Bonne route et à bientôt !

Pat

Tracklist :

  1. To Hell And Fast

  2. Why

  3. Never Trust

  4. Semen

  5. Ruin The World

  6. The Butcher

  7. Waiting For The Sun

  8. Dead End

  9. Black Sun Shiny Moon

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/pages/openightmare

Clip vidéo de Ruin The World : https://www.youtube.com/watch?v=CJUBNop95rg

Bandcamp : https://openightmare.bandcamp.com/