Genre : Thrash Metal - Sortie : 9 Mars 2018

Genre : Thrash Metal – Sortie : 9 Mars 2018

Alphakill nous vient de Winnipeg dans la province du Manitoba, au Canada. Le groupe fondé en 2011 évolue sous la forme d’un quatuor et se compose de Justin (pas Bieber ni Timberlake) à la guitare et au chant, de Jon également à la guitare, de Derrick (pas l’inspecteur) à la batterie et enfin de Jordan (pas Michael) à la basse. Putain j’ai une pêche moi aujourd’hui ! 2012 voit la sortie de leur premier album intitulé Unmitigated Disaster. Après un réajustement de line-up, de bonnes tournées et d’un nom qui grandit régulièrement, le groupe vient nous présenter sa nouvelle torpille répondant au nom de Degrees Of Manipulation. Ils viennent du grand nord, ils jouent fort pour mieux cogner encore et encore. Assieds-toi ami métalleux et amie métalleuse, mets-toi à l’aise, c’est parti.

Autant être franc, ce groupe vient d’une ville ou ça caille. Oui ça caille. Dans le Manitoba il y a des ours polaires au nord de la province et la ville de Winnipeg n’a rien à voir avec l’ours du même nom. Il fallait le dire, c’est fait. On fait quoi à Winnipeg ? La réponse tient en deux ou trois points que je vais vous énumérer là maintenant : la première des choses, dans cet endroit-là, tu joues au hockey. Si tu ne joues pas très bien, tu peux aller voir l’équipe des Jets qui eux jouent très bien au hockey. La deuxième chose, tu bois de la bière, ce qui n’est pas incompatible avec la première des choses que je vous ai conté. Enfin, la troisième et dernière chose, tu montes un groupe et tu joues du Thrash Metal. Ce troisième point étant aussi compatible avec les deux premiers points mais surtout avec le deuxième, en fait. Donc nous avons là quatre solides gaillards bien décidés à vaincre le froid.

Dix titres, dix titres pour t’expliquer et te rappeler que ces dix morceaux sont un concentré de puissance et de rage. Ces musiciens ont tout compris à ce qu’était la grammaire du Thrash Metal, au point d’en écrire un livre par eux-mêmes où au travers de ces chapitres appelés morceaux quand il s’agit de musique. Oui, ils sont passés experts en la matière, les plus grands créateurs du genre coulent dans les veines de ces gars-là. Prenez le titre qui ouvre l’album, The Straw Man, c’est un titre d’un niveau très élevé qui aurait pu être écrit par un Exodus ou un Death Angel, ou tout autre monstre équivalent. Dites-vous bien que l’intégralité de cet album est taillé dans le même bois. Le groupe a même recherché et trouvé LE son de cette époque et de ce style ! La production, en effet, sied à merveille au contenu et l’on ne peut rien reprocher de ce côté-là. Nombre de groupes aimeraient posséder un tel son dès son deuxième album. D’ailleurs, certains même au bout de quinze ans n’y arrivent pas, ou peu. Les solos sont performants, la rythmique infernale et la section basse/batterie est un chasse-neige équipé de deux moteurs V12 tournant à un carburant non vendu dans le commerce. Quant au chant, rien à y redire, la voix de Justin colle parfaitement au genre. Voix tantôt éraillée, assez aigue tout en gardant les modulations nécessaires pour rendre le tout implacable. On y distingue même une pointe d’accent de « Lips », hurleur légendaire de leurs compatriotes d’Anvil. Cet opus est habité par nombre de brûlots infernaux, comme le terrible Bow To No Man, le sulfureux Insomnia, à la cadence assez infernale et probablement un des tous meilleurs titres de ce disque grâce aux solos de guitare parfaitement épurés de toute note superflue. Du grand art. Et que dire de Monumental Hypocrisy et sa vitesse supersonique. Enfin, nous citerons encore In Hell et Dominion pour la richesse et la densité de ses riffs. Vous l’avez compris, finalement tout mène au létal chez Alphakill.

Alphakill, avec ce nouvel album, peut se targuer d’avoir mis le puck au fond de la cage. Son album respire, vit, sent, ressent et diffuse le bon vieux Thrash Metal old school comme à la grande époque des plus grands. Quand tu joues les racines, que tu les joues bien, tu peux affronter le monde entier sans aucune peur car les Dieux du Metal sont à tes côtés pour toujours. Alphakill, bravo et merci pour cet album qui replonge avec joie votre serviteur du jour dans ses années de jeunesse et il y a fort à parier que des milliers d’autres à travers le monde sauront apprécier le vrai et la sincérité d’un album qui touche au très grand. Bonne route à vous les p’tits gars du Manitoba et à bientôt !

Pat

Tracklist :

  1. The Straw Man

  2. Thrashbringer

  3. Bow To No Man

  4. Morality Blurred

  5. Insomnia

  6. Monumental Hypocrisy

  7. Deadly Inaction

  8. In Hell

  9. Dominion

  10. Ghost

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/alphakillthrash/

Lyric video de Bow To No Man : https://www.youtube.com/watch?v=7qSS0G5HIxM