Powerwolf – The Sacrament Of Sin

Posté le : 23 janvier 2019 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,
Genre : Power Metal - Sortie : juillet 2018

Genre : Power Metal – Sortie : juillet 2018

Deuxième album qui m’a bien plu en cette année passée, le dernier Powerwolf. Par rapport aux deux albums précédents, on peut le dire dans une certaine continuité même si la production a pour moi encore été améliorée. Mais on connaît le son si particulier du groupe et ils font partie, avec Sabaton, des têtes d’affiches du style Power Metal version moderne. Ils ont développé une imagerie, une sonorité et un chant lexical dans les paroles que nul ne suit sous peine d’être réduit à une pâle imitation. Alors à quoi sert donc ce septième album ? Déjà à soutenir les tournées car Powerwolf est avant tout un groupe de live. C’est ce qui permet aux musiciens de vivre de la musique à l’heure des téléchargements numériques. Mais au bout d’un moment, leurs tubes topissimes commencent à user les oreilles même des fans les plus fidèles et il fait bon d’en changer quelques uns. C’est là l’intérêt de ce nouvel album.

The Sacrament Of Sin propose peu de nouveautés alors pourquoi l’avoir quand même mis dans mes albums de l’année ? Parce que malgré ce fait, ça reste du très bon. Aucun titre à jeter, un plaisir auditif du début à la fin. Rien que les quatre premiers morceaux ont intégré les lives très facilement. La résonnance des claviers et orchestrations, les riffs acérés des guitares, la voix de ténor d’Attila Dorn soutenu par les chœurs, voila pour l’essentiel de la formule. Parfois, les guitares sont bien en avant et d’autres fois elles se mettent en retrait dans une ambiance très religieuse. Je vais me risquer à désigner trois titres marquants même si ce choix est tout à fait subjectif.

Le morceau The Sacrament Of Sin est pour moi l’un des plus réussi à cause de l’énergie qu’il dégage. Guitares saccadées au début sur des orchestrations majestueuses, la rythmique débarque comme une charge de la 2ème division de panzers. Le refrain te fait lever le poing en l’air avec énergie et secouer la tête. Dans un style plus recueilli, Stossgebet qui n’est pas le premier essai du groupe dans sa langue d’origine. La rythmique est lente et pesante, donnant toute son ambiance à l’esprit « messe » que le groupe souhaite mettre en avant. Pour terminer, une vraie ballade, corde qui manquait à l’arc des loups garous même s’il y en a déjà eu une dans le passé. Where The Wild Wolves Have Gone est un must du genre, adaptée aux sonorités de la meute. On peut toucher les cœurs même habillés de noir le visage rimé en blanc.

À noter que la version deluxe de l’album comprend un deuxième CD de reprises. Majoritairement des groupes du même label, elle ne satisfera pas tous les fans. Certaines ne changent que très peu de l’original car on reste dans un style très proche. C’est le cas par exemple des reprises de Kissin’ Dynamite ou Battle Beast. Plus audacieuses sont les versions Stoner/Doom de Kadavar ou la version Thrash de Amen&Attack par Mille Petrozza (Kreator).

Pour conclure, Powerwolf nous offre un très bon album au son impeccable et rempli de tubes qui agrémenteront les lives pour la plus grande joie des fans. On peut regretter le manque d’audace créative et un certain maintient dans le confort. Toutefois, personne ne demande la même chose à d’autres monstres du genre qui se sont créés des places légendaires. Donc cet album est à citer dans les tops de cette année écoulée.

Khaos

Tracklist :

  1. Fire & Forgive

  2. Demons Are a Girl’s Best Friend

  3. Killers With The Cross

  4. Incense & Iron

  5. Where The Wild Wolves Have Gone

  6. Stossgebet

  7. Nightside Of Siberia

  8. The Sacrament Of Sin

  9. Venom Of Venus

  10. Nighttime Rebel

  11. Fist By Fist ( Sacralize Or Strike)

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/powerwolfmetal/

Clip de Killers With The Cross : https://www.youtube.com/watch?v=cXOAcuNhFS4

Clip de Where The Wild Wolves Have Gone : https://www.youtube.com/watch?v=VN1x_iv5FBE