Seventh Wonder – Tiara

Posté le : 25 février 2019 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,
Genre : Metal progressif - Sortie : 12 octobre 2018

Genre : Metal progressif – Sortie : 12 octobre 2018

Je vais bien arriver à les sortir, les chroniques des mes cinq albums marquants de 2018. Voici donc la quatrième consacrée au dernier album en date de Seventh Wonder. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on l’attendait depuis longtemps, l’excellent The Great Escape datant de 2010. Entre temps, son chanteur Tomy Karevik a eu le temps de sortir trois albums avec Kamelot. Pourtant, s’il fallait comparer les deux formations où officie le frontman, Kamelot serait relayé assez loin en termes de technique, de recherche musicale et d’alternance des rythmes et mélodies. Entouré d’Andreas Blomqvist à la basse, Johan Liefvendahl aux guitares, Andreas Söderin aux claviers et Stefan Norgren à la batterie, c’est comme s’il avait pu rassembler autour de lui les quatre meilleurs musiciens de Suède. Enfin, eux ont commencé le groupe avant lui mais disons que pour mettre sa voix en avant, c’est vraiment quatre piliers très équilibrés et parés à toute épreuve.

Ce cinquième opus est un album-concept. Tiara est une petite fille qui sauve la planète de la destruction qui lui pend au nez. C’est la sœur de Tommy, Jenny, qui réalise le graphisme de la pochette (et prête sa voix aussi sur deux titres de l’album). On y voit cette confrontation entre couleurs chaudes et froides, des foules, une ombre menaçante et Tiara qui tient la planète entre ses mains. Détail orthodoxe, vous remarquerez que le A de Tiara n’est pas parfaitement centré par rapport à la sphère. Et ben c’est fait exprès, figurez-vous ! Et tout dans Seventh Wonder est comme ça, la science du décalage, du petit retrait qui va provoquer la surprise et vous entrainer dans leur musique. Cet album est sorti chez Frontiers Records.

Seventh Wonder, c’est du progressif mais c’est pas chiant. Je ne suis pas un fin connaisseur du style mais certains albums de Dream Theater sont pour moi inaudibles : trop techniques, pas facilement abordables. Les Suédois ne tombent pas dans ce travers. Tout leur album reste très riche tout en étant accessible. La voix de Tommy y est pour quelque chose, il a un côté sensible et émotif qui manque à certains timbres de voix dans le prog.

Le titre introductif tout en orchestrations pourrait être utilisé par James Cameron pour sa prochaine production. On entre vraiment bien dans l’ambiance et dans une atmosphère qui est poursuivie par The Everones. Les claviers prennent ensuite une place plus équilibrée dans l’ensemble, on est pas chez Within Temptation, chaque instrument a sa place, aucun ne reste sur le bas-côté. On reste de suite scotchés par les changements de rythmique incessants et qui provoquent l’étonnement au fil de l’écoute. Une surprise derrière chaque porte. Dream Machine débute par un riff sorti du fond des entrailles. Entre sa créativité à ce niveau et ses solos, Johan est un gros fou du manche. La quatre cordes n’est pas en reste et l’autre fondateur du quintet, Andreas B., nous sort des lignes de basse à faire pâlir Steve Harris. Et donc ce titre mêle à merveille virtuosité musicale et refrain accrocheur. Surprise je vous avais dit, Against The Grain débute par une petite mélodie acoustique toute en finesse, relayée par une gratte électrique au son aigu et tranchant. On reste scotchés devant la variété des rolls de batterie également. Soulignons au passage un son impeccablement réglé en production avec un instrument qui prend toute sa profondeur. On entend que c’était une véritable batterie et pas des sons électroniques. Le solo de ce titre est par ailleurs absolument dantesque entre les différentes guitares, le clavier et même la basse.

Avec Victorious, on entre dans l’énergie que dégage habituellement Kamelot dans ses compositions mais en dix fois plus audacieux. Là, on sent que la jeune Tiara doit convaincre des gens de poursuivre leur lutte, une grande force doit la pousser. On enchaîne d’ailleurs sur les trois morceaux Farewell dont le titre éponyme. On est au cœur de l’histoire et même en visionnant le clip du titre sensé être le morceau d’appel, on voit que les gars maîtrisent leur instrument comme des bêtes. Ensuite, deux ballades se suivent et ce choix est peut-être le seul bémol de l’album car à mon sens il fait trop retomber la tension (et un peu l’attention). On sent que là, le groupe est limité dans sa créativité musicale par le fait de devoir raconter une histoire. On est quand même loin des ballades mièvres et faciles et quand on connait le feeling de Tommy pour chanter ce genre de titres… Ben même le gros hardos avec ses cheveux jusqu’aux fesses et sa veste à patch sort son kleenex. J’ai lu que Scorpions prévoit un nouvel album (j’ai cru qu’ils avaient fait leur tournée d’adieu, niek, niek), s’ils pouvaient s’inspirer de Seventh Wonder pour leurs futures ballades, ça leur donnerait un sacré lifting musical. Je ne vais pas poursuivre l’introspection des autres titres, il y en a treize en tout et l’essentiel a été dit. Rien n’est à jeter.

Je conclurai en disant que Seventh Wonder est un groupe sous-coté. Il y a tant de nuances et de richesses dans leurs albums que passer à côté est une grosse erreur. Ce groupe pourrait même convertir quelques détracteurs actuels du prog. Tiara est un album très réussi, agréable du début à la fin. Vous pouvez l’écouter plusieurs fois en centrant à chaque fois votre attention sur un autre instrument, vous ne serez jamais déçu. Ils tourneront en 2019 mais pas de date française pour le moment. Si vous êtes Belges ou frontaliers par contre, il y a des possibilités outre Quiévrain. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire pour les populariser d’avantage et avoir une chance de les voir jouer dans l’hexagone.

Khaos

Tracklist :

  1. Arrival

  2. The Everones

  3. Dream Machine

  4. Against The Grain

  5. Victorious

  6. Tiara’s Song (Farewell pt. 1)

  7. Goodnight (Farewell pt. 2)

  8. Beyond Today (Farewell pt. 3)

  9. The Truth

  10. By The Light of the Funeral Pyres

  11. Damnation Below

  12. Procession

  13. Exhale

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/seventhwonderofficial/

Clip de Tiara’s Song : https://www.youtube.com/watch?v=Raz0TKEox6A