Genre : Metal - Sortie : 19 octobre 2018

Genre : Metal – Sortie : 19 octobre 2018

Les Tambours Du Bronx, lorsque j’ai vu ce nom à l’affiche de plusieurs festivals puis l’album arriver chez Sons Of Metal pour une chronique, j’ai été curieux et étonné. Ce n’est pas tout récent que ces braves gars de la Nièvre proposent leurs shows et leur style si particulier qui a déjà fait le tour du monde (depuis 1987). Ils ont déjà pu gouter au public Metal à travers différents moments de leur carrière dont des shows avec Sepultura au Rock in Rio, au Wacken. Cet été, le public du Motocultor pourra aussi s’y plonger. Ça promet. WOMP (pour Weapons Of Mass Percussion) est leur premier album avec un accompagnement Metal. Les samples de claviers restaient jusqu’alors la principale escorte des bidons de 225 litres et leurs mailloches. Certains percussionnistes sont passés aux grattes et à la basse et ont été rejoints par quelques grands noms de la scène Metal hexagonale. Nous retrouvons Francky Costanza (ex Dagoba, Blazing War Machine) derrière les petits fûts, Stéphane Buriez (Loudblast, Sinsaenium) et Reuno (Lofofora) aux voix. Les claviers d’Arco Trauma complètent l’univers musical.

Directement, on entre dans la puissance et la massification des percussions avec en hors d’œuvre le réussi Délirium Demain. Nous reconnaissons de suite les paroles hurlées de rage par Reuno et tout cet accompagnement industriel. Sons de la rue et sa rudesse, de la sueur des ouvriers. La rue comme théâtre d’expression ou lieu d’abandon, elle fascine ou repousse, c’est selon. L’usine également. On l’imagine avec des grosses machines bruyantes. C’est sale, c’est bestial. L’album prend toutefois une tournure encore plus intéressante après le titre Jour de Colère. L’intro à la basse donne déjà des frissons et puis cette masse rythmique est accompagnée par un clavier judicieusement utilisé. Il ajoute à la fois un contraste aigu au son grave des percussions et des bruitages industriels complémentaires. Les paroles sont aussi à écouter mais pour ça on connaît le frontman de Lofo et son talent pour composer des textes percutants. Au niveau des percussions sur les bidons (qui sont changés tous les deux concerts une fois que le haut et le bas ont été bien défoncés), elles alternent avec le son des mailloches tapées les unes contre les autres. Le refrain de ce titre reste bien dans la tête.

Deuxième clip sorti par les Tambours, Mirage éternel laisse cette fois la place vocale à Stéphane Buriez. Cette alternance des chanteurs rend aussi l’album plus enrichi. L’intro progressive sur les bidons allant de l’aigu au plus grave nous fait entrer dans de sacrée vibrations. Le sol tremble, prenons gare car Attila déboule et l’herbe ne repousse plus après lui. Autre point que je souligne, les deux membres des Tambours qui assurent les guitares jouent des parties différentes et complémentaires. Dans ce titre particulièrement, leur dialogue crée un aller-retour qui surgit parfois de l’esprit mastoc. Je mets encore l’accent sur le très bon Le Festin et son riff d’intro à sortir quelques tripes. Les paroles révoltées sont aussi chantées en partie par Renato de Flayed. Autre invité ou plutôt invitée : Apolline Maguet de Plastic Age (qui est aussi de la Nièvre) sur la très bonne reprise de The Prodigy :The Day Is My Enemy. Quel plus bel hommage à Keith Flint ? Le rythme inaltéré et pesant de ce titre agit comme un bombardement sonore que la guitare lead arrive à peine à apaiser. Je termine par une autre reprise réussie : Requiem Pour Un Con de Serge Gainsbourg. Plus grand-chose à voir avec l’arrangement de l’original mais l’esprit reste intact et voila comment sortir une reprise intelligente.

Pour conclure, Les Tambours du Bronx entrent de plein pied dans l’univers Metal avec cet album. Une réussite au niveau de la recherche et de l’esprit massif et puissant qui reste à la fin de l’écoute. On est tout simplement KO comme après avoir pris un uppercut. Les différentes voix et les arrangements rendent l’album varié, en plus la production s’avère impeccable. Du très bon cru made in France. Nous pouvons en être fiers.

Khaos

Tracklist :

  1. Delirium demain

  2. Desert Night Road

  3. Never Dead

  4. Jour de colère

  5. Le mal

  6. Dunes Of Ashes

  7. Mirage éternel

  8. Tainted With Anger

  9. Noir

  10. Wolf Smile Back

  11. Pray

  12. Le Festin

  13. Shaking Heat

  14. Divine Disease

  15. The Day Is My Enemy

  16. New Day

  17. The Seven Organs Of Revelation

  18. Requiem pour un con

  19. Nos blessures

  20. L’un des nôtres

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/tamboursdubronx/

Site Internet : http://www.tamboursdubronx.com/

Clip Jour de colère : https://www.youtube.com/watch?v=bsj6eX7g3Ug&fbclid=IwAR2GNZJqrQYi6G-wWNhkKnv6P0R9TGGHvVDYTc1WyF3-6TmqlSBN9RDf6Ag

Clip de Mirage éternel : https://www.youtube.com/watch?v=aRkYImeqx-Y&fbclid=IwAR1r1FeyE5tzekmeVs6bJAgzgQQl9WYHIsQ0ia6YJPjlRXeDOR9ijII1YwM