Skahinall – The West In Hell

Posté le : 10 mai 2019 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,
Genre : Metal mélodique - Sortie : 12 janvier 2019

Genre : Metal mélodique – Sortie : 12 janvier 2019

Skahinall est une toute nouvelle formation originaire de Mulhouse qui nous présente son premier album : The West In Hell. À l’écoute, on se rend tout de site compte que les gars ont déjà de l’expérience ailleurs, tant la qualité est là en terme de compositions, de production et d’arrangements. Mais Skahinall ne doit pas être réduit à de la musique, c’est tout un univers. Le concept est écrit à six mains entre Adrien Saenger, guitariste, chanteur et principal compositeur associé de Mike Meyer en tant que directeur artistique et co-auteur du roman du même nom avec Sabrina Meyer. Le roman est noté 1/6, c’est-à-dire que Skahinall prévoit cinq autres épisodes pour conter les aventures de Skah, le personnage principal de l’œuvre. En quelques mots, l’intrigue se passe dans l’ouest américain, dans le contexte de guerre entre tribus indiennes et envahisseurs blancs. Et effectivement, à l’écoute nous percevons de suite ce son très américain. Le groupe revendique Myles Kennedy comme influence, on peut faire le lien. Donc autour d’Adrien se greffent d’autres musiciens : Yannick et Cyril aux guitares, Sébastien à la basse et Geoffray à la batterie. La troupe est promue par M&O Office. Asseyons-nous donc dans la diligence et cap vers l’ouest.

Un démarrage assez calme et mélodique de Father’s Fate nous accueille à l’aide d’un arpège guitare bien senti. Le style de chant et le son de la gratte nous met de suite dans le bain de l’oncle Sam. Progressivement, les guitares se font plus agressives mais tout en restant mélodiques. C’est là qu’apparaît une autre influence majeure du groupe : Iron Maiden. Oui, Skahinall ce n’est pas du NWOBHM mais l’emprunte mélodique des Londoniens est bien perceptible dans les riffs. On est plus dans un Rock/Metal proche de Creed ou son successeur Alter Bridge. Autre point fort : le son. La production est très bien finie avec tous les instruments audibles et une certaine clarté.

Passons au titre éponyme. Dans le vent du désert émerge une guitare acoustique et un sifflement très western, vite rejoints par une deuxième guitare qui joue avec un slide. Chants d’indiens, on est projetés dans le sujet avant que la batterie et les instrus électriques ne remplissent l’espace sonore avec plus d’ampleur. Les titres défilent avec une personnalité propre à chacun. Gallows amène un aspect plus lourd et des voix différentes, déformées, hurlées ou légèrement gutturales. Puis ça termine dans une orgie où la voix mélodique tente de faire concurrence à la netteté et le tranchant de la guitare lead. Nostalgia débute en ballade assis sur la paille, c’est à peu près toujours cette formule. On débute cool et tout monte en sauce progressivement. Dans l’instrumental Spirit Of Brother, la guitare joue au feu de brousse avec une plus grosse saturation que les autres morceaux. From Life To Death introduit un violon qui s’amuse avec les autres instruments et apporte aussi sa touche personnelle. Quand à Ayanna Dies, il voit s’immiscer un chant hurlé bien senti. Ça parle de la mort d’une bien aimée et c’est tragique. N’oublions pas une petite ballade avec Her Paradise jusqu’au dernier titre Skah’s Limbo. Il existe un clip que vous pouvez visionner, pour la décoration et les costumes le groupe s’est fait aider par une association alsacienne qui promeut l’univers du western. On sent que dans l’histoire il y a eu des drames. C’est plus lourd tout en restant mélodique avec ces nombreux gimmick maideniens. La musique s’arrête, on entend les cloches, des cris, des voix inquiétantes. Mais Skah doit poursuivre sa route, traverser l’épreuve tel un digne combattant du far west. Donc ça reprend de plus belle et se termine comme après un duel, le héro reste debout, amoché mais encore là, les vautours n’auront pas sa peau, pas aujourd’hui.

Skahinall nous offre de suite un album de haut niveau. Pas de période d’essai, une réalisation très pro, soignée et originale. Le thème reste personnalisé et l’imagination des auteurs va pouvoir encore le développer ainsi que tout l’univers autour. Entre le Rock et le Metal, Skahinall a pris soin de doter chaque titre d’une spécificité qui le rend unique. Celui qui s’ennuie à l’écoute de ce disque devra changer d’oreilles. On peut toujours faire mieux, peut-être qu’une ou deux intros plus bourrin d’entrée, quitte à alterner dans le plus calme ensuite, aurait apporté encore plus de nuances. Ne chipotons pas, voila un groupe qui mérite plus de 700 suiveurs sur Facebook. Ils viennent de sortir un album qui mérite qu’on y dépense quelques euros et aussi d’être bookés pour se faire connaître et poursuivre leur route. C’est ce que nous leur souhaitons, je m’en vais commander le livre qui accompagnera mes vacances estivales en Bretagne. C’est aussi à l’ouest.

Khaos

Tracklist :

  1. Father’s Fate

  2. The West In Hell

  3. Gallows

  4. Nostalgia

  5. Spirit Of Brother

  6. From Life To Death

  7. Ayanna Dies

  8. Mother’s Pain

  9. Dilemna

  10. Her Paradise

  11. Skah’s Limbo

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/skahinall/

Bandcamp : https://skahinall.bandcamp.com/releases

Site internet : http://www.skahinall.com/

Leur page sur M&O Office : https://www.m-o-music.com/site-metal/groupes/groupes-fiche/

Clip vidéo de Skah’s Limbo : https://www.youtube.com/watch?v=1ksg52dIOTA