Myrath – Shehili

Posté le : 18 juin 2019 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,
Genre : Metal mélodique - Sortie : 3 mai 2019

Genre : Metal mélodique – Sortie : 3 mai 2019

J’avais conclu la chronique du dernier album de Myrath en date, Legacy, en me demandant comment ils pourraient mettre la barre plus haut. Force est de constater que les Franco-Tunisiens en ont été capables avec ce nouvel opus sorti début mai. Il se situe dans la lignée de l’album précédent, le groupe ayant mis de côté les accents un peu progressifs des premiers albums pour un style plus direct et mélodique. Usant des airs orientaux et de leurs gammes spécifiques, ils agrémentent leur musique d’instrumentations faites avec un véritable orchestre et de percussions orientales. Poussés par un label à dimension au moins européenne (Edel/Ear MUSIC), ils ne cessent de progresser. Pourtant, le groupe a dû subir une grosse épreuve avec le décès du père de Malek Ben Arbia (guitariste). Il fut leur manager/producteur, un soutien essentiel dans leur formation et leur évolution. Loin de les disloquer, cette adversité les a davantage soudés pour donner le meilleur. Toujours conduit par Kevin Codfert (Adagio), leur Maître Yoda à eux, les Jedi du désert nous présentent donc Shehili.

Une clarinette orientale surgit depuis les dunes, mettant d’emblée l’auditeur dans l’ambiance voulue par Myrath. Leur Blazing Desert Metal tire son originalité de ce mélange entre les instruments habituels du Metal et une richesse d’orchestrations. Celles-ci sont magnifiées de différentes manières, par exemple l’ajout d’instruments traditionnels comme le rababa, genre de violon oriental à deux cordes. L’orchestre national tunisien assure toujours l’aspect symphonique en soutien des claviers joués par Ylies Bouchoucha. Quant à la rythmique, Morgan Berthet et Anis Jouini bénéficient du support des percussions orientales telle la darbouka. L’introduction nommée Asl passée, Born To Survive s’enchaîne avec brio, montrant de suite toute la richesse des arrangements. Claps de mains, chœurs, orchestre, les instruments Metal débarquent là-dedans avec une agressivité très légère. Les riffs restent quand même bien hargneux et la production met en avant un son absolument impeccable et très pro. C’est le Suédois Jens Borgren qui est aux manettes, il a déjà plein de grands noms dans son book (Opeth, Katatonia, Arch Enemy). Born To Survive présente un tempo assez lent, ce qui laisse de la place pour remplir l’espace sonore en créant une certaine tension. Zaher y va de ses qualités vocales avec un petit passage dans le style de Korn. Ce morceau invite à poursuivre l’écoute. You’ve Lost Yourself arrache en effet un peu plus, surtout au démarrage. Dans ce titre on sent encore un peu l’héritage prog des Franco-Tunisiens avec quelques changements d’ambiance au milieu du morceau. Le refrain hyper accrocheur ne nous laisse pas de répit avant le titre Dance, dont le clip et la mélodie suit Believer qui était le morceau phare de l’album précédent. La chanson parle d’Ahmad Joudeh, ce danseur de ballet syrien réfugié en France suite aux menaces des islamistes du fait de son activité. Danser ou mourir, telle est sa devise et pour Myrath chanter du Metal ne plaît pas non plus aux franges les plus radicales de l’islam. Ils peuvent effectivement se solidariser. Musicalement, l’intro est très prenante, surtout à cause de la ligne mélodique du violon, le clavier en mode piano et la basse, parfois jouée en slap, sont aussi bien audibles.

Nous nous délecterons également de Monster In My Closet au son de guitare un peu plus arracheur. En contraste avec les orchestrations ça rend bien et le refrain remet une claque. À noter que les Japonais on droit à une version bonus dans leur langue. Ensuite, Lili Twil reprend un chant traditionnel berbère et là je suis toujours sous le charme. C’est une question de goût personnel mais j’adore la sonorité des langues du Maghreb, que ce soit l’arabe ou les langues berbères. Lorsqu’elles sont chantées, il y a une rythmique dans les phonèmes que j’aime entendre. J’estime en plus que ces langues trouvent toute leur place avec une musique Metal. Dans la série fausse ballade pas du tout simpliste on a Stardust. Avec son intro toute en piano/voix, il rompt quelque peu l’ambiance entendue jusque là pour monter progressivement en puissance. C’est l’occasion de souligner sur tout cet album la prestance de Zaher Zorgati qui s’affirme de plus en plus. Moins de puissance que d’autres chanteurs du milieu mais une grande justesse mélodique. Dans Mersal, Myrath collabore avec Lotfi Bouchnak, un chanteur très populaire en Tunisie. Ce qui permet là encore des arrangements mélodiques finement recherchés. Pour terminer, le titre éponyme de l’album est un genre de condensé de tout ce qui avait été bien fait jusque-là. Une manière de terminer l’album sur un feu d’artifice.

Après un tel album, on ne peut que souhaiter à Myrath tout le succès qu’ils méritent. Shehili se place comme l’une des sorties majeures de l’année dans le milieu du Metal. Des compositions recherchées, un univers propre et personnel, de très bons musiciens, une production impeccable. Il ne reste plus qu’à assurer le même niveau sur scène mais à la vue des premières images de leur show au festival Sweden Rock, je n’ai que peu de doutes là-dessus. Les seuls qui regretteront l’évolution du combo sont les amateurs de progressif qui regretteront les choix mélodiques plus simples. Oui, les Franco-Tunisiens ont sacrifié un peu de leur liberté créative pour coller à un besoin des producteurs de ratisser plus large. Eux s’en sortent aussi mieux en pouvant presque vivre de leur musique, ou au moins ne pas s’y endetter. Peut-on alors le leur reprocher ? Pour ma part non et puis la musique mérite de rassembler largement et ne pas rester dans un milieu de spécialistes. Myrath, tel un vent du désert (la signification de Shehili) ont cette mission de répandre des ondes positives à travers leur musique. Le monde en a bien besoin.

Khaos

Tracklist :

  1. Asl

  2. Born to Survive

  3. You’ve Lost Yourself

  4. Dance

  5. Wicked Dice

  6. Monster In My Closet

  7. Lili Twil

  8. No Holding Back

  9. Stardust

  10. Mersal

  11. Darkness Arise

  12. Shehili

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/myrathband/

Clip de Dance : https://www.youtube.com/watch?v=b2rKORvyOcM

Clip de No Holding Back : https://www.youtube.com/watch?v=fWSbC7vPf6E

Site officiel : https://www.myrath.com/